Navigation – Plan du site
Colloques
Rationalité, vérité et démocratie. Bertrand Russell, George Orwell, Noam Chomsky

Russell, Orwell, Chomsky : une famille de pensée et d’action. Du libéralisme au socialisme anti-autoritaire

(Extrait)
Jean-Jacques Rosat
p. 21

Notes de la rédaction

Colloque organisé par la chaire de Philosophie du langage et de la connaissance (Pr Jacques Bouveresse), 28 mai 2010. Les communications sont consultables et téléchargeables en vidéo sur www.college-de-france.fr (page du Pr Jacques Bouveresse, rubrique audio/vidéo). L’ensemble du colloque sera publié intégralement dans le no 44 de la revue Agone (octobre 2010).

Texte intégral

  • 1  Russell, Political Ideals (1917).

1Selon Russell, « les institutions politiques doivent être jugées selon le bien ou le mal qu’elles font aux individus. Est-ce qu’elles encouragent la créativité et non la possessivité ? Est-ce qu’elles intègrent ou favorisent une attitude d’égard mutuel entre les humains ? Est-ce qu’elles préservent le respect de soi1 ? »

  • 2  Russell, « Socialism and Liberal Ideals » (1920).

2Il est très remarquable que cette profession de foi typiquement libérale figure en ouverture d’un texte qui se révèle vite être un manifeste pour un socialisme anarchisant. Nous sommes en 1916. Depuis le déclenchement de la Première Guerre mondiale, Russell lutte avec l’énergie du désespoir pour la paix et milite en faveur de l’objection de conscience, un combat qui le conduira bientôt en prison pour six mois. C’est alors qu’il prend conscience que, dans un monde industrialisé où tout pousse à la concentration de puissances économiques et étatiques qui ôtent à l’individu le contrôle sur sa propre existence, les valeurs libérales dans lesquelles il a été éduqué et auxquelles il continue de croire ne pourront être promues que dans le cadre politico-économique d’un socialisme anti-autoritaire. « Je suis de ceux, déclarera-t-il en 1920, qui, en conséquence de la guerre, sont passés du libéralisme au socialisme, non parce que j’aurais cessé de vénérer la plupart des idéaux libéraux, mais parce que je ne vois plus guère de place pour eux à moins d’une transformation complète de la structure économique de la société2. »

  • 3  Chomsky, Comprendre le pouvoir, Aden, 2005, t. II, p. 201, 210 & 212.

3Cette évolution rapide de la pensée de Russell met en lumière le fil qui relie la mentalité libérale originelle et le socialisme anti-autoritaire, et c’est un lien sur lequel Noam Chomsky ne se lasse pas d’insister. « Contrairement à sa version contemporaine, le libéralisme classique […] s’attachait principalement au droit des individus à contrôler leur propre travail et à la nécessité d’un travail créatif libre sous leur propre contrôle – le droit à la liberté et à la créativité humaine. Pour un libéral classique, le travail salarié capitaliste aurait paru totalement immoral parce qu’il entrave le besoin fondamental des gens à contrôler leur propre travail : vous êtes l’esclave de quelqu’un d’autre. […] En fait, il n’existe pas de points de vue plus antithétiques que libéralisme classique et capitalisme. […] Si vous prenez les principes de base du libéralisme classique et que vous les appliquez à la période moderne, je pense que vous approcherez d’assez près les principes qui animaient la Barcelone révolutionnaire de la fin des années 1930 – ce qu’on appelle l’“anarcho-syndicalisme”. Je crois que c’est le niveau le plus élevé auquel les humains sont arrivés dans leur tentative d’appliquer ces principes libertaires qui, selon moi, sont les plus justes3. »

  • 4  Orwell, Hommage à la Catalogne (1938), Ivréa, 1997, p. 110.

4La description de la Barcelone révolutionnaire, qu’Orwell découvre en décembre 1936, compte parmi les pages les plus fortes d’Hommage à la Catalogne. Cette expérience, et plus encore celle qu’il vit pendant quelques mois sur le front d’Aragon au sein des milices du POUM, est évidemment celle de l’égalité, mais d’une égalité qui n’est pas comprise comme une fin en soi, comme une uniformisation des individus, mais comme la condition d’une liberté et d’une fraternité authentiques. « Un grand nombre des mobiles normaux de la vie civilisée – snobisme, thésaurisation, crainte du patron, etc. – avaient absolument disparu. L’habituelle division en classe de la société avait disparu […]. Il n’y avait là que les paysans et nous, et nul ne reconnaissait personne pour son maître4. » Si cette expérience est aussi décisive pour Orwell, c’est qu’elle rencontre sa conviction que les diverses formes de socialisme par en haut, dirigées par des intellectuels – qu’il s’agisse du réformisme technocratique fabien ou du parti d’avant-garde léniniste –, ne pourront jamais conduire qu’à un changement de maître : le socialisme authentique est un socialisme par en bas, qui s’appuie sur l’expérience de l’homme ordinaire et sur les valeurs de la décence commune. 

Russell, Orwell, Chomsky : une famille de pensée et d’action
Haut de page

Notes

1  Russell, Political Ideals (1917).

2  Russell, « Socialism and Liberal Ideals » (1920).

3  Chomsky, Comprendre le pouvoir, Aden, 2005, t. II, p. 201, 210 & 212.

4  Orwell, Hommage à la Catalogne (1938), Ivréa, 1997, p. 110.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/894/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France no 29, Paris, Collège de France, juillet 2010, p. 21, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Jean-Jacques Rosat, « Russell, Orwell, Chomsky : une famille de pensée et d’action. Du libéralisme au socialisme anti-autoritaire », La lettre du Collège de France [En ligne], 29 | juillet 2010, mis en ligne le 20 mai 2011, consulté le 23 avril 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/894

Haut de page

Auteur

Jean-Jacques Rosat

Maître de conférences au Collège de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page