Navigation – Plan du site
Actualité
Professeurs invités

Aizanoi, cité des Hautes Terres d’Asie Mineure occidentale

Michael Wörrle et Adrien Robu
p. 12-14

Résumé

Michael Wörrle, Directeur honoraire de la Kommission für Alte Geschichte und Epigraphik des Deutschen Archäologischen Instituts, Munich (Allemagne), invité par l’Assemblée des professeurs, sur la proposition du Pr Denis Knoepfler, a donné du 15 mai au 5 juin 2009 un enseignement consacré à « Aizanoi, cité des Hautes Terres d’Asie Mineure occidentale », en quatre leçons intitulées:
1. Approche géographique, historique, épigraphique
2. Autour du Zeus local et d’autres divinités d’Aizanoi
3. Aizanoi et le pouvoir romain à la fin de la République
4. Aizanoi et l’empereur

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

épigraphie
Haut de page

Texte intégral

De Grèce en Asie Mineure sur les pas de Michael Wörrle

1Dans sa thèse de doctorat de 1964 sur la constitution politique de la cité d’Argos au ve siècle av. J.-C., travail dont la solidité a été établie par près d’un demi-siècle de trouvailles nouvelles, Michael Wörrle manifestait déjà son goût pour l’étude des institutions grecques. Dès son arrivée, l’année suivante, dans cette antenne munichoise de l’Institut archéologique allemand qu’est la Kommission für Alte Geschichte und Epigraphik, dont il assura la direction de 1980 à 2004, il orientait ses recherches vers l’histoire et l’épigraphie des cités grecques de l’Asie Mineure, avec un intérêt particulier pour Pergame, Éphèse et Milet, puis surtout Héraclée du Latmos, Telmessos, Oinoanda et les cités de la Lycie orientale, sans oublier, depuis exactement vingt ans, la ville d’Aizanoi en Phrygie.

2Outre les nombreux travaux qui lui valent l’estime – ou mieux l’admiration – de tous les épigraphistes à travers le monde, Michael Wörrle a su aussi faire rayonner le centre d’études de Munich en y accueillant de nombreux savants étrangers et en l’ouvrant également, de plus en plus, à de jeunes chercheurs boursiers. Sous son impulsion, la revue Chiron et la série Vestigia (quecet Institut publie avec un soin exemplaire) se sont imposées aujourd’hui comme des instruments de recherche indispensables aux études sur l’histoire ancienne, très particulièrement dans le domaine de l’épigraphie grecque et latine.

Carte de l’Asie Mineure: Dominique Andrieu, MSH de Tours.

La cité d’Aizanoi dans son cadre géographique et historique

  • 1  Inscriptions étudiées d’abord, à partir des années 1840, par Philippe Le Bas et William H. Wadding (...)

3Située dans une vaste plaine qu’arrose l’antique Penkalas, un petit affluent du Rhyndacos (aujourd’hui Kocaçay, « Grand Fleuve »), Aizanoi offre aux visiteurs (dont l’un des premiers était, en 1824, le français Alexandre de Laborde) des ruines antiques parmi les mieux conservées et les plus remarquables de l’Asie Mineure. On y trouve notamment un grand temple d’ordre ionique, deux ponts romains, toujours en usage, les restes d’un théâtre antique et d’un stade. Mais ce qui fournit le plus d’informations sur l’histoire et les habitants d’Aizanoi, ce sont des inscriptions en très grand nombre (plus de mille1), pour la plupart encore visibles sur le site occupé par le village turc actuel (Çavdarhisar).

4Comme point de départ de son enquête sur la société d’Aizanoi à l’époque hellénistique et romaine, Michael Wörrle a choisi un document peu banal : l’éloge d’un notable local, M. Ulpius Appuleius Euryklès, dans une lettre adressée au Conseil et à l’Assemblée des Aizanites par le Panhellénion d’Athènes ; cet organisme, fondé par l’empereur Hadrien vers 130 ap. J.-C., avait pour but de regrouper toutes les cités authentiquement helléniques.Gravée sur les murs du grand temple d’Aizanoi, cette inscription donne, en effet, une parfaite image de l’homme cultivé et du citoyen modèle. Les services rendus par Euryklès à la communauté du Panhellénion mettent en valeur non seulement sa propre personne, mais aussi la cité dont il a été le distingué représentant à Athènes. C’est pour faire connaître la philotimia (zèle et générosité civiques), la paideia (culture) et l’épieikeia (dignité) déployées par l’Aizanite pendant les sessions du Panhellénion que des lettres sont envoyées aussi à l’empereur Antonin le Pieux et aux autorités de la province d’Asie. À son retour d’Athènes, Euryklès devint un bienfaiteur de sa patrie, à laquelle il fit cadeau de la construction d’un pont.

5Pareillement, le décret d’Aizanoi en l’honneur de Ménogénès fils de Méniskos, mort en 49/48 av. J.-C. à l’âge de 70 ans, témoigne d’une carrière exceptionnelle, menée durant toute la première moitié du ier siècle av. J.-C. On lui accorde des obsèques publiques, marque à la fois de son dévouement dans les fonctions qu’il avait assumées et du prestige de sa famille. Au cortège funéraire de Ménogénès assisteront les éphèbes et les néoi (jeunes gens), ce qui implique l’existence d’un gymnase. De même, la mention de l’agora et des organes publics confirme le statut de polis, privilège qu’Aizanoi a sans doute acquis longtemps avant 49/48, très probablement sous les Attalides déjà. Ce sont eux qui ont appelé Epiktètos la partie nord-ouest de la Phrygie, dont les cités, au nombre de six, s’étaient, au cours du ier siècle av. J.-C., réunies dans la confédération des Epiktèteis, ayant Aizanoi pour centre.

L’origine mythique et le panthéon d’Aizanoi

6Les récits des Anciens transmettent deux traditions de fondation, l’une qui soutient le caractère hellénique et l’autre l’origine « autochtone » d’Aizanoi. Selon Pausanias (VIII, 4, 3), les Aizanites se glorifiaient d’être les descendants des colons originaires du nord de l’Arcadie. En revanche, le philologue Hérodien d’Alexandrie, cité dans les Ethnika de Stéphane de Byzance (s.v. Azanoi), rapporte la légende de l’origine lydienne de la cité. Les deux versions s’accordent cependant sur l’ascendance divine du fondateur, qu’il s’agisse d’Azan l’Arcadien ou d’Aizen, fils de Tantale, le roi de la Lydie, car l’un et l’autre passaient pour être petit-fils de Zeus. Du prestige qui en découlait pour la cité, y compris auprès des autorités romaines, témoigne une lettre de Postuminus, proconsul d’Asie vers 111 ap. J.-C., aux habitants d’Aizanoi : après avoir visité la ville, le gouverneur romain reconnaît l’eugeneia (noble origine) et l’ancienneté d’Aizanoi.

  • 2  Voir ses Documents d’Asie Mineure, Athènes-Paris, 1987, p. 262-270.

7La richesse du panthéon des Aizanites se manifeste par ailleurs dans les cultes de Cybèle, avant tout la Métèr Steunènè adorée en sa grotte sacrée de la gorge du Penkalas en amont d’Aizanoi – dont Louis Robert, ancien professeur au Collège, a traité il y plus de vingt ans dans un mémoire bien connu2 –, d’Hécate et de Zeus, qui était célébré sous plusieurs épiclèses (Zeus Brontôn, Zeus Kersoullos, Zeus Mégas Mènophilou Daokômitès, et surtout Zeus Ezeanitès, devenu ultérieurement Zeus Aizanôn). La présentation du « Grand Temple » a offert à Michael Wörrle la possibilité de revenir sur la question des divinités adorées dans cet édifice. On a longtemps cru que le temple appartenait à Zeus et à Cybèle. Cependant, après examen de l’inscription monumentale ornant autrefois l’architrave du temple, l’épigraphiste allemand parvient à des conclusions nouvelles : en effet, ce document – aujourd’hui disparu, mais restitué à partir des trous laissés dans la pierre par les lettres en bronze – enseigne que la construction du temple date du règne de l’empereur Domitien et qu’il fut consacré à Zeus Aizanôn et à l’empereur. Bâti probablement selon le modèle du temple d’Auguste à Ankara, le temple d’Aizanoi rivalisa avec celui de Domitien à Éphèse et, plus tard, avec celui de Zeus Philios et de Trajan à Pergame, le culte impérial faisant alors l’objet d’une vive concurrence entre les cités les plus importantes de la province.

8Les inscriptions gravées sur les murs du temple – dont les plus intéressantes sont une lettre d’Avidius Quietus, proconsul d’Asie en 125/126 ap. J.-C., aux habitants d’Aizanoi et une lettre écrite par Hadrien en réponse à une demande de ce proconsul – révèlent l’existence d’une hiéra chôra ou « terre sacrée » dédiée à Zeus, sujet de litige entre la cité et les tenanciers des lots de terre mis en location. Mais si l’on connaît l’origine de la donation, c’est grâce à des bornes qui rappellent les dons de terres faits à Zeus et à la cité par les rois Attalos ier de Pergame et Prousias ier de Bithynie. Il n’est pas exclu, estime le conférencier, que l’on doive dater de cette époque-là précisément la formation de la cité, qui aurait émergé à partir d’une katoikia (colonie militaire) attalide ou séleucide, selon un processus attesté désormais par un autre exemple, celui de Tyriaion en Phrygie même.

Nouvelles lettres de César trouvées à Aizanoi

9Les auditeurs du Collège ont eu la primeur des textes inédits d’Aizanoi émanant de la chancellerie romaine, inscriptions dont la publication prochaine dans la revue Chiron retiendra certainement l’intérêt des historiens. Tout d’abord, trois fragments de grandes plaques inscrites invitent à la reconstruction d’un nouveau monument portant au moins trois lettres de César : la première, adressée aux Aizanites, évoque l’ambassade d’un Aristarchos à Rome. Le destinataire de la deuxième lettre est un fonctionnaire romain recevant des ordres de la part de César. Le sujet des lettres étant le sanctuaire de Zeus d’Aizanoi, l’affaire négociée par les Aizanites à Rome, serait, selon Michael Wörrle, à mettre en rapport avec les projets de colonisation que César envisageait pour ses vétérans en Asie Mineure et ailleurs. Au même dossier s’ajoutent une lettre de César, qui mentionne un Dolabella (sans doute le gouverneur d’Asie de 68 av. J.-C.) et une inscription fragmentaire déjà publiée évoquant un Appuleius (probablement Marcus Appuleius, quaestor provinciae Asiae en 45 av. J.-C.). Concernant l’affichage de ces textes, l’examen paléographique suggère leur transcription au iie siècle ap. J.-C., lorsque les Aizanites firent bâtir ou rebâtir un grand monument pour y graver d’importants documents garantissant leurs privilèges et célébrant avant tout leurs bonnes relations avec César, chose qui faisait partie intégrante de leur identité historique.

Le culte de la famille impériale à Aizanoi : une fondation privée 

10Consacrant sa dernière leçon à l’examen du culte de la famille impériale à Aizanoi, Michael Wörrle a tout d’abord offert une nouvelle restitution de la lettre adressée à Aizanoi par C. Norbanus Flaccus, proconsul d’Asie en 17/16 av. J.-C. Contre les premiers éditeurs – qui croyaient y trouver les traces d’une confirmation d’asylie –, le conférencier a démontré que ce texte se rapporte en réalité à la fondation privée d’un culte dont le bénéficiaire était l’empereur et sa famille. De manière exceptionnelle, les Aizanites avaient négocié à Rome même, avec Auguste – et dans la province d’Asie, avec ses représentants, le jurisconsulte Ofilius Ornatus (dont Michael Wörrle a su retrouver le nom dans l’inscription) et le gouverneur – la fondation du culte de la maison impériale. Une nouvelle inscription – dont la publication est en préparation – offre des informations plus précises sur la forme du culte de la famille d’Auguste à Aizanoi et sur la souplesse avec laquelle on s’empressait de l’adapter aux changements hiérarchiques à l’intérieur de la domus Augusta. En s’appuyant sur d’autres documents, Michael Wörrle reconstitue avec brio tout le réseau d’une famille de notables d’Aizanoi qui, dans leur admiration pour la monarchie naissante à Rome et en quête de prestige dans leur patrie, assumaient en permanence la prêtrise du culte de la famille impériale.

11Outre la démonstration des méthodes d’une épigraphie moderne, c’est donc une contribution majeure, non seulement à la connaissance de la cité d’Aizanoi mais, bien plus généralement, à l’histoire du culte impérial et du système administratif de la province romaine d’Asie que Michael Wörrle a apportée dans ces quatre leçons.

Lettre émanant du Panhellénion qui honore M. Ulpius Appuleius Euryklès.

Photo : Deutsches Archäologisches Institut, Abt. Istanbul.

Haut de page

Notes

1  Inscriptions étudiées d’abord, à partir des années 1840, par Philippe Le Bas et William H. Waddington, puis, dans les années 1920, par une équipe britannique, dont les résultats sont publiés dans Monumenta Asiae Minoris Antiqua IX, 1988 et, enfin, par une équipe de l’Institut archéologique allemand, sous la direction de Rudolf Naumann, Adolf Hoffmann, Klaus Rheidt et Ralf von den Hoff.

2  Voir ses Documents d’Asie Mineure, Athènes-Paris, 1987, p. 262-270.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Carte de l’Asie Mineure: Dominique Andrieu, MSH de Tours.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/83/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Lettre émanant du Panhellénion qui honore M. Ulpius Appuleius Euryklès.
Crédits Photo : Deutsches Archäologisches Institut, Abt. Istanbul.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/83/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France n° 26, Collège de France, Paris, juin 2009, p. 12-14. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Michael Wörrle et Adrien Robu, « Aizanoi, cité des Hautes Terres d’Asie Mineure occidentale », La lettre du Collège de France [En ligne], 26 | juin 2009, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/83

Haut de page

Auteurs

Adrien Robu

ATER, chaire d’Épigraphie et d’histoire des cités grecques

Michael Wörrle

Directeur honoraire de la Kommission für Alte Geschichte und Epigraphik des Deutschen Archäologischen Instituts, Munich (Allemagne), invité par l’Assemblée des professeurs, sur la proposition du Pr Denis Knoepfler

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page