Navigation – Plan du site
Actualité
Professeurs invités

La Reine « salique » : la représentation de son autorité dans les palais royaux de la Renaissance et de l’ère baroque

Nicola M. Courtright
p. 17

Résumé

Nicola M. Courtright, Professeur à Amherst College (USA),invitée par l’Assemblée des professeurs à l’initiative desPrs Marc Fumaroli et John Scheid, a donné en mars 2009 une conférence intitulée « La Reine “salique” : la représentation de son autorité dans les palais royaux de la Renaissance et de l’ère baroque ».

Haut de page

Texte intégral

1Les appartements réservés aux reines – reines régnantes, reines régentes et reines douairières – dans les palais royaux se sont considérablement agrandis à la fin du xvie siècle et au cours du xviie siècle. Et bien qu’en grande partie disparu, l’art qui agrémentait ces espaces a connu un essor remarquable durant cette même période. Pourtant, en dépit de l’apparente contrainte de la loi salique, les reines de France ont occupé une place importante dans le gouvernement de l’époque.

2Dans une galerie à Fontainebleau appelée « Galerie de la reine », quand elle fut achevée en 1606 (démantelée par Napoléon et connue maintenant sous le nom de « Galerie de Diane »), les idéaux de la nouvelle dynastie Bourbonne se trouvent représentés pour la première fois à une échelle monumentale. La décoration s’écartait des normes antérieures de manière fondamentale, dans la mesure où dans la nouvelle galerie, Henri IV avait personnellement soutenu – et même entrepris – la création d’un lien direct, visible, politique même, entre sa femme Marie de Médicis et lui. La galerie fait savoir, visuellement, et dans un langage métaphorique, que les reines étaient des partenaires essentielles pour mener à bien le programme politique de la monarchie de construire l’État. Le pouvoir de la reine, tel que le concevait Henri IV, est lié à la conception chrétienne du mariage uni indissolublement par les liens de l’amour. L’image de la dyade royale qu’Henri autorisa pour représenter la nouvelle dynastie des Bourbon laisse entendre que la dynastie bénéficie d’un apport politiquement important pour l’époque : un retour définitif dans le sein de l’Église catholique. La « Galerie de la reine » à Fontainebleau est la confirmation qu’Henri IV avait établi un précédent pour la naissance d’une idéologie de complémentarité et d’autorité conjointes durant son règne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France n° 26, Collège de France, Paris, juin 2009, p. 17. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Nicola M. Courtright, « La Reine « salique » : la représentation de son autorité dans les palais royaux de la Renaissance et de l’ère baroque », La lettre du Collège de France [En ligne], 26 | juin 2009, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 17 août 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/89

Haut de page

Auteur

Nicola M. Courtright

Professeur à Amherst College (USA)

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page