Navigation – Plan du site
Actualités
Professeurs invités

Les déviances religieuses : concepts romains et modernes

Jörg Rüpke
p. 14

Résumé

Professeur à l’université d’Erfurt (Allemagne) invité par l’Assemblée des professeurs à l’initiative du Pr John Scheid a donné en février-mars 2010, quatre leçons intitulées :
1. Les déviances religieuses : concepts romains et modernes
2. Les superstitions : expériences religieuses interdites dans les temples
3. Le discours normatif de l’Antiquité tardive
4. L’individualisation religieuse dans le monde gréco-romain

Haut de page

Texte intégral

1Qu’est-ce que la « déviation religieuse » dans l’histoire de la religion romaine ? Est-elle l’indice de l’individualisation religieuse dans la société romaine ? L’analyse du professeur Rüpke a révélé une évolution complexe qui dure jusqu’au ve siècle ap. J.-C. Les textes normatifs de la république romaine tardive ne permettent pas de définir les marges de ce qui constitue le système religieux romain. S’il y a des déviances religieuses, elles concernent des comportements rituels discutables touchant la société en général, et non seulement un corps séparé qui serait la religion romaine. Encore au premier siècle ap. J.-C., dans les traités Sur la superstition de Sénèque et de Plutarque, la critique des philosophes se concentre uniquement sur le rôle potentiellement dangereux des expériences religieuses dans les sanctuaires en général. Ce qui est donc en cause, ce sont des attitudes générales qui sont critiquables parce qu’elles sont déterminées par une mauvaise compréhension de la nature foncièrement bonne des dieux. Les croire jaloux et méchants induit des conduites rituelles humiliantes qui sont rejetées par la société. Il faudra attendre le Ve siècle de notre ère, pour que le seizième titre du Code Théodosien, qui constitue une étape importante dans le développement du concept de religion, renouvelle complètement la place des religions dans la communauté. Ce texte jette pour l’Europe les bases du statut juridique de la religion. À cette époque, le noyau obligatoire de la religion ne cesse de s’étendre, à mesure que croît son rôle dans la légitimation de l’autorité et de la succession impériales. Dans le cadre de cette normalisation religieuse qui s’approfondit sans cesse, l’individualité religieuse a facilement glissé vers la déviance religieuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 29, Paris, Collège de France, juillet 2010, p. 14, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Jörg Rüpke, « Les déviances religieuses : concepts romains et modernes », La lettre du Collège de France [En ligne], 29 | juillet 2010, mis en ligne le 20 mai 2011, consulté le 24 avril 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/908

Haut de page

Auteur

Jörg Rüpke

Professeur à l’université d’Erfurt (Allemagne) invité par l’Assemblée des professeurs à l’initiative du Pr John Scheid

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page