Navigation – Plan du site
Actualité
Professeurs invités

Les fonctions du latin dans l’Europe moderne

Hans Helander
p. 15-16

Notes de l’auteur

M. Hans Helander, invité par l’Assemblée des professeurs à l’initiative du Pr John Scheid, a donné en octobre 2010 une conférence.

Texte intégral

Hans Helander

© P. Imbert, Collège de France

1Pendant les xviie et xviiie siècles, le statut du latin a été progressivement transformé et les fonctions du latin des Romains ont changé radicalement. H. Helander a essayé de décrire cette métamorphose.

2Jusqu’au xviiie siècle, les gens éduqués apprenaient presque tout ce qu’ils savaient par l’intermédiaire de textes écrits en latin. Cela vaut pour toutes les disciplines, sciences naturelles comprises. Dans l’Europe moderne, les textes latins reflètent la naissance des États-nations, les découvertes géographiques, le mouvement protestant, la Contre-Réforme et la révolution scientifique. Le latin était le véhicule de toutes les idées, croyances et opinions nouvelles produites par ces processus, du début de la Renaissance jusqu’à la fin du xviiiesiècle. C’est une longue période d’innovations dynamiques, et le monde des savants italiens du xve siècle est très différent du contexte du theatrum mundi baroque au milieu du xviie siècle, et ceux-ci sont à leur tour tout à fait diverses du Siècle de la Raison qui s’ensuivit. Outre les œuvres savantes et scientifiques, les érudits ont produit une quantité énorme d’épopées et de panégyriques en latin. Cette littérature était en grande partie circonstancielle, exaltait les vertus des souverains dans leur lutte pour la « vraie Religion », et imitait souvent étroitement les hommages que Virgile, Horace et Ovide avaient rendus à Auguste.

3De toutes les publications mentionnées dans la Bibliothèque raisonnée des ouvrages des savants de l’Europe 1728-1740, 31 % étaient encore en latin1. Dans beaucoup de pays européens, des dissertations universitaires étaient normalement rédigées en latin au moins jusqu’au début du xixe siècle.

4Il faut tenir compte des différences géographiques entre les divers pays et régions d’Europe, mais le modèle général pour l’Europe occidentale semble être remarquablement uniforme. Les fonctions changeantes du latin peuvent être comprises et expliquées comme l’expression du développement culturel et mental général qui reflète la transition européenne entre le monde baroque de l’orthodoxie religieuse et de l’absolutisme royal au Siècle des Lumières.

5Au début du xviiie siècle, les conditions de base pour la rédaction des œuvres en latin changent. En une ou deux décennies, le monde semble être devenu différent. L’esprit du début du Siècle des Lumières a transformé en quelques décennies l’Europe, et les savants qui sont nés et ont été élevés dans la deuxième moitié du xviie siècle ont nécessairement subi l’influence de ces idées nouvelles. Dans ce nouveau monde il n’y a tout d’un coup plus besoin d’œuvres épiques et de panégyriques latins en l’honneur de rois guerriers. Le zèle religieux et l’obscurantisme refluent lentement mais progressivement. Les Muses accordent leurs lyres pour de nouveaux airs, les humanistes commencent à célébrer leurs souverains en langue vernaculaire, en français ou d’autres langues, et le changement de perspective et d’objectif témoigne des changements que les Lumières ont introduits dans la conception européenne du monde.

6Les fonctions changeantes du latin et l’utilisation du latin dans les sciences ont été fréquemment discutées par des savants européens éminents. C’était un sujet très important, qui possédait un intérêt immédiat pour toute la respublica literaria.

7La préface de la première édition (1751) de l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers constitue l’une des expressions les plus connues de ces nouvelles attitudes. D’Alembert affirme qu’il est ridicule d’écrire des vers latins et des panégyriques en latin. C’est une littérature qui appartient définitivement au passé. Néanmoins, continue d’Alembert, le latin mérite bien d’être la langue principale des sciences. Le célèbre philosophe français fait ainsi une différence claire entre le latin littéraire et la langue pratique et technique des diverses disciplines scientifiques.

8Pour résumer : la littérature latine circonstancielle est morte au début du xviiie siècle, tandis que le latin scientifique et savant a continué à prospérer pendant la période scientifique particulièrement florissante qui dominait la scène intellectuelle européenne au cours du xviiie siècle. Et les scientifiques eux-mêmes ont été tout au long de ce siècle les défenseurs enthousiastes de l’usage du latin. Il vaut la peine de dire quelques mots au sujet de certains traits typiques de ce néo-latin scientifique et savant qui a prospéré bien plus longtemps que le latin littéraire.

9La langue latine utilisée pendant ces siècles était sujette au changement, comme toute autre langue vivante. Le vocabulaire général était fermement – et bien sûr par principe – enraciné dans le latin antique, mais il était néanmoins constamment affecté par de petits changements sémantiques et les vicissitudes de la mode. Et, surtout, le progrès des sciences a nécessairement favorisé les néologismes afin de fournir aux disciplines une nouvelle terminologie et une nouvelle nomenclature.

10Par conséquent, des mots nouveaux étaient constamment inventés. C’était inévitable en raison de l’énorme croissance des connaissances. Les savants qui commentent ces pratiques se sentent parfois obligés de citer la phrase célèbre de Cicero dans le De finibus 3,3 : Imponenda nova novis rebus nomina, qui peut être traduit ainsi, d’une manière légèrement modernisée : « Il faut inventer de nouveaux mots pour de nouveaux concepts ».

11Un très grand nombre de nouveaux mots latins ont été ainsi formés comme termes techniques, au moyen de nouvelles dérivations basées sur des racines existantes. C’est particulièrement dans les sciences biologiques que des centaines de nouveaux adjectifs composés ont été formés pour décrire les propriétés des diverses espèces. Le vocabulaire latin était souvent perçu comme insuffisant. En conséquence, les ressources du grec ont été systématiquement exploitées dans un processus créatif qui a produit des centaines de termes techniques depuis la Renaissance jusqu’à nos jours. L’élément grec est si important qu’il exige un traitement spécial.

12L’étude de la prose latine savante et scientifique n’a pas attiré beaucoup de savants du néo-latin. Les latinistes modernes seront souvent étonnés par des mots et des expressions qui appartiennent au latin antique mais y sont rares, ou bien semblent avoir changé de sens d’une manière inattendue. Il est remarquable que plusieurs mots qui appartiennent aux catégories mentionnées plus haut servent en effet de mots clés dans la langue de la dissertation et dans le jargon universitaire. Ce sont des mots qui touchent au cœur même d’un traité, c’est-à-dire : à l’objectif de l’œuvre, aux délimitations, aux définitions, à la classification et aux subdivisions du matériau, à l’objectif principal de la recherche et à ses résultats. Nous trouvons des expressions comme proponere sibi scopum (viser) ; ad id collimare (essayer d’obtenir ; viser) ; haec consideranda veniunt (ces choses devraient être prises en compte) ; de rebus haec concernentibus (au sujet de choses en rapport avec ce sujet) ; intuitu primae originis (en considérant particulièrement la première origine de…) ; qua animum... qua corpus (en ce qui concerne l’âme... en ce qui concerne le corps) ; in quinque libros illam dispescit historiam (il divise son récit en cinq livres).

13Le latin scientifique et savant témoigne de la croissance rapide des connaissances à partir du xve siècle dans tous les domaines et disciplines. De nouveaux mots ont été employés pour exprimer de nouveaux concepts, et ces néologismes ont été formés régulièrement à partir du latin – et de façon considérable – à partir de racines grecques. Cette langue était une langue vivante avec ses traits caractéristiques, son propre jargon, ses expressions et ses phrases.

Haut de page

Notes

1  Cette statistique est tirée de Françoise Waquet, Le Latin ou l’empire d’un signe, 1998, p.105.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Hans Helander
Crédits © P. Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/833/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lettre du Collège de France n° 30, Paris, Collège de France, p. 15-16, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Hans Helander, « Les fonctions du latin dans l’Europe moderne », La lettre du Collège de France [En ligne], 30 | décembre 2010, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 17 août 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/833

Haut de page

Auteur

Hans Helander

Professeur émérite à l’université d’Uppsala (Suède)

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page