Navigation – Plan du site
Éclairage

Quelle Europe pour le xxie siècle ?

Carlo Ossola
p. 37-38

Texte intégral

Pr Carlo Ossola

© P. Imbert, Collège de France

1Lorsque j’ai été élu au Collège de France, en 1999, la possibilité venait d’être accordée de nommer titulaires de chaires permanentes des chercheurs étrangers. La France savante redevenait la res publica literaria des humanistes. L’Europe était, à son tour, une conquête politique, mais elle se présentait et se présente aujourd’hui comme une tâche, un espace, une mission visant à former une patrie commune de vie et d’idées. On pourrait dire, comme pour le Risorgimento italien du xixe siècle : « nous avons fait l’Europe, il nous reste à faire les Européens ».

2Le Collège de France a une responsabilité spéciale envers l’Europe des esprits, à la fois par ses origines de conciliation érasmienne et par son histoire récente (ce sont, entre autres, Paul Hazard avec sa Crise de la conscience européenne, Fernand Braudel, Marcel Bataillon et, plus récemment, Marc Fumaroli, ayant choisi avant moi d’intégrer ce mot « Europe » à l’intitulé de sa chaire, qui ont maintenu vivante cette instance européenne, de même que les titulaires de la « chaire européenne » et de la « chaire internationale », de Bronisław Geremek à Umberto Eco).

  • 1  Voir, notamment, la leçon inaugurale de l’année académique 2010-2011 de Francisco Jarauta, El Futu (...)

3Comment penser cette « civilisation de l’Europe1 » ? Je ne suggérerai que deux exemples.

4Je commencerai, dans le temps, par la Gallia Narbonensis. Lorsque vous entrez dans Narbonne, par la route nationale, vous êtes encore accueilli par un panneau de bienvenue généreux et solennel : « Narbonne, première fille de Rome hors d’Italie. » Rome fut tout à la fois un creuset, un carrefour, un chemin de terre et d’eau pour toute la Méditerranée ; un tronçon de la Via Domitia passe encore, à ciel ouvert, devant l’ancien palais des archevêques et la cathédrale Saint-Just-et-Saint-Pasteur.

5Quand on considère ce qui a suivi, les siècles « identitaires », partout se lisent les signes des massacres commis au titre de la vérité et de la pureté : d’Albi à Carcassonne, ces terres sont celles de la croisade contre les Albigeois ; ici – quelques siècles plus tard, lors des guerres de religion – la splendide abbaye cistercienne de Valmagne est mise sous siège par l’ancien abbé Vincent Concomblet de Saint-Séverin, rallié à la Réforme, et tous les moines sont rendus à une vie meilleure au fil de l’épée ; l’abbaye elle-même est réquisitionnée pendant la Révolution, archives, mobilier et instruments du culte sont brûlés, puis elle est vendue à un producteur viticole qui installe, dans chacune des chapelles latérales, ses énormes foudres aux mesures parfaitement adaptées aux voutes –lesquels y trônent encore aujourd’hui, l’abbaye ayant été transmise à d’autres producteurs de vin, pourvus quant à eux d’un titre de noblesse et tout aussi fidèles à cet héritage révolutionnaire.

6Les signes d’une civilisation pacifiée sont rares, presque tous – de Béziers à Pézenas – de type toscan, témoignages d’une Renaissance de jardins et de villas importée par la famille florentine de Piero Bonsi [Pierre de Bonzi], intime de Mazarin, mais aussi de Colbert, qui pendant près d’un siècle – depuis la fin du xvie siècle jusqu’à la fin du xviie – gouverna évêchés et abbayes du Languedoc, donnant à Pézenas l’aspect de cette élégante coulisse italienne où voient le jour les premières pièces de Molière.

7Remarquable exception – qui à elle seule suscite une réflexion sur ce qu’est, et devrait rester, la civilisation européenne –, l’abbaye de Fontfroide ; fondée en 1093 – et superbe structure cistercienne alliant le Moyen Âge à la Renaissance –, elle aussi en ruines après la Révolution, puis, au xxe siècle, prête à connaître la même fin que les cloîtres de Saint-Guilhem-le-Désert et Saint-Michel-de-Cuxa, que l’Américain George Grey Barnard acheta, démonta, et emporta à New York, où ils sont encore exposés, précisément au musée des Cloisters, l’abbaye de Fontfroide échappe à ce même destin parce que Madeleine et Gustave Fayet, eux aussi marchands de vin aisés, établis à Béziers, l’achètent en 1908 et investissent tous leurs biens dans sa restauration. Fayet, bon peintre, devient en 1900 le conservateur du musée de Béziers ; il a du goût et commence à acheter des Gauguin (Les Trois Tahitiens, Les Seins aux fleurs rouges) ; en 1901, il organise à Béziers une exposition d’actualité et d’un grand raffinement, où sont présentés non seulement Degas, Renoir, Cézanne et Pissarro, mais aussi Odilon Redon – qui deviendra un ami proche de Fayet – et surtout un certain « M. Picasso, Espagne », peut-être pour sa première exposition hors d’Espagne – il a alors à peine vingt ans. Fayet devient un des principaux promoteurs de l’œuvre de Gauguin, et on conçoit aisément ce qu’aurait pu être son parcours de collectionneur au xxe siècle. Mais en 1908, avec Odilon Redon et Richard Burgsthal, peintre et célèbre maître verrier, il découvre Fontfroide et, comme dans la parabole évangélique [Matth., XIII, 44-46], il vend ses Gauguin, dont une partie – sur grès et sur bois – sont désormais au musée d’Orsay, afin de restaurer l’abbaye et de la munir de nouveaux vitraux.

8Qui visite Fontfroide aujourd’hui trouve le sens profond de la mission de l’Europe : préserver le passé, choisir avec rigueur au cœur du présent et promouvoir l’avenir, c’est-à-dire peut-être les M. Picasso qui, dans chaque métier et chaque art, passent près de nous, inaperçus ; et rester surtout la « première fille de Rome », comme le rappellent encore les monuments aux morts de Béziers et de Narbonne, et leurs espaces sacrés, dédiés aux soldats tombés lors de la Première Guerre mondiale : noms italiens, basques, espagnols, portugais, français. Vue depuis le lieu-temps de n’importe quelle ville d’Europe, la seule frontière, c’est notre peur ; et les seules caravanes à chasser sont celles de notre ignorance.

  • 2  Voir M. Becker, Die Kardinaltugenden bei Cicero und Ambrosius: De officiis, Basel, Schwabe, 1994.

9Pour une telle Europe, les vertus de sociabilité qu’a promues sur tout le continent le xviiie siècle des Lumières et de la conversation, avec ses salons, ses théâtres et ses itinéraires de kavaliertour, ne suffisent plus. Nous sommes aujourd’hui, comme l’a bien observé Zygmunt Bauman, dans des « sociétés liquides », sans forme et sans berges, en diffluence dans le champ infini de l’arbitraire, sans plus de véritable Bildung apte à former une conscience européenne. Les États sont fragiles, les idéaux modestes, et souvent égoïstes, la jeunesse a peu d’espoir d’avenir. Il est nécessaire – et c’est ma proposition – que nos poleis reviennent aux vertus de la Politique, définies par Aristote dans son troisième livre (chapitre III : sur la vertu de l’homme de bien et du bon citoyen) et formulées en latin par Cicéron dans le premier livre de son De officiis, puis fixées par Ambroise et Augustin: la prudentia, la justitia, la fortitudo, la temperantia2. Telles étaient les « vertus cardinales » qui guidaient l’action du citoyen, piliers de l’homme « inébranlable », fermement appuyé sur les quatre angles de ces colonnes de Bildung et de résistance. À ces vertus, confirmant ainsi le monde grec et latin, le christianisme a ajouté les trois vertus théologales consacrées par saint Paul dans la Première Épître aux Corinthiens (XIII, 13) : la foi, l’espérance et la charité, parmi lesquelles la plus grande est la caritas (l’amour pour l’homme).

  • 3  La Noblesse de l’esprit: un idéal oublié, Paris, Nil, 2009.

10Les traités médiévaux en sont nourris ; et le but ultime de ces vertus, cardinales et théologales, est – comme le rappellera Dante dans son Monarchia (I, 4, 1-4 ; et I, 16) – l’instauration de cette paix que le Messie a apportée aux hommes : pax hominibus bonae voluntatis. Plus encore dans la Divine Comédie, Dante célèbre les « quatre étoiles / jamais vues, sinon à l’âge d’or de l’humanité » (Purgatoire, I, 23-24 et VIII, 89-93). Peu après, Ambrogio Lorenzetti, dans sa magnifique fresque de l’Allégorie du bon et du mauvais gouvernement (1338-1339), salle des Neuf du Palazzo Pubblico de Sienne, fixera définitivement ce canon de vertu, y ajoutant la Magnanimité, et plaçant au centre de tout la Paix. Il serait instructif de reparcourir l’histoire de la magnanimitas, mais je renverrai simplement ici au récent ouvrage de Rob Riemen, Adel van de Geest3, qui la retrace avec une pertinence qui ne renonce pas à l’engagement.

  • 4  Voir aussi le beau livre d’Agnès Heller, The time is out of joint: Shakespeare as philosopher of h (...)

11Aujourd’hui, nous avons besoin de ces cardini [gonds, axes] pour l’Europe à venir ; Shakespeare observait déjà que The time is out of joint (Hamlet)4. Seule une conscience forte de ces vertus « cardinales », aristotéliciennes, cicéroniennes et chrétiennes, peut former une jeunesse européenne digne de son héritage et féconde d’avenir.

Ambrogio Lorenzetti, Allégorie du bon et du mauvais gouvernement (Allegorie ed effetti del Buono e Cattivo Governo, fresque), Palazzo Pubblico, Sienne, 1338-1339.

Haut de page

Notes

1  Voir, notamment, la leçon inaugurale de l’année académique 2010-2011 de Francisco Jarauta, El Futuro de Europa, Murcia, Universidades Públicas de la Región de Murcia, 2010.

2  Voir M. Becker, Die Kardinaltugenden bei Cicero und Ambrosius: De officiis, Basel, Schwabe, 1994.

3  La Noblesse de l’esprit: un idéal oublié, Paris, Nil, 2009.

4  Voir aussi le beau livre d’Agnès Heller, The time is out of joint: Shakespeare as philosopher of history, Boston, Rowman, 2002.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Pr Carlo Ossola
Crédits © P. Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/857/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Ambrogio Lorenzetti, Allégorie du bon et du mauvais gouvernement (Allegorie ed effetti del Buono e Cattivo Governo, fresque), Palazzo Pubblico, Sienne, 1338-1339.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/857/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lettre du Collège de France n° 30, Paris, Collège de France, p. 37-38, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Carlo Ossola, « Quelle Europe pour le xxie siècle ? », La lettre du Collège de France [En ligne], 30 | décembre 2010, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/857

Haut de page

Auteur

Carlo Ossola

Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de Littératures modernes de l’Europe néolatine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page