Navigation – Plan du site
Publications

Michel Zink, Livres anciens, lectures vivantes

Paris, Odile Jacob, 2010
p. 48

« Lire un texte vieilli, c’est ce que fait tout lecteur dès lors qu’il lit autre chose que le journal du jour ou un roman de l’année. Dans tous les cas, la distance ainsi créée suffit à elle seule à en faire, quel qu’il soit, de la littérature. Cette distance est la première cause qui fait de la littérature une expérience du temps et un arrachement à soi-même. Pour mieux se retrouver. Plus le texte est ancien, plus le lecteur s’étonne et se réjouit d’être touché par lui, d’être en harmonie avec lui, de se reconnaître en lui.

Il n’existe pas au monde de civilisation dont la littérature ne s’enracine dans des poèmes, des légendes, des récits, des mythes supposés issus du passé le plus reculé. Partout, la littérature se fonde sur des classiques et un canon qui ne retient par définition que des textes déjà vieux. Autrement dit, ce qui la définit, c’est la distance créée par le vieillissement du texte.

Distance subie, car le texte ancien est difficile, mais aussi goûtée. »