Navigation – Plan du site
Colloques

Les vivants et leurs morts

Thomas Römer et Jean-Marie Durand
p. 19

Résumé

Colloque organisé conjointement par les chaires d’Assyriologie (Pr Jean-Marie Durand) et Milieux bibliques (Pr Thomas Römer), 14 et 15 avril 2010

Haut de page

Texte intégral

Pr Jean-Marie Durand et Pr Thomas Römer

1Ce colloque a permis de réunir des chercheurs européens d’horizons scientifiques divers : archéologie et épigraphie, hittitologie, ougaritologie, sumérologie, assyriologie, histoire ancienne et Bible hébraïque. Il s’agissait d’enquêter sur la manière dont les vivants gèrent la mort et leurs morts et comment les morts restent présents dans la vie des vivants. Il est apparu que la mort n’est pas, pour les Anciens, une coupure définitive. Le colloque a pu mettre en valeur la richesse d’une approche pluridisciplinaire : les pratiques d’ensevelissement, les rituels funéraires, le culte des morts sont autant de questions qui ont bénéficié d’éclairages divers ainsi que de questionnements encore ouverts selon les aires géographiques et les époques depuis le IIIe jusqu’au Ier millénaire avant notre ère. Parmi les thèmes plus particulièrement abordés, il faut mentionner l’importance de la mort des rois : les pratiques souvent somptueuses pour maintenir leur souvenir vivant ainsi que la mise en récit de ces funérailles (Michaël Guichard, université Paris I : « Funérailles héroïques dans la littérature sumérienne » ; Micaël Bürki, Collège de France : « Les notices funéraires des rois dans le livre des Chroniques »). Les listes et les généalogies jouent un rôle important pour comprendre la construction d’un passé et d’ancêtres souvent mythiques (Jean-Marie Durand, Collège de France : «  Les listes d’Ancêtres en paléo-Mésopotamie et le culte familial »). Plus étonnantes sont les pratiques punitives royales au-delà de la mort de l’ennemi avec le traitement ou l’acharnement sur le cadavre ou les ossements du vaincu (Lionel Marti, CNRS : « La punition par delà la mort : l’exemple assyrien »). Les archives administratives anciennes ont aussi livré nombre de détails concernant les pratiques funéraires (Dominique Charpin, EPHE : « Les vivants et leurs morts dans la Mésopotamie paléo-babylonienne : l’apport des textes d’archives »). Les pratiques de nécromancie ont été également abordées sous différents aspects, et il s’est avéré qu’il s’agit là de pratiques apparemment plus restreintes et moins bien attestées que l’on ne le dit communément (Jean-Marie Husser, université de Strasbourg : « Nécromancie et oracles cultuels dans la liturgie royale d’Ugarit »). Mais la critique même du culte des morts dans la Bible hébraïque, liée à la question de pureté rituelle pourrait au contraire manifester la persistance de ces pratiques à l’époque perse (Thomas Römer, Collège de France : « Les vivants et les ossements des morts », Christian Frevel, Ruhr Universität Bochum : « Corpses, Red Cows and Waters of Purity : Worlds of Death in Numbers 19 », Christophe Nihan, université de Lausanne : « Le rejet du culte des ancêtres défunts dans les traditions bibliques. Origines, contours et enjeux »). La présence des morts dans la vie des humains peut se manifester par des enterrements dans la maison (Jürg Hutzli, Collège de France & Stefan Münger, université de Berne : « …et on l’inhuma dans sa maison (1 S 25,1) : Indices littéraires et archéologiques au sujet de l’enterrement dans la maison d’habitation en Ancien Israël et dans ses alentours ») ou dans des tombes (Christophe Nicolle, CNRS : « Faire parler les morts : regard d’archéologues sur les modes d’inhumation au Proche-Orient »). Les rituels permettent de définir les limites entre le monde des vivants et celui des morts (Vanna Biga, Sapienza Università di Roma : «  Funérailles et rituels funéraires en Syrie à l’époque d’Ebla », Jörg W. Klinger, Freie Universität Berlin : « La mort et l’au-delà dans la vie des hittites », André Lemaire, EPHE : « Rites des vivants pour les morts dans le Royaume de Sam’al [viiie siècle avant notre ère] »). Enfin la mise en littérature de la mort montre les enjeux de ce questionnement au cœur des différentes civilisations au Proche-Orient ancien (Stéphanie Anthonioz, Collège de France : « De la mort qui sépare à celle qui unit : le message et la formation de l’épopée de Gilgameš », Hans-Peter Mathys, université de Bâle : « La mort littéraire », Dorothéa Erbele-Küster, université de Bruxelles : « Donner naissance pour les morts : la relation entre la naissance et la mort dans quelques textes bibliques »). Ce colloque sera aussi prochainement diffusé sur le site internet des chaires assyriologique et biblique et ses actes seront publiés dans la série Orbis Biblicus et Orientalis.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Pr Jean-Marie Durand et Pr Thomas Römer
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/945/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 29, Paris, Collège de France, juillet 2010, p. 19, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Thomas Römer et Jean-Marie Durand, « Les vivants et leurs morts », La lettre du Collège de France [En ligne], 29 | juillet 2010, mis en ligne le 20 mai 2011, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/945

Haut de page

Auteurs

Thomas Römer

Professeur au Collège de France, chaire Milieux bibliques

Articles du même auteur

Jean-Marie Durand

Professeur au Collège de France, chaire d’Assyriologie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page