Navigation – Plan du site
Colloques

Deuxième colloque annuel de l’ITMO des technologies pour la santé

Patrick Couvreur
p. 24-25

Résumé

Colloque organisé par la Chaire d’Innovation technologique Liliane Bettencourt et l’Institut thématique multi organismes (ITMO) Technologies pour la santé

25 juin 2010

Haut de page

Texte intégral

Patrick Couvreur (chaire d’Innovation technologique Liliane Bettencourt) et Jacques Grassi (directeur de l’Institut des technologies pour la santé)

© P. Imbert, Collège de France

1Le 25 juin dernier, la chaire d’Innovation technologique Liliane Bettencourt et l’Institut thématique multi organismes Technologies pour la santé organisaient conjointement, au Collège de France, un colloque destiné à faire le point sur les avancées les plus récentes (conception de nouveaux médicaments, amélioration des techniques d’imagerie, suppléance fonctionnelle, etc.) dans le domaine de la nanomédecine. L’objectif de la rencontre était aussi d’identifier les verrous qui limitent encore l’application des nanotechnologies au domaine médical. Comme l’a rappelé Patrick Couvreur dans son exposé introductif, la nanomédecine offre en effet de nouvelles perspectives thérapeutiques, scientifiques et technologiques, mais tous les aspects de cette nouvelle discipline ne sont pas encore maîtrisés.

2La session du matin a été consacrée à la conception de nanomédicaments (molécules biologiquement actives vectorisées vers les cellules ou tissus cibles à l’aide de systèmes nanoparticulaires), principalement dans le domaine du cancer. La résistance au traitement par les anticancéreux est, en effet, un problème majeur qui réduit les chances de succès de nombreuses chimiothérapies. Bien que les mécanismes de résistance soient multiples, il a été démontré (C. Dubernet, université Paris-Sud) que les nanotechnologies permettaient, dans plusieurs cas, de contourner ces mécanismes et de restaurer la sensibilité des cellules cancéreuses à la chimiothérapie. C.Malvy (université Paris-Sud et IGR) a montré l’intérêt de la vectorisation d’oligonucléotides et de siRNA orientés contre des oncogènes de jonction (principalement le sarcome d’Ewing et le carcinome papillaire de la thyroïde). Les nanovecteurs permettent, en effet, de protéger ces courts fragments d’acides nucléiques de la dégradation par les 3’exonucléases et de favoriser leur pénétration intracellulaire.

3Les aspects toxicologiques ont également été abordés par M.Moghimi (université de Copenhague). En effet, l’administration intraveineuse de colloïdes thérapeutiques a induit l’émergence de pseudo-allergies chez certains patients. Ces effets secondaires sont le plus souvent bénins mais, dans certains cas, ils ont donné lieu à des événements cardiopulmonaires sévères. Ces réactions qui ne produisent pas d’augmentation des IgE sériques sont attribuées à l’activation du complément et à la production de cytokines pro-inflammatoires. Les mécanismes d’activation du complément ont été abordés dans le détail (voie classique et voie alterne, notamment). Clinicien et chercheur à l’hôpital d’Hadassa (Israël), A.Gabizon a montré comment un pur concept de laboratoire (des liposomes de doxorubicine recouverts de polyéthylèneglycol) pouvait aboutir à la découverte d’un nanomédicament anticancéreux (le DoxilR). Les aspects de la recherche clinique qui a permis la mise sur le marché de ce médicament ont été discutés dans le détail.

4La seconde partie de ce symposium a abordé d’autres domaines de la nanomédecine comme la suppléance fonctionnelle, la biologie à grande échelle ou l’utilisation de nano-objets pour l’imagerie médicale.

5Une première présentation de Serge Picaud (UPMC, Institut de la vision) et de Philippe Bergonzo (CEA) a porté sur la mise au point d’implants rétiniens capables de transmettre au nerf optique les informations visuelles recueillies par une caméra embarquée. L’originalité du travail présenté est de développer un implant souple, micro- ou nano-structuré, constitué par un réseau de microélectrodes en diamant (microelectrode array) déposé sur un film de polyimide. Par rapport aux microélectrodes métalliques, le recours au diamant a l’avantage d’offrir une meilleure biocompatibilité et une meilleure « durabilité ». Ce travail, qui devrait déboucher sur des applications cliniques, permet d’envisager, à moyen terme, de redonner une « vue partielle » à des personnes aveugles.

6Michael Roukes (professeur de physique et de bio-ingénierie au California Institute of Technology) a présenté une revue de l’évolution des systèmes nano-électromécaniques développés grâce à une approche multidisciplinaire utilisant des analogies entre le fonctionnement d’objets technologiques (circuits électriques par exemple) et le fonctionnement des milieux biologiques. Les principales réalisations de ces dernières années portent sur le développement de microsystèmes (biopuces, système microfluidique, etc.) permettant de détecter, d’analyser à haut débit et d’enregistrer en continu des flux de biomolécules. Les applications dans le domaine du diagnostic moléculaire font l’objet d’une collaboration étroite entre scientifiques et ingénieurs de Caltech et du CEA/LETI à Grenoble.

7Pour conclure la partie strictement scientifique de la réunion, Benoit Dubertret (ESPCI) a fait le point sur les derniers travaux de son laboratoire sur la production et la caractérisation de « Quantum dots » adaptés à l’imagerie optique fluorescente in vivo. Cette présentation a mis en évidence les très importants progrès faits dans ce domaine pour améliorer les propriétés optiques de ces nanoparticules fluorescentes (absence de clignotement, émission dans le proche infrarouge) et diminuer leur toxicité (un des reproches classiquement faits aux quantum dots). Finalement, la possibilité d’accéder à une imagerie multimodale en combinant la tomographie par émission de positons (TEP) à la fluorescence a été illustrée par quelques exemples. Cette approche qui implique le marquage des quantum dots par du 18F ouvre aussi la perspective d’une imagerie « multi-dimension » permettant d’exploiter au mieux les caractéristiques des deux types d’imagerie.

8La journée s’est terminée par quelques informations sur les activités de l’Alliance Aviesan et de l’ITMO Technologies pour la santé, en présence d’A. Syrota, président directeur général de l’INSERM. La présentation de Jacques Grassi (ITMO TS) a été suivie d’une discussion avec la salle sur les missions de l’Alliance Aviesan et des ITMO.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Patrick Couvreur (chaire d’Innovation technologique Liliane Bettencourt) et Jacques Grassi (directeur de l’Institut des technologies pour la santé)
Crédits © P. Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/847/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lettre du Collège de France n° 30, Paris, Collège de France, p. 24-25, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Patrick Couvreur, « Deuxième colloque annuel de l’ITMO des technologies pour la santé », La lettre du Collège de France [En ligne], 30 | décembre 2010, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 25 juin 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/847

Haut de page

Auteur

Patrick Couvreur

Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire d’Innovation technologique Liliane Bettencourt pour l’année académique 2009-2010

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page