Navigation – Plan du site
Hommage

Pierre Hadot (1922-2010)(suite)
Exercices spirituels

Carlo Ossola
p. 43-46

Texte intégral

Pr Carlo Ossola

© P. Imbert, Collège de France

  • 1  Pierre Hadot, « Mes livres et mes recherches », republié in Exercices spirituels et philosophie an (...)

1Pierre Hadot affirme, dans une communication au Collège de philosophie, en 1993, que « la philosophie doit se définir comme un ‘exercice spirituel’1 ». Il ajoute que cette réflexion « remonte aux années 1959-1960, à sa rencontre avec l’œuvre de Wittgenstein ». Dans la citation appuyant cette affirmation, il n’y a pourtant pas cette formule « exercices spirituels » et j’ai l’impression qu’elle fut autorisée, en réalité, par l’œuvre de Roland Barthes, Sade, Fourier, Loyola, de 1971, où les Exercices de Loyola retrouvent leur force de mise en place d’un espace intérieur et théâtral des images spirituelles.

2C’est tout un mouvement qui conduit Michel Foucault à proposer au Collège de France d’abord Roland Barthes (en 1977) et, à sa suite, Pierre Hadot, dans une même continuité théorique : la quête de soi.

3L’œuvre de Pierre Hadot se concentre sur cette période de l’antiquité classique de Sénèque à Marc-Aurèle, où la « méditation » va prendre l’ampleur de règle de vie, où « apprendre à vivre », « apprendre à dialoguer », « apprendre à mourir » (ce sont les chapitres de ce livre) font tout un.

4Nous pourrions ajouter que Pierre Hadot occupe l’espace exact que Marguerite Yourcenar a admirablement évoqué dans les notes complémentaires aux Mémoires d’Hadrien, où elle cite un passage de la correspondance de Flaubert : « Les dieux n’étant plus, et le Christ n’étant pas encore, il y a eu, de Cicéron à Marc Aurèle, un moment unique où l’homme seul a été. »

5Position stoïcienne ? Je dirais que non.

6À plusieurs reprises (dans ses Exercices mais aussi dans Qu’est-ce que la philosophie antique ?) Hadot cite un passage de G. Friedmann, La puissance et la sagesse, 1970, que je me permets de vous lire :

Prendre son vol chaque jour ! Au moins un moment qui peut être bref, pourvu qu’il soit intense. Chaque jour un « exercice spirituel »– seul ou en compagnie d’un homme qui, lui aussi, veut s’améliorer. Exercices spirituels. Sortir de la durée. S’efforcer de dépouiller tes propres passions, les vanités, le prurit de bruit autour de ton nom (qui, de temps à autre, te démange comme un mal chronique). Fuir la médisance. Dépouiller la pitié et la haine. Aimer tous les hommes libres. S’éterniser en se dépassant.

  • 2  G. Friedmann, La Puissance et la sagesse, Paris, 1970, p. 359 ; cité par Pierre Hadot, Exercices s (...)

Cet effort sur soi est nécessaire, cette ambition, juste. Nombreux sont ceux qui s’absorbent entièrement dans la politique militante, la préparation de la révolution sociale. Rares, très rares, ceux qui pour préparer la révolution, veulent s’en rendre dignes.2

  • 3  Pierre Hadot, Introduction à la pensée de Marc-Aurèle, p. 338 : « Cette Cité la plus auguste, c’es (...)

7« Prendre son vol » : je pense que toute la philosophie de Pierre Hadot se résume dans cet élan vers la « Cité d’en haut » qu’il découvre, bien avant saint Augustin, dans l’Eis heauton de Marc-Aurèle3.

8Je voudrais même préciser que la nature de la pensée de Pierre Hadot n’est point stoïcienne mais plutôt proche du Deus ludit in orbe terrarum, comme il le précise dans un chapitre – La Nature prodigue – de son Voile d’Isis où il cite un passage de Nietzsche :

L’idée de jeu conduit à celle de liberté, de fantaisie, de prodigalité, c’est-à-dire, finalement, à la destruction de la conception aristotélicienne d’une nature bonne économe et bonne ménagère. Chez Nietzsche, la prodigue exubérance de la nature devient un thème central :

Dans la nature, règne non pas la situation de détresse, mais au contraire la surabondance, la prodigalité, jusqu’à l’absurde même.

Vous voulez vivre en conformité avec la nature ? Ô nobles stoïciens, quelle duperie dans les mots ! Imaginez-vous un être qui soit comme est la nature, prodigue sans mesure, indifférent sans mesure, sans intentions ni égards, sans pitié ni justice, fécond et stérile et incertain à la fois !

  • 4  Id., Le Voile d’Isis. Essai sur l’histoire de l’idée de Nature, Paris, Gallimard, 2004, p. 207-208 (...)

La nature, comme elle est, avec tout le caractère grandiose de cette prodigalité et cette indifférence, qui nous révoltent, mais qui n’en sont pas moins aristocratiques4.

9« Prendre son vol » ne conduit pourtant pas à une poétique du sublime, mais à une dialectique du « haut » et du « bas » de la condition humaine, que Pierre Hadot développe magnifiquement dans son dernier livre N’oublie pas de vivre. Goethe et la tradition des exercices spirituels (2008), dont je me contente ici, pour témoigner de la qualité poétique de sa pensée et de son écriture, de ne vous présenter que quelques citations, où alternent la « contemplation d’en haut » et la « compassion d’en bas » :

  • 5  W. Goethe, « Génie planant », cité par Pierre Hadot, N’oublie pas de vivre. Goethe et la tradition (...)

Quand, le jour, le zénith et le lointain
S’écoulent, bleus, dans l’infini,
Quand, la nuit, le poids écrasant des astres
Clôt la voûte céleste
Au vert, à la multitude des couleurs,
Un cœur pur puise sa force.
Et aussi bien le haut que le bas
Enrichissent le noble esprit5.

  • 6  Sénèque, Questions naturelles, I, Prologue, § 7.

L’âme – dit Sénéque6 – possède, en sa forme achevée et plénière, le bien que peut atteindre la condition humaine, lorsque, foulant aux pieds tout le mal, elle gagne les hauteurs et qu’elle parvient jusqu’au sein le plus intime de la nature. Elle se plaît à planer au milieu des astres.

  • 7  Pierre Hadot, N’oublie pas de vivre, op.cit., p. 104-105.

Le regard d’en haut peut devenir aussi un regard impitoyable porté sur la petitesse et le ridicule de ce qui passionne les hommes. Car, dans la perspective de la vue d’en haut, la terre n’est qu’un point par rapport à l’immensité de l’univers ou des univers. « La terre me parut si petite », dit Scipion racontant son rêve chez Cicéron, « que j’eus honte de notre empire romain7 ».

  • 8  W. Goethe, Poésie et Vérité, p. 501 ; cité par Pierre Hadot, N’oublie pas de vivre, op.cit., p. 1 (...)

Comme fouettés par des esprits invisibles, les chevaux solaires du temps s’emballent en emportant le frêle char de notre destin, et, à nous, il ne reste rien, sinon de courageusement tenir les rênes, et, tantôt à droite, tantôt à gauche, de détourner les roues, ici du rocher, là de l’éboulis. Où va-t-on ? Qui le sait ? Notre char se souvient à peine d’où il est venu8.

  • 9  Montaigne, Essais, III, 13, Paris, 1962, p. 1088 ; cité par Pierre Hadot, N’oublie pas de vivre, o (...)

Je n’ai rien faict d’aujourd’huy. – Quoy ? avez-vous pas vescu ? C’est non seulement la fondamentale, mais la plus illustre de vos occupations […] Nostre grand et glorieux chef-d’œuvre, c’est vivre à propos. C’est une absolue perfection et comme divine, de sçavoyr loiallement de son estre9.

10Dans son for intérieur, la pensée de Pierre Hadot fait revivre la célèbre expression de Hölderlin :

Haut de page

Notes

Voll Verdienst, doch dichterish, wohnet der
Mensch auf dieser Erde,

plein de mérite, mais poétiquement,
habite l’homme sur cette terre.

1  Pierre Hadot, « Mes livres et mes recherches », republié in Exercices spirituels et philosophie antique, Paris, Albin Michel, 2002 [« Nouvelle édition revue et augmentée »], p. 367.

2  G. Friedmann, La Puissance et la sagesse, Paris, 1970, p. 359 ; cité par Pierre Hadot, Exercices spirituels, op.cit., p. 19 et Qu’est-ce que la philosophie antique, Paris, Gallimard, 1995, p. 416.

3  Pierre Hadot, Introduction à la pensée de Marc-Aurèle, p. 338 : « Cette Cité la plus auguste, c’est la Cité d’en haut, dont l’homme est le citoyen et “dont les autres cités ne sont que les maisons” (III, 11, 2) ».

4  Id., Le Voile d’Isis. Essai sur l’histoire de l’idée de Nature, Paris, Gallimard, 2004, p. 207-208 [« La Nature prodigue »].

5  W. Goethe, « Génie planant », cité par Pierre Hadot, N’oublie pas de vivre. Goethe et la tradition des exercices spirituels, Paris, Albin Michel, 2008, p. 138.

6  Sénèque, Questions naturelles, I, Prologue, § 7.

7  Pierre Hadot, N’oublie pas de vivre, op.cit., p. 104-105.

8  W. Goethe, Poésie et Vérité, p. 501 ; cité par Pierre Hadot, N’oublie pas de vivre, op.cit., p. 199.

9  Montaigne, Essais, III, 13, Paris, 1962, p. 1088 ; cité par Pierre Hadot, N’oublie pas de vivre, op.cit., p. 272.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Pr Carlo Ossola
Crédits © P. Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/865/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lettre du Collège de France n° 30, Paris, Collège de France, p. 43-46, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Carlo Ossola, « Pierre Hadot (1922-2010)(suite)
Exercices spirituels », La lettre du Collège de France [En ligne], 30 | décembre 2010, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 25 juin 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/865

Haut de page

Auteur

Carlo Ossola

Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de Littératures modernes de l’Europe néolatine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page