Navigation – Plan du site
Actualité
Leçons inaugurales

L’art survivra à ses ruines (extrait)

Chaire de Création artistique, année académique 2010-2011
Anselm Kiefer
p. 5

Résumé

Anselm Kiefer, artiste plasticien, Praemium Imperial Prize (Tokyo, 1999), prix de la Paix des libraires et éditeurs allemands (2008), a donné sa leçon inaugurale le 2 décembre 2010. Son cours intitulé « L’art survivra à ses ruines » commençera le 10 janvier 2011.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

art
Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est un extrait de la leçon inaugurale dont le texte intégral sera prochainement disponible dans la collection « Leçons inaugurales du Collège de France », en ligne (http://lecons-cdf.revues.org/), et publiée aux éditions Fayard. La vidéo est disponible sur le site internet du Collège de France.

Texte intégral

Pr Anselm Kiefer

© P. Imbert, Collège de France

1« Je vous dirai qu’il n’y a pas de définition de l’art. Toute tentative de définition se défait au seuil de son énoncé, au même titre que l’art même, qui ne cesse d’osciller entre sa perte et sa renaissance. Il n’est jamais là où on l’attend, où l’on espérait le saisir. En me référant à l’évangile selon Saint Jean, je dirai : « là où il se trouve, nous ne pourrons jamais l’atteindre ».

2Plutôt que de développer une quelconque théorie esthétique, je vais évoquer avec vous ma pratique artistique. Nous allons examiner d’autres œuvres que les miennes, d’artistes modernes et contemporains, mais aussi de poètes, écrivains et philosophes, […] investir les champs les plus divers : la littérature, l’astrophysique, la mystique, la théorie de l’évolution, l’alchimie, la biologie, etc. Car rien ne peut échapper à l’art. Je suis artiste en effet, je suis peintre et sculpteur, et au cours de ces leçons, je vais vous parler d’œuvres d’art, de tableaux et de poèmes. Je n’ai foi que dans l’art. Sans lui, je suis perdu. Seuls les poèmes ont une réalité. Vous l’aurez compris, il m’est impossible de vivre sans poème ni tableau, non seulement parce que je ne sais rien faire d’autre, parce que je n’ai rien appris d’autre, mais pour des raisons quasi ontologiques : parce que je me méfie de la réalité, tout en sachant qu’à leur niveau, les œuvres d’art sont également illusion.

3Les leçons qui vont suivre auront un caractère très personnel. Il n’y sera nullement question d’argumentation scientifique, et bien souvent, je ne serai pas en mesure de citer mes sources. Certains d’entre elles me sont restées littéralement en tête, d’autres, en revanche, ont subi de telles transformations qu’elles ne sauraient révéler leur origine. […] J’arrive de plus en plus souvent à la conclusion que ce qui est personnel, ce qui est créateur au sens le plus courant employé au xixe siècle, de fait n’existe pas. Étudiant, je m’amusais des débats houleux qui avaient lieu parfois à l’académie des Beaux-arts, et qui consistaient à dénoncer les emprunts des uns et des autres. Mais c’est ainsi : les idées circulent, elles sont dans l’air. Les découvertes ont de tout temps eu lieu simultanément en différents endroits du globe sans que leurs auteurs ne se connaissent. Plus de 8000 scientifiques travaillent au Cern à Genève, et nombreux sont ceux qui planchent sur le milliardième de seconde qui a succédé au Big Bang afin d’affiner leur connaissance sur cet instant où tout advient dans l’histoire de l’univers : la matière, l’antimatière, les constantes de la nature etc. […] Mais lequel parmi ces scientifiques est le plus avancé : l’inventeur ou le créateur ? Est-ce une personne, un sujet ? Ou n’est-ce pas plutôt une intelligence collective qui opère dans ce domaine ? Cependant, il faut reconnaître que l’histoire des sciences compte d’illustres personnages qui ont fait individuellement de grandes découvertes. Galilée a fait en sorte que l’astronomie devienne une science à part entière, révolutionnant ainsi la science par autolimitation. C’est à travers cette spécialisation que la science a pu entamer sa marche en avant. Mais c’est aussi à cause de cette limitation que la conception du monde qui en a découlé s’est révélée plus étroite et s’est réduite. En matière scientifique, nous le savons, les résultats sont provisoires, car les sciences évoluent continuellement d’un stade à l’autre. De son côté, l’art, qui se développe, lui, sans spécialisation précise, passe également par des degrés d’évolution, comme par exemple l’invention de la perspective à la Renaissance. Cela ne signifie pas pour autant qu’il ne soit pas possible, dans son propre processus de création artistique, de revenir à ce qui a précédé. De nos jours, de nombreux tableaux ne sont-ils pas dépourvus de perspective ? On en rencontre même qui semblent appartenir au stade de développement des peintures de Lascaux. Il est évident que les artistes du paléolithique étaient très différents de nos contemporains. Cependant, ce que nous appelons progrès, au sens strict du terme, n’agit pas obligatoirement dans le domaine de l’art. Cela signifie que l’art est entéléchie, qu’il relève de l’union parfaite entre le matériel et le spirituel, y compris dans son incarnation apparemment la plus rudimentaire. »

Haut de page

Table des illustrations

Légende Pr Anselm Kiefer
Crédits © P. Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/819/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lettre du Collège de France n° 30, Paris, Collège de France, p. 5, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Anselm Kiefer, « L’art survivra à ses ruines (extrait) », La lettre du Collège de France [En ligne], 30 | décembre 2010, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 25 juin 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/819

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page