Navigation – Plan du site
Éclairage

Les professeurs du Collège de France : démographie d’une population pluricentenaire

Henri Leridon
p. 33-36

Entrées d’index

Mots-clés :

démographie
Haut de page

Texte intégral

Pr Henri Leridon

© P. Imbert, Collège de France

1En 1530, les quatre premiers « lecteurs royaux » nommés par François Ier ont ouvert une liste qui depuis s’est allongée et comptait, au 1er janvier 2010, 693noms. Si les premiers lecteurs étaient nommés, et révoqués, par simple décision du roi, la collectivité des enseignants s’est progressivement organisée en corporation, et elle a obtenu le droit de contrôler le processus de recrutement (même si la nomination reste, in fine, un acte administratif pris par la plus haute autorité de l’État) et de s’opposer aux tentatives de révocation par le même pouvoir, sans y parvenir toujours : le Collège a connu 19 cas de révocation entre 1821 et 1944, dont 7 sans réintégration ultérieure. Peu à peu les chaires se sont « consolidées » et le principe du remplacement automatique par une élection, après chaque vacance, s’est imposé. Depuis les travaux d’Abel Lefranc, notamment, on connaît de façon quasi certaine la liste de tous les professeurs titulaires, bien que quelques incertitudes subsistent sur la position administrative exacte de tel ou tel, dans les périodes anciennes.

Évolution de l’effectif des titulaires

  • 1  Nous nous intéressons ici à l’effectif des professeurs en fonction, non à l’effectif théorique ou (...)

2Cinq lecteurs ont été nommés au cours de l’année 1530. L’effectif1 a cru lentement, culminant à 20 vers 1600, et se stabilisant vers 18-22 pendant les deux siècles suivants (figure 1). À la veille de la Révolution, le Collège comptait 21 professeurs. S’ouvre à partir de 1831 une période de forte croissance qui porte l’effectif de 21 en 1820 à 50 en 1927. Depuis 1930, l’effectif a oscillé entre 40 et 50. Au 1er janvier 2010, le Collège compte 52 postes de professeurs titulaires, dont 47 sont occupés, et 5 chaires annuelles.

Figure 1. Effectif des professeurs titulaires en fonction et des chaires annuelles, 1530-2009

Figure 1. Effectif des professeurs titulaires en fonction et des chaires annuelles, 1530-2009

3Avec un effectif aussi limité, surtout au cours des trois premiers siècles, le renouvellement était forcément lent. D’une élection par an en moyenne jusque vers 1820, ce chiffre passe à 2 un siècle plus tard et se stabilise à 2,5-3 en moyenne au cours du xxe siècle.

Sources et conventions adoptées
Pour la présente étude, nous avons utilisé principalement la liste établie au 1er janvier 2009 par la direction des Affaires culturelles du Collège (DAC), complétée par celle tenue à jour au service des Bibliothèques et archives et par l’historique des chaires publié dans chaque Annuaire du Collège. Nous traiterons à part le cas des chaires annuelles, créées à partir de 1989, dont les occupants ont le titre de « professeur associé ».
Nous remercions le professeur Antoine Compagnon pour des corrections concernant la période 1936-1946, ainsi que Claire Guttinger, du service des Archives, pour l’accès à divers documents.
Contenu de la source : la liste utilisée comporte les nom et prénom de chaque professeur, ses années de naissance, de décès, de début et de fin d’occupation de la chaire, avec l’intitulé de celle-ci (ou, le cas échéant, des chaires occupées successivement). Les fonctions précises occupées par le professeur sont aussi mentionnées : les périodes pendant lesquelles les personnes citées ont occupé les fonctions de préparateur, répétiteur, assistant, adjoint, sous-directeur (de…), suppléant, remplaçant, chargé de cours, chargé de cours complémentaires, ont été ignorées. Seule exception : les six cas où la personne n’a occupé que des fonctions de chargé de cours ou de suppléant, sans devenir titulaire, tout en utilisant les crédits d’une chaire précise, et qui sont listés à la fois dans la liste DAC et dans l’historique des chaires de l’Annuaire.
Périodes particulières : quand un professeur a occupé deux chaires successivement, on a constitué une seule période globale. Les épisodes « révoqué en… puis réintégré en… » ont été ignorés (on n’a pas tenu compte de l’interruption) (12 cas). Il y a eu 7 révocations définitives.

Données manquantes : 108 dates de naissance sont manquantes, toutes pour des chaires occupées avant 1900 et presque toutes (104) avant 1800 ; 5 dates de décès sont inconnues ; il manque une date de début d’occupation, et 5 dates de fin (toutes avant 1700). Au total, 6durées sont inconnues et ne pourront donc pas être exploitées.

Âges en début et fin d’enseignement

4Pendant le premier siècle, l’âge moyen en début d’enseignement est inférieur à 40 ans (figure 2, courbe supérieure). Il reste ensuite de l’ordre de 40 à 45 ans jusqu’à la fin du xixe siècle, pour s’élever ensuite assez régulièrement : vers 1920, il est passé à 50 ans, vers 1940 à 55 ans. De 1950 à 1980 il se stabilise vers 52-53 ans, puis monte à 58 ans en 1990-95. C’est d’ailleurs à ce moment que le PrJean-Marie Zemb présente à l’Assemblée des professeurs une petite étude pour alerter ses collègues sur cette évolution rapide, dans un contexte où l’âge en fin d’enseignement est contraint par celui de la retraite (70 ans depuis 1936). Pour la décennie 2000-2009, la moyenne est revenue à 55,7 ans ; un quart ont été élus avant 52 ans, et un quart après 61 ans.

Figure 2. Âge moyen à l’élection et durée d’enseignement, 1530-2009 (par périodes de 10 ans)

Figure 2. Âge moyen à l’élection et durée d’enseignement, 1530-2009 (par périodes de 10 ans)
  • 2  Leridon Henri,. « Démographie d’une académie. L’Académie des sciences (Institut de France) de 1666 (...)

5Une telle évolution est assez habituelle pour l’entrée dans des « corps » qui ne sont pas régis par des règles d’âge. On peut, par exemple, se comparer aux Académies, qui recrutent aussi leurs membres en cours de carrière. Nous avons ainsi pu montrer2 que l’âge moyen à l’élection des académiciens français des sciences, qui était de l’ordre de 45 ans environ de 1666 à 1860, avait approché 65 ans en 1960-64, pour redescendre ensuite vers 55-60 ans. La tendance a été encore plus marquée aux académies des Sciences morales et politiques ou de Médecine, avec un âge moyen de 67-68 ans vers 2000, ou à l’Académie française (71 ans). Une interprétation possible de cette évolution « spontanée » est que l’élévation de l’âge moyen des membres (qui sont aussi les électeurs) les conduise à réviser la notion qu’ils ont d’un « jeune collègue » et à retarder l’élection des nouveaux membres.

6Pour l’anecdote, nous avons relevé six professeurs élus avant d’avoir atteint 25 ans. Le record semble détenu (si les dates sont exactes) par Jérôme Goulu qui succède à son père à 22 ans, en 1603 (comme Jean Duret l’avait fait à 23 ans en 1586). Pour les périodes plus récentes, notons l’élection de Jean-Pierre Serre à 30 ans en 1956.

7L’âge moyen en fin d’enseignement a longtemps coïncidé, dans la majorité des cas, avec celui au décès (figure3) : jusqu’au milieu du xviiiie siècle, moins de 15 % des professeurs décédaient après avoir abandonné leur enseignement, et la proportion était encore de 30 % vers 1925. Pendant longtemps, en effet, il n’existait pas de limite d’âge, et chaque professeur décidait de la date d’arrêt de son enseignement ; il pouvait aussi, après 20 ans de service ou en cas d’incapacité durable, proposer un suppléant pendant quelques années. La courbe d’évolution de l’âge moyen en fin d’enseignement suit donc d’assez près celle de l’âge au décès, avec un écart de l’ordre de 3 à 5 ans sur toute la période 1600-1930. C’est seulement après cette date que l’écart se creuse pour atteindre une douzaine d’années : l’imposition d’un âge limite réglementaire (75 ans vers 1930, puis 70 ans en 1936) devient alors déterminante.

8Figure 3. Âge moyen au décès et en fin d’enseignement, 1530-2009 (par périodes de 25 ans)

913 professeurs ont occupé leur chaire jusqu’à 80 ans et plus. Le record de longévité est détenu conjointement par Antoine Portal (élu en 1769) et Paul Foucart (élu en 1877) avec 90 ans.

10Précisons, au passage et sans surprise, que l’espérance de vie des professeurs dépasse celle de la population française globale : en tenant compte du fait que l’élection n’intervient guère avant 50 ans, on peut comparer l’espérance de vie (masculine) à 50 ans avec la durée de vie des professeurs. L’écart est de l’ordre de 5 à 7ans en faveur de ces derniers depuis au moins deuxsiècles.

11La différence entre les dates de fin et début d’enseignement donne la durée d’occupation de la chaire. Celle-ci augmente au cours des deux premiers siècles, et reste de l’ordre de 20-25 ans de 1730 à 1930 (figure 2, courbe inférieure). L’élévation de l’âge à l’élection, combiné à l’obligation de retraite à 75 puis 70 ans, abaisse ensuite la durée d’enseignement en dessous de 20 ans. La durée moyenne a été de 17 ans pour les professeurs retraités dans les 10 dernières années ; un quart avait enseigné pendant moins de 9 ans, et un quart pendant plus de 24ans.

12Ces valeurs moyennes recouvrent donc une très grande variabilité. Si près d’une trentaine de professeurs n’ont occupé leur chaire que pendant un an ou deux, tout au long de l’histoire du Collège, les très grandes durées ont été fréquentes. Le record a été établi par Antoine Portal, déjà mentionné, avec 63 ans d’occupation de la chaire. Il est suivi par Jean-Baptiste Biot, décédé en 1862 après 61 ans, aucun autre cas ne dépassant 53 ans.

Âge moyen des titulaires. Honorariat

13Contraint par les âges d’entrée et de sortie, l’âge moyen des professeurs en fonction a fortement varié au fil des ans (figure 4). De l’ordre de 50 ans de 1550 à 1625, il fluctue ensuite autour de 55 ans jusqu’au début du xxesiècle. Depuis, la tendance est plutôt à la hausse, l’âge moyen actuel étant de 63 ans.

14Figure 4. Âge moyen des titulaires : valeurs annuelles et lissées sur 11 ans, 1530-2009

15Le règlement de 1829 a créé une possibilité « d’honorariat » pour les professeurs ayant quitté leurs fonctions. En considérant que tout professeur nouvellement retraité a été élu honoraire, le nombre de ceux-ci est simplement égal à celui des professeurs encore en vie au-delà de leur âge de retraite. Jusqu’en 1930, l’effectif des honoraires varie entre 0 et 11, avec une pointe temporaire à 12-14 de 1854 à 1857 (figure 5). À partir de 1930, il augmente rapidement et, depuis quelques années, l’effectif des honoraires dépasse celui des titulaires : ils étaient 52 au 1er janvier 2009, contre 48 titulaires en fonction.

Figure 5. Effectifs des titulaires et des honoraires, 1800-2009

Figure 5. Effectifs des titulaires et des honoraires, 1800-2009

Les chaires annuelles

16Il a existé dans le passé des « chaires temporaires » dont l’existence était souvent liée aux crédits d’une fondation. Elles sont prises en compte dans les analyses ci-dessus, si leur occupant a eu le titre de professeur. Depuis 1989 une nouvelle catégorie de chaires a été créée, dans lesquelles les enseignants (qui ont le titre de « professeur associé ») se succèdent pour une année d’enseignement. Il en existe 5 actuellement, et au premier janvier 2010, 47 professeurs avaient occupé ce type de chaire : ils s’ajoutent donc aux 693 titulaires, sauf deux d’entre eux qui sont devenus ultérieurement professeurs titulaires. L’âge moyen à l’élection de ces enseignants a d’abord été un peu supérieur à celui des titulaires, mais il n’en diffère maintenant plus guère.

Les évolutions par discipline...

17Il est possible de reclasser les chaires en deux grands groupes : sciences mathématiques, physiques et naturelles, ou « SMP » (mathématiques, physique, chimie, biologie, médecine) ; et sciences humaines et sociales, ou « SHS » (philosophie, anthropologie, sociologie, économie, histoire, archéologie, littérature, linguistique…). Si le nombre de chaires SMP est resté quasi stable des origines à la fin du xixe siècle, autour de 10, celui des chaires SHS s’est élevé de 10 en 1800 à 35 vers 1920. On constate depuis une convergence entre les deux nombres, et l’on approchait l’égalité en 2010 avec 24 chaires SHS et 23 SMP.

18L’âge moyen à l’élection n’était guère différent entre ces deux groupes au cours des années 1725 à 1925. Avant et après cette période, on constate que les enseignants SHS ont été recrutés 3 à 5 ans plus tard que les SMP, l’écart s’étant à nouveau réduit au cours des années récentes.

… et par sexe

19Comme la plupart des institutions académiques, le Collège ne s’est ouvert aux femmes que tardivement. La première, Jacqueline de Romilly, a été élue en 1973, et au total sept femmes ont été nommées sur une chaire du Collège (plus deux sur chaires annuelles) ; plusieurs autres sont en cours de recrutement.

En conclusion

20L’effet de l’allongement de la durée de vie, principalement au-delà de 40 ou 50 ans, a des effets « mécaniques » sur un corps non régi par des limites d’âge, et risque donc d’entraîner un vieillissement.

21Cette évolution est cependant sans effet sur l’âge moyen au recrutement, qui résulte des choix exercés au fil des élections. On observe pourtant ici, comme chez les académiciens, une tendance au recrutement plus tardif, comme si les électeurs voulaient éviter un allongement de la durée de présence (tant qu’il n’existe pas de limite d’âge supérieure), ou une réduction du rythme des élections annuelles : à effectif constant (N) et comportements inchangés, en effet, les deux variables (respectivement D et r) sont étroitement liées par la formule N = D x r. Selon les conditions actuelles, par exemple, où N =52 et D =17 ans, le nombre d’élections possibles annuellement est 52/17 = 3. Mais il faut y ajouter les cinq chaires annuelles, qui permettent un élargissement des thématiques enseignées au Collège.

22L’effet de l’évolution de la mortalité est encore plus net après 1930, quand l’espérance de vie au-delà de 60 ans commence vraiment à augmenter : le nombre des professeurs honoraires croit alors très rapidement, passant d’une dizaine à cinquante en une soixantaine d’années.

Bibliographie :
- Collège de France, direction des Affaires culturelles et Relations extérieures.
Liste des Professeurs depuis la fondation du Collège de France en 1530. Paris, 2009.
- Collège de France, service des Bibliothèques et archives.
Liste des Professeurs du Collège de France. Paris, 2009.
- Collège de France.
Cours et travaux du Collège de France. Historique 2008-2009 (et années antérieures).
- Goujet, Claude-Pierre (Abbé).
Mémoire historique et littéraire sur le Collège Royal de France A.M. Lottin, 1758.
- Lefranc, Abel.
Histoire du Collège de France. Hachette, 1893.
- Lefranc, Abel et al.
Le Collège de France (1530-1930). Livre jubilaire composé à l’occasion de son Quatrième centenaire. PUF, 1932.

L’Assemblée des professeurs en 1926.

L’Assemblée des professeurs en 1926.

L’Assemblée des professeurs en 2010.

L’Assemblée des professeurs en 2010.

© P. Imbert, Collège de France.

Haut de page

Notes

1  Nous nous intéressons ici à l’effectif des professeurs en fonction, non à l’effectif théorique ou budgétaire.

2  Leridon Henri,. « Démographie d’une académie. L’Académie des sciences (Institut de France) de 1666 à 2030 », Population, 59(1), 2004.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Pr Henri Leridon
Crédits © P. Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/856/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 1. Effectif des professeurs titulaires en fonction et des chaires annuelles, 1530-2009
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/856/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 2. Âge moyen à l’élection et durée d’enseignement, 1530-2009 (par périodes de 10 ans)
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/856/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/856/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/856/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 5. Effectifs des titulaires et des honoraires, 1800-2009
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/856/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre L’Assemblée des professeurs en 1926.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/856/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre L’Assemblée des professeurs en 2010.
Crédits © P. Imbert, Collège de France.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/856/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lettre du Collège de France n° 30, Paris, Collège de France, p. 33-36, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Henri Leridon, « Les professeurs du Collège de France : démographie d’une population pluricentenaire », La lettre du Collège de France [En ligne], 30 | décembre 2010, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/856

Haut de page

Auteur

Henri Leridon

Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire Développement durable pour l’année académique 2008-2009

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page