Navigation – Plan du site
Publications

Agnès Callu (dir.), Le Mai 68 des historiens entre identités narratives et histoire orale

Avant-propos du Pr Michel Zink. Préface de Jacques Revel. Postface du Pr Daniel Roche. Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2010
p. 45

Cet ouvrage, s’appuyant principalement sur les récits d’expérience d’une génération d’historiens, questionne les héritages de Mai 68 sur les outils de la recherche, la circulation des renouvellements historiques et les structures de transmissions des savoirs. Analysant les contenants des narrations, soit des biographies fabriquées a posteriori, enregistrées et, pour certaines, captées par l’image, il décrypte les discours rétrospectifs portés par des « intellectuels » sur l’impact d’un événementiel aux césures réputées décisive. Il s’interroge, en profondeur, sur les phénomènes de socialisation, à l’échelle individuelle et collective, aux imaginaires sociaux associés à des figures ou groupes générationnels, aux confluences entre interprétations historiennes et grilles de lecture politisées, aux changements opérés dans les universités et les établissements d’enseignement supérieur, aux codes qui définissent ou redéfinissent l’appréhension et l’appropriation des sciences sociales dans les années 1970.

Agnès Callu est conservateur du Patrimoine, chercheur associé au CNRS (IHTP) et à l’IMEC, chargée de cours à l’université Paris – Sorbonne (Paris IV) et à Sciences-po.