Navigation – Plan du site
Événements
Colloque de rentrée du Collège de France : Darwin a deux cents ans

Variations sur un thème humain

Alain PROCHIANTZ
p. 22-23

Notes de la rédaction

Colloque organisé avec le soutien de la Fondation Hugot du Collège de France. Les vidéos du colloque sont disponibles sur le site internet du Collège, les actes seront publiés par les éditions Odile Jacob.

Texte intégral

Pr Alain Prochiantz

© P. Imbert, Collège de France

1L’année 2009 peut, sans hésitation, être qualifiée d’année Darwin puisque nous avons, d’un même élan, célébré le bicentenaire du naturaliste et les cent cinquante ans de L’Origine des espèces. Cela a quelque peu contribué à laisser dans l’ombre un autre grand évolutionniste, Jean-Baptiste Lamarck, qui publia la Philosophie zoologique l’année même de la naissance de Darwin. Lamarck, qui finit sa vie aveugle, conduit par sa fille vers l’amphithéâtre où il donnait ses cours à quelques fidèles, dont Étienne Geoffroy Saint-Hilaire. Lamarck le rouge, pour Napoléon, pour les tories anglais aussi, peu soucieux d’importer notre révolution et le dernier cri de la technique en matière de décollation. Profitons donc de l’occasion qui nous est donnée pour saluer un savant qui n’est jamais loin quand on parle d’évolution et dont l’œuvre est peu à peu redécouverte à travers l’importance nouvelle accordée à l’épigenèse.

2La célébration des grands hommes, malgré ses côtés parfois pompeux – ou chauvins – qui peuvent prêter à sourire, nous rappelle d’abord que sapiens est attaché à son histoire. Sauf erreur de ma part, et les éthologues rectifieront au besoin, les autres animaux n’ont pas ce type de pratique culturelle, pas même les chimpanzés qui sont pour nous comme des frères, dit-on. Si l’auteur de ces lignes s’était laissé aller à présenter une communication lors du colloque de rentrée, c’eût été sans doute pour dégonfler le mythe des 1,23 % de différence entre les génomes de l’Homo sapiens et de Pan troglodytes (ou paniscus) et pour rappeler que si le chimpanzé est en effet le plus proche cousin de l’homme, affirmer que l’homme est à 98,77 % chimpanzé (ou à 80 % souris) est, tout simplement, dépourvu de sens.

3Ce caractère unique de sapiens, de se rattacher à une histoire, ou à des histoires, des cultures, est particulièrement intéressant quand on parle de Darwin qui, d’une part, n’a eu de cesse d’humilier sapiens en le rappelant à ses humbles origines et, d’autre part, s’est interrogé sur l’étrangeté d’une espèce qui, même si elle a hérité de son histoire évolutive ses facultés mentales, donc aussi psychologiques et morales, les a poussées à un point si extrême qu’on peut parler d’animal tragique. C’est l’hominisation biologique, processus évolutif, qui a ouvert sur les possibilités culturelles de l’humanisation.

4Le colloque a offert une part réduite à la biologie « pure et dure ». Après tant de rassemblements, aux formes variées, consacrés à l’événement, il n’a en effet pas paru nécessaire d’en rajouter. Mais, pour limitée qu’elle fut, cette part a permis de donner une idée de l’état actuel d’une théorie elle-même en évolution. C’est bien le moins pour une théorie vivante que d’évoluer, même si cela signe un degré d’imperfection, ou plutôt d’inachèvement, qui sert d’angle d’attaque aux créationnistes qui, eux, en ont une de parfaite, je veux dire de théorie – à ce qu’ils croient. Les dogmes n’évoluent pas, ils sont morts et – souvent – mortifères. D’ailleurs, les créationnistes ont bien raison de haïr Darwin, un savant athée pour qui l’évolution n’a ni fin ni finalité, pour qui aussi le grand livre de la nature n’est pas écrit, par un être divin, en langage mathématique. L’histoire de cette rupture avec une conception galiléenne de la nature reste à faire. Comme reste à en analyser les conséquences sur la nature même de la science. Mais c’est là un autre débat, peut-être le thème d’un colloque futur.

5Stimulés par la diversité des champs de savoir présents au Collège de France, nous avons offert une place importante à la question de l’homme – de l’humain corrigerait Françoise Héritier. En cela, nous avons suivi Darwin dont La Descendance de l’homme est une longue suite de réflexions non seulement sur l’évolution de l’homme mais aussi sur l’homme comme animal social, une réflexion liant hominisation, notre histoire évolutive, et humanisation comme construction de sociétés et de règles, évidemment contingentes, qui policent nos façons de vivre ensemble. Il est d’ailleurs intéressant de constater que le darwinisme lui-même a été influencé par la question sociale – Malthus – et l’a influencée – darwinisme social. L’humanisation est aussi invention de cultures qui nous permettent de nous raconter des histoires et de nous efforcer de donner du sens, ou d’en chercher un, au bref éclair qu’est toute vie organique.

6Et même si notre destin mortel est assuré (si j’ose dire) au niveau individuel, peut-être même au niveau de l’espèce, voire pour toute vie sur terre, le colloque de rentrée n’a pas voulu faire l’impasse sur l’évolution future de l’homme. Certains parlent de post-humain, je préfère plus simplement parler d’évolution technique, puisque sapiens, même s’il continue d’évoluer biologiquement, est un animal dont le destin est d’abord technique, l’outil étant le prolongement non seulement de son bras, mais aussi – surtout – de son cerveau. Sans l’outil, qui prépare peut-être notre perte à venir, les quelques milliers d’ancêtres africains n’auraient pas pour descendance les bientôt sept milliards d’individus occupant la presque totalité du globe terrestre, sans oublier la lune. Par là, le post-humain me semble essentiellement humain.

7Oui, l’outil est le prolongement du cerveau, un cerveau humain exceptionnel arrivé à un point de développement organique sans commune mesure avec celui de nos parents chimpanzés. Cette hominisation cérébrale, en nous ouvrant le champ des cultures humaines – la technique fait partie de la culture –, a projeté l’Homo sapiens hors de la nature, je n’ose parler de clairière. Le colloque « Darwin a deux cents ans » s’est donc saisi de ce sujet brûlant de l’avenir de l’humain, c’est-à-dire de l’avenir des cultures humaines sous toutes leurs facettes, à travers tous les champs de savoirs présents ou à inventer.

8En nous retournant sur ces deux journées de conférences, il me semble évident que les conférenciers ont joué le jeu, que nous avons beaucoup appris, et que des questions sont venues au jour qui permettent de prolonger la réflexion. Cette lettre de commémoration de la commémoration est d’abord un remerciement adressé à celles et ceux qui, deux jours durant, nous ont communiqué leur savoir et permis de nous instruire et de débattre. Un remerciement aussi adressé à un auditoire attentif et cultivé. Chacun est impatient maintenant de lire les différentes contributions qui seront bientôt rassemblées en un ouvrage collectif. Ainsi le veut notre coutume.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Pr Alain Prochiantz
Crédits © P. Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/97/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lettre du Collège de France n° 27, Paris, Collège de France, p. 22-23, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Alain PROCHIANTZ, « Variations sur un thème humain », La lettre du Collège de France [En ligne], 27 | décembre 2009, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/97

Haut de page

Auteur

Alain PROCHIANTZ

Professeur au Collège de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page