Navigation – Plan du site
Colloques

La guerre froide en méditerranée

Henry LAURENS
p. 23

Résumé

Colloque organisé par la chaire d’Histoire contemporaine du monde arabe, Pr Henry Laurens, et l’Académie diplomatique internationale, 29 mai 2010

Haut de page

Texte intégral

1En croisant un espace – la Méditerranée – avec une séquence conflictuelle des relations internationales – la guerre froide –, le Pr Laurens a voulu montrer la façon dont une région, située au confluent de multiples influences, a filtré et transformé, de 1947 à 1990, selon une temporalité et un rythme qui lui étaient propres, les effets d’une temporalité mondiale dominée par l’affrontement entre les deux « grands », états-Unis et Union Soviétique. La guerre froide est d’abord apparue en 1947 en Turquie, en Grèce et en Iran avant de se prolonger sur le théâtre européen. Cette première tension a été de courte durée, avec le retrait soviétique de l’Iran en 1946 et l’intégration ultérieure de la Grèce et de la Turquie dans l’OTAN. C’est surtout dans la seconde partie des années 1950, avec le contrat d’armements tchèque en 1955, la crise de Suez en 1956 et le refus de Nasser d’adhérer à la doctrine Eisenhower en 1957 que la Méditerranée entre pour de bon dans la guerre froide. Durant cette période, les États-Unis ont consacré l’essentiel de leur effort militaire et diplomatique à contenir l’influence de l’Union soviétique en Méditerranée orientale. Dès 1973, l’espace méditerranéen a été le théâtre d’une victoire américaine, qui sera confirmée en Europe une quinzaine d’années plus tard. Comme l’a montré l’historien Tewfik Aclimendos dans le cas de l’Égypte de Nasser, les acteurs locaux ont su s’adapter rapidement à ce nouvel environnement international et apprendre le langage de la guerre froide afin de mettre en avant leurs intérêts propres. Cette double réalité politique explique très largement la résilience des zones de crise après la fin de la guerre froide. Pour illustrer la rencontre entre dynamiques internationales et dynamiques régionales, Henry Laurens a rappelé les effets inattendus produits par la crise pétrolière des années 1970 : en recyclant les pétrodollars dans l’économie financière occidentale, les émirats du Golfe ont joué un rôle considérable dans l’écart de prospérité entre les sociétés occidentales et celles du monde communiste, privées de l’apport de ressources extérieures et incapables de se réformer.

2L’historienne américaine Victoria de Grazia s’est interrogée sur la question de savoir si la guerre froide s’inscrivait dans le cycle historique par lequel les grandes puissances européennes ont installé, trois siècles durant, leur hégémonie compétitive sur le sud de la Méditerranée ou si, au contraire, elle inaugurait une nouvelle dynamique. Selon elle, la Méditerranée a été intégrée dans une dynamique culturelle américaine au même titre que le reste de l’Europe, grâce aux effets d’un « soft power » identifié au mode de consommation américain. Ce travail de mise aux normes a eu des effets multiples, aussi bien sur la culture matérielle que sur les catégories cognitives du jugement. Dans le monde de l’expertise, la guerre froide qui a ainsi produit la catégorie de « familles amorales », construite pour stigmatiser des cultures paysannes du sud de la Méditerranée jugées incapables de s’adapter aux prévisions modernisatrices des théories développementalistes américaines. Les effets de la guerre froide sur la perception de soi ont aussi été soulignés par le Pr Luigi Migliorini, qui a rappelé que dans l’Italie de l’après Seconde Guerre mondiale, se définir comme méditerranéen renvoyait à l’univers mental du sud de l’Italie, assimilé au sous-développement intellectuel et économique. La modernité passait alors par un rejet de cet espace méditerranéen et par la volonté de se définir comme « européen », c’est-à-dire comme atlantiste et démocrate. Comme l’a noté le Pr Robert Franck, la dialectique négative entre la Méditerranée et l’Europe s’est également vérifiée lors de la crise de Suez en 1956, qui, si elle marque l’effacement de la France et de la Grande-Bretagne en Méditerranée orientale, prépare aussi les conditions favorables à la naissance, un an plus tard, de la Communauté économique européenne lors de la signature du traité de Rome. Les nouveaux paramètres de la puissance – le rôle de l’Europe, l’entrée dans l’ère nucléaire – ont contribué à réduire l’importance d’un espace méditerranéen associé à un héritage colonial. La crise algérienne a été le moment douloureux de cette transition.

3Sous l’impulsion du président François Mitterrand, les années 1980 furent marquées, comme l’a rappelé l’historien Jean-Pierre Filiu, par la volonté de relancer les bases d’une politique méditerranéenne ambitieuse. Cette politique a atteint son apogée lors de l’invasion du Liban par les troupes israéliennes en 1982, épisode au cours duquel la France a mené, de conserve avec l’Égypte, une série d’initiatives diplomatiques qui la plaçaient au cœur du jeu moyen-oriental. Parfois gênante pour les intérêts américains, cette politique en faveur de « petits » acteurs – le Liban, les Palestiniens – a été vigoureusement combattue, pour des raisons propres à chacun, par les acteurs régionaux les plus puissants : Israël, Syrie, Iran. Face à cette coalition d’intérêts hétérogènes, la France a été contrainte de revoir à la baisse ses intérêts en Méditerranée orientale, la faiblesse actuelle de ses deux principaux soutiens, libanais et palestiniens, étant à l’image de sa perte d’influence dans la région.

4Enfin, l’historien et politologue Rachid Khalidi a conclu la journée par une évaluation critique de la politique américaine au Moyen-Orient, en dressant le bilan du « moment » néoconservateur avant d’analyser les deux premières années de la présidence de Barak Obama.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 29, Paris, Collège de France, juillet 2010, p. 23, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Henry LAURENS, « La guerre froide en méditerranée », La lettre du Collège de France [En ligne], 29 | juillet 2010, mis en ligne le 20 mai 2011, consulté le 28 mai 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/947

Haut de page

Auteur

Henry LAURENS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page