Navigation – Plan du site
Actualités
Professeurs invités

Les gestes et la perception du mouvement dans l’art et la littérature

Guillemette Bolens
p. 14-15

Résumé

Professeure à l’université de Genève (Suisse), invitée par l’Assemblée des professeurs à l’initiative des Prs Alain Berthoz et Michel Zink, a donné en mars 2010, une conférence intitulée « Les gestes et la perception du mouvement dans l’art et la littérature »

Haut de page

Texte intégral

1La compréhension d’un texte littéraire ou d’une œuvre picturale se fonde pour beaucoup sur notre capacité à exploiter notre intelligence kinésique. L’intelligence kinésique est la faculté qui nous permet d’élaborer des images motrices et des narrations kinésiques pour comprendre un verbe d’action ou un trope de mouvement, la description d’un geste ou d’un événement sensorimoteur.

2En situation réelle, nous reconnaissons aussi bien les similarités que les nuances entre postures et gestes. Ces nuances sont perçues avec une efficacité permise par des actes cognitifs dynamiques, qui reposent sur un savoir corporel, dit en anglais « embodied cognition ». Une facette de ce savoir corporel est l’intelligence kinésique, par laquelle nous produisons un sens à partir des mouvements perçus.

3L’activation neuronale des aires motrices permet l’élaboration extrêmement rapide d’une configuration visuomotrice aboutissant à notre compréhension des mouvements. Cet acte de cognition motrice n’est pas langagier. Il peut, certes, conduire rapidement à une conceptualisation et une verbalisation. Mais cette mise en mots se fait en un second temps et sur la base de l’acte cognitif moteur.

4En outre, les événements kinésiques peuvent être traduits en paroles, et de manières variables, mais ils s’accompagnent de certains paramètres déterminants, que le langage oblitère. La conférence traite du hiatus qui existe entre la narration non langagière, induite par les actes de cognition motrice, et la narration langagière, en particulier la fiction littéraire, qui va dans certains cas réussir à compenser autrement les carences du langage.

5Certaines œuvres d’art induisent chez le spectateur l’anticipation d’un mouvement et des simulations perceptives (perceptual simulations) indispensables à la compréhension de l’image. Ces œuvres sollicitent une mémoire kinesthésique et visuomotrice qui permet de sémantiser des gestes particuliers ou de différencier des postures pourtant presque identiques. De façon similaire, certains textes littéraires ont cette spécificité, d’ordre narratologique, de fonder leur sens sur l’élaboration exigeante de simulations perceptives sensorimotrices, permettant la saisie de nuances kinésiques fines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 29, Paris, Collège de France, juillet 2010, p. 14-15, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Guillemette Bolens, « Les gestes et la perception du mouvement dans l’art et la littérature », La lettre du Collège de France [En ligne], 29 | juillet 2010, mis en ligne le 20 mai 2011, consulté le 24 avril 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/910

Haut de page

Auteur

Guillemette Bolens

Professeure à l’université de Genève (Suisse)

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page