Navigation – Plan du site
Colloques
Rationalité, vérité et démocratie. Bertrand Russell, George Orwell, Noam Chomsky

Bertrand Russell, la science, la démocratie et la poursuite de la vérité

(Extrait)
Jacques Bouveresse
p. 20-21

Notes de la rédaction

Colloque organisé par la chaire de Philosophie du langage et de la connaissance (Pr Jacques Bouveresse), 28 mai 2010. Les communications sont consultables et téléchargeables en vidéo sur www.college-de-france.fr (page du Pr Jacques Bouveresse, rubrique audio/vidéo). L’ensemble du colloque sera publié intégralement dans le no 44 de la revue Agone (octobre 2010).

Texte intégral

  • 1  Bertrand Russell, Sceptical Essays (1935), Allen & Unwin, 1960, p. 106.

1Dans « Free thought and official propaganda », une conférence de 1922, Russell affirme : « Les méthodes qui permettent d’augmenter le degré de vérité dans nos croyances sont bien connues ; elles consistent à écouter toutes les parties, à essayer d’établir tous les faits pertinents, à contrôler nos propres préventions par la discussion avec des gens qui ont des préventions opposées et à cultiver la disposition à écarter toute hypothèse dont il a été démontré qu’elle était inadéquate. Ces méthodes sont pratiquées dans la science et ont construit le système de la connaissance scientifique. […] Dans la science, qui est la seule où on peut trouver une chose qui s’approche de la connaissance authentique, l’attitude des hommes est expérimentale (tentative) et remplie de doute. Dans la religion et la politique, au contraire, […] tout le monde considère comme étant de rigueur d’avoir une opinion dogmatique, que l’on doit soutenir en infligeant la privation de nourriture, la prison et la guerre, et protéger soigneusement de la compétition argumentative avec n’importe quelle opinion différente. Pour peu que les hommes puissent être amenés à une disposition d’esprit qui ferait l’essai d’une attitude agnostique sur ces sujets, les neuf dixièmes des maux du monde moderne seraient guéris1. »

  • 2  Bertrand Russel, Fact and Fiction (1961), Routledge, 1994, p. 105.

2La solidarité qui existe entre la science et la démocratie se traduit dans le fait que le principe de la libre recherche, après avoir été expérimenté dans le traitement des questions scientifiques, est susceptible de s’étendre assez naturellement à celui des questions politiques. […] « L’habitude de fonder les opinions sur la raison, quand elle a été acquise dans la sphère scientifique, est apte à être étendue à la sphère de la politique pratique. Pourquoi un homme devrait-il jouir d’un pouvoir ou d’une richesse exceptionnels uniquement parce qu’il est le fils de son père ? Pourquoi les hommes blancs devraient-ils avoir des privilèges refusés à des hommes de complexions différentes ? Pourquoi les femmes devraient-elles être soumises aux hommes ? Dès que ces questions sont autorisées à apparaître à la lumière du jour et à être examinées dans un esprit rationnel, il devient très difficile de résister aux exigences de la justice, qui réclame une distribution égale du pouvoir politique entre tous les adultes, à l’exception de ceux qui sont fous ou criminels. Il est, par conséquent, naturel que le progrès de la science et le progrès vers la démocratie aient marché la main dans la main2. »

  • 3  Hannah Arendt, Les Origines du totalitarisme, Le système totalitaire, Seuil, 1972, p. 32.

3Russell pense que, dès lors que des questions de cette sorte sont posées clairement et abordées de façon rationnelle, la réponse ne peut pas ne pas sembler à peu près immédiatement évidente. Il est donc essentiel, pour ceux qui cherchent à tout prix à maintenir les choses dans l’état où elles sont, de faire en sorte ou qu’elles ne soient pas posées ou ne soient pas envisagées dans un esprit rationnel. Un des secrets de la réussite des systèmes totalitaires réside dans la façon dont ils réussissent à persuader un nombre important et même une majorité de gens que les divergences d’opinion les plus fondamentales ont une source qui les fait échapper au contrôle de la raison et rend par conséquent inutile et dérisoire la discussion rationnelle à leur sujet. Hannah Arendt fait, sur ce point, la constatation suivante : « [Les nazis] prétendaient que les désaccords proviennent toujours de sources profondes, naturelles, sociales ou psychologiques, qui échappent au contrôle de l’individu et, par conséquent, à celui de la raison. Cela n’aurait été une faiblesse que s’ils avaient accepté une compétition sincère avec les autres partis ; cela devenait une force s’ils étaient sûrs d’avoir affaire à des gens qui avaient des raisons d’être également hostiles à tous les partis3. » Pour le rationaliste convaincu qu’est Russell, le danger, qui risque de se révéler rapidement mortel, commence lorsqu’on laisse se généraliser, au sein d’une communauté qui est encore en principe démocratique, le sentiment et bientôt la certitude que les désaccords et les conflits les plus importants peuvent et doivent être traités d’une façon qui, pour être sérieuse et efficace, doit commencer par exclure aussi complètement que possible de la confrontation l’intervention de la raison et de l’argumentation rationnelle.

Bertrand Russell, la science, la démocratie et la poursuite de la vérité
Auteur(s) : Jacques Bouveresse
Haut de page

Notes

1  Bertrand Russell, Sceptical Essays (1935), Allen & Unwin, 1960, p. 106.

2  Bertrand Russel, Fact and Fiction (1961), Routledge, 1994, p. 105.

3  Hannah Arendt, Les Origines du totalitarisme, Le système totalitaire, Seuil, 1972, p. 32.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/896/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 29, Paris, Collège de France, juillet 2010, p. 20-21, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Jacques Bouveresse, « Bertrand Russell, la science, la démocratie et la poursuite de la vérité », La lettre du Collège de France [En ligne], 29 | juillet 2010, mis en ligne le 20 mai 2011, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/896

Haut de page

Auteur

Jacques Bouveresse

Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire Philosophie du langage et de la connaissance

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page