Navigation – Plan du site
Actualités
Professeurs invités

Harmonies et disharmonies du monde. Le son, le mètre et le nombre, de Pythagore à Nicole Oresme

Daniel Heller Roazen
p. 11-12

Résumé

Professeur à l’université de Princeton (États-Unis) invité par l’Assemblée des professeurs à l’initiative du Pr Michel Zink a donné en janvier 2010, quatre conférences intitulées : « Harmonies et disharmonies du monde. Le son, le mètre et le nombre, de Pythagore à Nicole Oresme ».

Haut de page

Texte intégral

1M. Daniel Heller Roazen, professeur de littérature comparée à l’université de Princeton, est à la fois un historien des idées particulièrement intéressé par une réflexion sur les langues, un philosophe, un philologue et un spécialiste de littérature qui sait combien le sens se révèle dans la forme de l’expression littéraire. Ce faisceau de compétences et d’intérêts le rapproche de Giorgio Agamben, avec qui il est très lié et dont il est le traducteur. Sa pensée est enrichie par sa connaissance approfondie de nombreuses langues (grec, latin, hébreu, arabe, nombreuses langues européennes – il est trilingue anglais, français, italien) et par sa familiarité avec la philosophie antique et médiévale. Il a débuté comme romaniste et médiéviste avec un livre sur une question philosophique traitée de façon particulièrement subtile par Jean de Meun (Fortune’s Faces. The Roman de la Rose and the Poetics of Contingency, 2003). Mais il s’est surtout fait connaître en 2005 avec

2Echolalias. On the Forgetting of Language, traduit en français avec un grand retentissement en 2007 au Seuil (Sur l’oubli des langues. Echolalies) : ce livre s’interroge sur la conservation et la disparition du langage chez les individus et dans les communautés linguistiques (« parler, c’est effacer une langue pour en parler une autre »), à travers un immense éventail et une immense variété d’exemples, allant du médical au linguistique. En 2007, The Inner Touch. Archeology of a Sensation

3explore cette sensation du « toucher intérieur » qui donne le sentiment d’être soi-même et d’être vivant, en commençant par Aristote et en multipliant, là encore, les approches philosophiques, littéraires, médicales, psychologiques. À l’automne 2009 enfin, un livre sur le pirate vu de l’Antiquité à nos jours comme « l’ennemi de tous » (The Enemy of all. Piracy and the Law of Nations) a été publié presque simultanément en anglais, en allemand et en français (L’ennemi de tous. Le pirate contre les nations, Le Seuil).

4Les quatre conférences qu’il a données au Collège de France les 6, 13, 20 et 27 janvier 2010 ont porté sur le sujet suivant : Harmonies et disharmonies du monde. Le son, le mètre et le nombre, de Pythagore à Nicole Oresme.

5Selon la tradition classique, Pythagore fut l’inventeur de la consonance. De nombreux auteurs rapportent le même récit : un jour, le Sage passa devant une forge, d’où provenait un son merveilleux. En entrant, il découvrit cinq artisans, maniant chacun un marteau. Pythagore comprit que la raison de l’accord était à chercher non pas dans la force des hommes, mais dans le poids de leurs instruments. Ces derniers se résumaient en quatre quantités exactes : douze, neuf, huit et six. Au moyen de ces quatre nombres, Pythagore mesura la longueur des cordes nécessaires pour produire les intervalles fondamentaux de la musique grecque : l’octave, la quinte et la quarte.

6Toutefois, Boèce relate qu’un cinquième marteau résonnait aussi dans la forge. Mais Pythagore avait choisi de l’écarter, car le dernier instrument « était dissonant à l’égard de tous ».

7Quel était ce cinquième marteau, pour que Pythagore le rejetât ainsi ? À ce sujet, les hypothèses sont multiples. Il s’agissait peut-être d’une erreur dans les calculs du maître, de l’imperfection du monde d’ici-bas, ou d’une disharmonie au cœur de l’harmonie. Mais ceci, du moins, est certain : lorsqu’il découvrit la consonance, le savant Grec entendit aussi une dissonance inouïe.

8Dans cette série de conférences, Daniel Heller Roazen a cherché à préciser le rapport entre harmonie et disharmonie dans trois champs d’études distincts : la théorie des sons musicaux ; la philosophie des nombres ; et l’art du vers.

9La première conférence, « Dans la forge. Pythagore et l’invention de la consonance », était consacrée à la définition néoplatonicienne et pythagoricienne de musica comme science en corrélation stricte avec l’arithmétique. Étude mathématique de ces êtres corporels que sont les sons, la musique devait réaliser la conjonction entre le sensible et l’intelligible, le muable et l’éternel. Pour ce faire, cette discipline allait exclure la part du monde qui n’était pas réductible aux nombres, comme Pythagore avait rejeté le cinquième marteau.

10La deuxième conférence, « De l’Arithmétique à l’art rythmique », a examiné ces proportions dans le langage que l’on dit « rythmique ». En passant des grammairiens grecs aux rhétoriciens romains, elle a montré comment l’art rythmique a pu impliquer une poétique arithmétique. Puis, elle s’est penchée sur l’émergence d’une poésie rimée au Moyen Âge. À travers la lecture des traités de Jean de Garlande et des poésies d’Arnaut Daniel, elle a proposé une définition de la consonance propre à l’art du vers médiéval.

11Au Moyen Âge, la poésie en langues romanes possédait-elle une musique propre ? Cette question a été abordée dans la troisième conférence, « Musique naturele et langues vulgaires », à travers l’étude de l’harmonie et de la disharmonie du vers. Les traités de Dante et d’Eustache Deschamps en ont fourni le fil conducteur à la recherche d’un « lien musical » dans ces compositions singulières que sont les poésies plurilingues du Moyen Âge. À travers la Romania, on constate, en effet, dans le jeu de langues rimées et pourtant distinctes, une musique résistant à toute traduction.

12La quatrième conférence, « Brisures du cosmos », était consacrée à la portée théorique de ces êtres mathématiques que sont les quantités incommensurables. Les grandeurs irrationnelles furent longtemps exclues du champ de la musique. Au xive siècle, Nicole Oresme marque un tournant majeur, car il s’efforce de saisir une harmonie non plus dans les nombres, mais dans les figures. En envisageant la possibilité que les motions des sphères soient incommensurables entre elles, Oresme découvre des irrationalités sonores dans la voute céleste. Il détecte ainsi une fissure dans le firmament du cosmos antique et médiéval et, dans un rêve allégorique, annonce une harmonie moderne.

Pythagore et ses marteaux (Franchinus Gaffurius, Theorica musicae, 1492)

Pythagore et ses marteaux (Franchinus Gaffurius, Theorica musicae, 1492)
Haut de page

Table des illustrations

Titre Pythagore et ses marteaux (Franchinus Gaffurius, Theorica musicae, 1492)
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/904/img-1.png
Fichier image/png, 275k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 29, Paris, Collège de France, juillet 2010, p. 11-12, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Daniel Heller Roazen, « Harmonies et disharmonies du monde. Le son, le mètre et le nombre, de Pythagore à Nicole Oresme », La lettre du Collège de France [En ligne], 29 | juillet 2010, mis en ligne le 20 mai 2000, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/904

Haut de page

Auteur

Daniel Heller Roazen

Professeur à l’université de Princeton (États-Unis)

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page