Navigation – Plan du site
Colloques
Rationalité, vérité et démocratie. Bertrand Russell, George Orwell, Noam Chomsky

La soif de pouvoir tempérée par l’auto-aveuglement

(Extrait)
Power-hunger tempered by self-deception
Noam Chomsky
p. 22

Notes de la rédaction

Colloque organisé par la chaire de Philosophie du langage et de la connaissance (Pr Jacques Bouveresse), 28 mai 2010. Les communications sont consultables et téléchargeables en vidéo sur www.college-de-france.fr (page du Pr Jacques Bouveresse, rubrique audio/vidéo). L’ensemble du colloque sera publié intégralement dans le no 44 de la revue Agone (octobre 2010).

Texte intégral

1Les doctrines du rationalisme économique – c’est-à-dire du « néolibéralisme » ou du « fondamentalisme de marché » –, qui sont prépondérantes dans le discours dominant au sein des sociétés avancées depuis une génération, ont façonné les politiques, mais de manière sélective : comme par le passé, il existe une recette pour les faibles, et une autre totalement différente pour les puissants. Il ne semble pas injuste de dire que cette prépondérance n’est nullement l’effet d’une quelconque rationalité, ni d’un engagement en faveur de la vérité, mais plutôt celui de la servilité à l’égard des privilèges et du pouvoir. Les conséquences en sont immanquables. Aux États-Unis, par exemple, pendant les trente dernières années, les institutions financières, qui étaient à la fois les premières bénéficiaires de ces doctrines et leurs plus fervents avocats, ont considérablement étendu leur pouvoir, avec un impact correspondant sur la vie politique. Pendant la même période, les salaires réels ont stagné pour la majorité de la population et les revenus des ménages n’ont été maintenus que par l’augmentation du temps de travail, l’endettement, et l’inflation des capitaux (tempérée par l’effondrement régulier des bulles). Bien qu’ils soient très riches comparativement aux autres pays, les États-Unis commencent à avoir certains traits structurels typiques des anciennes colonies : des secteurs richissimes, avec des privilèges colossaux, au milieu d’un océan de misère et de souffrance.

2Pour en venir au titre de cette conférence, peut-on soutenir que ce sont là les conséquences de la soif de pouvoir et de l’aveuglement ? Ou, pour le dire dans des termes couramment employés aujourd’hui, peut-on pointer du doigt les « banquiers cupides », coupables d’une «  exubérance irrationnelle  », selon la célèbre formule d’Alan Greenspan, l’économiste le plus adulé de la génération précédente (avant la crise), dans un des rares moments où il s’est écarté de l’orthodoxie ? Ce ne serait pas juste. Quand les banquiers sont « avides », ils ne font que respecter leur engagement institutionnel, qui est de maximiser les profits : selon le droit des entreprises anglo-américain, c’est même leur responsabilité légale. Ceux qui récuseraient cet engagement seraient renvoyés, et d’autres prendraient leur place. La « soif de pouvoir » est un trait institutionnel d’un système compétitif. En outre, l’exubérance des banquiers nécessairement cupides n’était nullement irrationnelle  : les très grosses banques savaient qu’elles ne prenaient aucun risque sérieux avec des transactions pourtant susceptibles de les conduire à la faillite, car elles pouvaient compter sur une police d’assurance gouvernementale implicite, qui s’appelle « trop grosses pour faire faillite ». L’existence de cette assurance leur offre même des bénéfices substantiels comparativement à leurs rivales. Et elles se font régulièrement rembourser leurs pertes quand c’est nécessaire. Sous Reagan, par exemple, l’une des plus grandes banques, la Continental Illinois, a été sauvée par le contribuable. Sous le même Reagan, l’ancêtre de l’énorme compagnie Citigroup a été sauvée du désastre par le FMI – l’« homme de main de la communauté des créanciers », ainsi que l’a justement décrit son directeur exécutif américain –, qui reprend aujourd’hui son rôle traditionnel. Comme l’a souligné Martin Wolf du Financial Times (qui est sans doute le journaliste économique le plus respecté du moment), le renflouage actuel est « publiquement un sauvetage de la Grèce, mais secrètement un renflouage des banques ».

3La même chose s’est produite durant la récente crise financière aux États-Unis : non seulement les grandes banques ont été sauvées par le contribuable, mais elles sont sorties de la crise plus grosses et plus rentables qu’avant, se préparant à la prochaine crise, qui sera sans doute pire. On ne saurait reprocher aux banquiers d’avoir fait exactement ce que les règles du jeu exigeaient qu’ils fissent.

4Après qu’eut éclaté la crise financière actuelle, les économistes sont tous tombés d’accord pour dire qu’il était téméraire d’ignorer les risques systémiques – c’est-à-dire, la menace que représente pour le système tout entier la faillite à laquelle peuvent conduire certaines transactions. Mais cette idée est loin d’être nouvelle. Un trait fondamental des marchés est que leurs transactions ignorent les externalités, c’est-à-dire les effets sur les autres. Pour les transactions financières, cela veut dire : ignorer les risques systémiques. On sait depuis longtemps que cette pratique est dangereuse, et il y a eu, de temps à autre, des mises en garde au sein de la profession. À elle seule, cette inefficacité du marché augmente grandement la probabilité d’une crise financière, et le risque est amplifié par les récompenses perverses qui découlent de l’influence du monde des affaires sur le système politique – parmi lesquelles la police d’assurance gouvernementale du « trop gros pour faire faillite » ; mais il y en a d’autres.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/898/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 29, Paris, Collège de France, juillet 2010, p. 22, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Noam Chomsky, « La soif de pouvoir tempérée par l’auto-aveuglement », La lettre du Collège de France [En ligne], 29 | juillet 2010, mis en ligne le 20 mai 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/898

Haut de page

Auteur

Noam Chomsky

Professeur au MIT

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page