Navigation – Plan du site
Colloques

Les vaccins du futur : apprendre de la nature pour identifier de nouvelles cibles et faire mieux que la nature

Philippe KOURILSKY et Philippe Sansonetti
p. 18

Résumé

Symposium organisé sous les auspices des chaires d’Immunologie moléculaire (Pr Philippe Kourilsky) et de Microbiologie et maladies infectieuses (Pr Philippe Sansonetti), avec l’aide de deux chercheurs de l’Institut Pasteur, Armelle Phalipon et Frédéric Tangy. 12 et 13 avril 2010

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

microbiologie
Haut de page

Texte intégral

Pr Philippe Kourilsky et Pr Philippe Sansonetti

1Le concept central de ce symposium international intitulé : « Vaccines of the future : learning from nature to identify new targets and do better than nature » (Les vaccins du futur : apprendre de la nature pour identifier de nouvelles cibles et faire mieux que la nature) reposait sur un constat : certains vaccins sont extrêmement complexes à concevoir et à développer en dépit de leur importance vitale. Il serait en effet urgent de disposer de vaccins capables de protéger d’infections qui ont un impact majeur en santé publique, telles que le Sida, le paludisme, la tuberculose, la dengue, les infections à virus Herpes, l’hépatite C, les maladies entériques et certaines infections respiratoires aiguës de l’enfant. Pourquoi ces difficultés ? Quelles pistes suivre afin d’innover ou d’améliorer les chances de succès ? Peut-être est-il temps de revenir à l’étude des bases des maladies infectieuses et de la connaissance des réponses protectrices de l’hôte.

2La conférence d’introduction a été prononcée par Stanley Plotkin, expert international dans le domaine de la vaccinologie. Les quatre sessions qui ont suivi ont porté sur les thèmes suivant :

Que pouvons-nous apprendre de la nature en étudiant l’hôte ?

La variation génétique de la réponse aux agents infectieux, la qualité de la mémoire immunitaire induite, l’immaturité ou la sénescence du système immunitaire sont autant de paramètres mal connus. Ces problèmes sont particulièrement aigus lorsqu’il s’agit de vacciner la population des personnes âgées dont le nombre va croissant.

Que pouvons-nous apprendre de la nature en analysant le dialogue moléculaire entre les microbes et leurs hôtes ?

Ce domaine est essentiel pour identifier de nouveaux antigènes et concevoir de nouveaux vaccins. Parmi les antigènes particulièrement pertinents, figurent les facteurs de pathogénicité. En effet, les réponses immunitaires humorales et/ou cellulaires contre de tels antigènes peuvent fournir non seulement une protection immunologique « conventionnelle », mais aussi une protection fonctionnelle en bloquant le développement du processus infectieux. Cette approche permet en outre, dans certains cas, d’échapper à la problématique des sérotypes. En effet, certaines molécules de l’agent pathogène sont conservées car elles ont été sélectionnées pour assurer une fonction invariante de signalisation. Cette approche s’est avérée prometteuse pour les bactéries comme pour les virus tel le VIH, et les parasites tels Toxoplasma gondii. C’est donc l’objectif même du vaccin qui, dans ces conditions, peut être revisité, passant d’un vaccin dirigé contre un agent infectieux dont on veut obtenir l’éradication (vaccin stérilisant) à un vaccin dirigé contre les interactions causant l’infection (vaccin anti-maladie).

Que peut-on apprendre des réponses immunitaires provoquées par les agents infectieux et les vaccins ?

Certains vaccins couramment utilisés protègent de façon très variable. C’est le cas du BCG dont la capacité de protection contre la tuberculose pulmonaire est très aléatoire dans le pays du Sud alors qu’elle est satisfaisante dans les pays du nord. Quelles sont les causes de cette incohérence entre populations vaccinées ? Pour les comprendre, il faut intégrer plusieurs disciplines : microbiologie, épidémiologie, génétique humaine, immunologie. Pour être pertinente, l’approche ne peut-être menée que chez l’homme. Aucun modèle animal n’est susceptible de mimer une problématique de cette complexité. D’où la nécessité soulignée à plusieurs occasions de développer des méthodes, plates-formes technologiques et laboratoires dédiés à l’étude des réponses immunitaires humaines.

Faire mieux que la nature : succès et défis.

Un vaccin universel contre la grippe ? Des vaccins contre les infections virales chroniques, y compris celles qui, comme le CMV, semblent accélérer la sénescence du système immunitaire ? De nouveaux vaccins dessinés « à la carte » grâce à la biologie synthétique, en particulier par la synthèse de génomes entiers ? Des défis que la biologie peut se donner les moyens de saisir si les priorités de la recherche en vaccinologie sont mieux définies.

Nous espérons que ce symposium aura, même modestement, contribué à cette réflexion. Si une seule conclusion devait en être tirée, ce serait sans doute que le concept de science vaccinale a laissé la place à celui, plus large et plus complexe, de vaccinologie, une discipline nouvelle qui devrait passionner les jeunes chercheurs et les amener à s’engager dans une voie où, comme le disait Louis Pasteur, la recherche fondamentale et la recherche appliquée sont unies comme le fruit à sa branche.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Pr Philippe Kourilsky et Pr Philippe Sansonetti
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/944/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 29, Paris, Collège de France, juillet 2010, p. 18, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Philippe KOURILSKY et Philippe Sansonetti, « Les vaccins du futur : apprendre de la nature pour identifier de nouvelles cibles et faire mieux que la nature », La lettre du Collège de France [En ligne], 29 | juillet 2010, mis en ligne le 20 mai 2011, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/944

Haut de page

Auteurs

Philippe KOURILSKY

Professeur au Collège de France, chaire Immunologie moléculaire

Articles du même auteur

Philippe Sansonetti

Professeur au Collège de France, chaire Microbiologie et maladies infectieuses

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page