Navigation – Plan du site
Colloques

Quel est l’avenir à long terme de l’épidémie du sida ?

Peter Piot
p. 25-26

Résumé

Colloque organisé par le Pr Peter Piot (chaire Savoirs contre pauvreté)

14 septembre 2010

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

sida
Haut de page

Texte intégral

Pr Peter Piot

© P. Imbert, Collège de France

Introduction au colloque :

Peter Piot

1Dans la série de cours que j’ai donnée au Collège de France, j’ai essayé de retracer l’aventure sans précédent de la lutte contre le Sida, en mettant l’accent sur les résultats obtenus et sur l’importance du contexte dans lequel sont mis en œuvre la science et la politique. La dernière leçon concernait l’avenir du Sida. Nous sommes dans une phase importante et paradoxale de la lutte contre le Sida, comme l’a confirmé la récente conférence internationale de Vienne. Il s’en dégage trois constats :
- l’épidémie de Sida n’est pas terminée, on le constate partout, même en Europe, avec une recrudescence de nouvelles infections, surtout – mais pas uniquement – parmi les homosexuels ;
- l’annonce de l’efficacité d’un microbicide, le Tenofovir, qui fait l’objet d’essais menés en Afrique du Sud en 2010, a engendré de véritables problèmes, y compris du point de vue scientifique et pratique ;
- la riposte mondiale est à bout de souffle et connaît un début de difficulté financière : le temps de l’expansion des investissements, année après année, semble terminé, au moins provisoirement. Un grand besoin de stratégie à long terme se fait jour.

2Dans ce contexte, quand j’ai proposé à Jean-François Delfraissy d’organiser un colloque de réflexion sur l’avenir à long terme du Sida en collaboration avec l’Agence nationale de recherche sur le Sida (ANRS), il a tout de suite donné son accord, et je l’en remercie, ainsi que l’ANRS. Je remercie également l’Agence française de développement (AFD), non seulement pour le soutien apporté à la chaire, mais aussi pour son investissement intellectuel dans cette problématique qui touche au développement international, social et économique.

3Nous sommes dans une nouvelle phase de la lutte contre le Sida, où nous aurons besoin de toutes les connaissances et de toutes les créativités, aussi bien scientifiques que politiques et de gestion. Prévoyant la nécessité d’aborder sur le long terme la question du Sida, j’avais lancé il y a trois ans une réflexion sur ces stratégies à long terme, dans un projet appelé AIDS 2031 – 2031 marquant le centenaire de la découverte du virus du Sida en 1981. Plus de 500 chercheurs, représentants des associations, etc., ont participé à ce travail. Leur rapport sera publié le premier décembre prochain dans le Financial Times Science Press. Ce rapport vaut par son contenu, bien que les recommandations principales soient sans surprise, mais aussi par le fait que ces recommandations soient exprimées pour la première fois dans un projet d’ensemble.

4L’objectif du colloque d’aujourd’hui est de relancer le débat sur les stratégies à long terme : que faut-il faire maintenant pour avoir les meilleurs résultats à long terme ? Cela signifie qu’on ne doit pas attendre vingt ans pour mettre en place une stratégie, mais qu’il faut agir dès à présent dans une perspective à long terme.

Jean-François Delfraissy

5Dans quelques jours s’ouvrira à New York le sommet de l’ONU sur les objectifs du millénaire, où l’ensemble des dirigeants du monde doivent débattre notamment des moyens d’accélérer les progrès sur la prévention du VIH pour 2015. Notre colloque se situe donc dans un contexte politique assez fort, comme l’a indiqué Peter Piot. Cet événement est organisé dans le cadre de la chaire Savoir contre pauvreté du Collège de France, soutenue par l’Agence française du développement, et en partenariat avec l’Association nationale de recherche sur le Sida. Cette association représente bien l’histoire de la lutte contre le Sida et des efforts qui ont permis de faire barrage à l’épidémie, avec tout ce que cela implique de volonté politique, d’engagement financier, mais aussi d’effort de recherche et d’acquisition de connaissances.

6La recherche est un élément essentiel qui a jalonné la lutte contre le Sida, depuis la découverte du virus. Il y a eu différentes étapes –j’en cite quelques unes : les trithérapies depuis 1996, les données médico-économiques sur les pays du Sud, l’arrivée des médicaments génériques, les connaissances sur la transmission materno-foetale, etc.

7Nous sommes probablement arrivés aujourd’hui à un tournant. Alors que l’on oppose parfois traitement et stratégie de prévention, ou plutôt, alors qu’on a connu une alternance de périodes privilégiant le traitement et la prise en charge ou la prévention, nous pouvons maintenant nous appuyer sur une volonté d’avancer ensemble, avec de nouvelles questions sur la prévention – sur la circoncision, l’utilisation des antirétroviraux comme nouvel outil de prévention, etc. La conférence de Vienne a illustré cette évolution.

8Dans le domaine de la construction de la recherche, on voit un certain nombre de dirigeants, en France comme dans le monde, passer des questions de recherche thérapeutique ou de recherche translationnelle aux grandes questions de prévention en utilisant les nouveaux outils biomédicaux. On considère parfois que la France a pris un peu de retard en matière de recherche opérationnelle sur la prévention, par rapport à l’approche de l’épidémiologie anglo-saxonne et à la London School, par exemple. Je pense que nous sommes désormais dans la bonne démarche, avec l’idée de monter de grands consortiums dans le domaine de la prévention.

9La recherche est nécessaire, elle a besoin de moyens, dans un contexte financier difficile. On entend dire quelquefois que la communauté constituée autour du VIH et des hépatites a trop de moyens par rapport à d’autres pathologies. Je n’en suis pas certain, ayant à m’occuper d’un paysage plus global de maladies infectieuses. N’oublions pas que cette épidémie se poursuit de façon majeure, et que cette fois la France est au premier rang de l’agenda dans la recherche sur le VIH, le Sida et les hépatites, où elle se situe au 2e ou 3e rang international. Il y a donc un retour sur investissement, et notre budget devrait être à peu près reconduit pour 2011. C’est dans ce contexte global difficile que se déroule ce colloque.

De gauche à droite : Yves Lévy, Papa Salif Sow, Bertrand Auvert

© P. Imbert, Collège de France

Haut de page

Table des illustrations

Légende Pr Peter Piot
Crédits © P. Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/845/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende De gauche à droite : Yves Lévy, Papa Salif Sow, Bertrand Auvert
Crédits © P. Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/845/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lettre du Collège de France n° 30, Paris, Collège de France, p. 25-26, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Peter Piot, « Quel est l’avenir à long terme de l’épidémie du sida ? », La lettre du Collège de France [En ligne], 30 | décembre 2010, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/845

Haut de page

Auteur

Peter Piot

Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire Savoirs contre pauvreté pour l’année académique 2009-2010

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page