Navigation – Plan du site
Actualité
Leçons inaugurales

La faim et la sécurité alimentaire dans le monde (extrait)

Chaire Savoirs contre pauvreté, année académique 2010-2011
Ismail SERAGELDIN
p. 4

Résumé

Ismail Serageldin, Économiste en éducation et ressources humaines,

directeur de la Bibliothèque d’Alexandrie, a donné sa leçon inaugurale le 18 novembre 2010. Son cours intitulé « La faim et la sécurité alimentaire dans le monde » commençera le 5 janvier 2011.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

faim
Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est un extrait de la leçon inaugurale dont le texte intégral sera prochainement disponible dans la collection « Leçons inaugurales du Collège de France », en ligne (http://lecons-cdf.revues.org/), et publiée aux éditions Fayard. La vidéo est disponible sur le site internet du Collège de France.

La chaire reçoit le soutien de l’Agence française de développement.

Texte intégral

Pr Ismail Serageldin

© P. Imbert, Collège de France

1« Pourquoi ce cours, pourquoi ce sujet ? Parce qu’en occident, on s’est tellement habitué à faire bonne chère qu’on a largement oublié les famines. La dernière vraie famine qui ait frappé l’Europe est sans doute la famine irlandaise, au xixe siècle, qui a causé la mort d’un grand nombre de personnes et provoqué une émigration massive. Mais la famine continue à frapper les gens dans d’autres parties du globe. La famille humaine continue à souffrir de la faim quotidiennement. Alors que l’on affronte de grands problèmes d’obésité aux États-Unis, ailleurs, c’est de la pauvreté que l’on parle. Je dis que si, au xixe siècle, des hommes ont considéré la condition de l’esclavage et se sont levés pour dire que c’était indigne et inhumain et qu’il fallait abolir l’esclavage – ce sont les abolitionnistes –, aujourd’hui, au xxie siècle, dans un monde productif, connecté et riche, il est impensable que près d’un sixième de la famille humaine ne puisse pas manger à sa faim.

2À une époque où tant de gens jettent aux ordures les surplus de leurs repas, dans d’autres parties du monde, on ne trouve pas de quoi manger. Que pouvons-nous faire ? Pour abolir la faim au xxie siècle, il faut montrer la même passion que l’on avait montrée au xixe siècle pour abolir l’esclavage.

3Dans cette leçon inaugurale, je voudrais me livrer à un tour d’horizon pour évoquer brièvement presque tous les sujets qui seront traités plus en détail dans chacune des leçons qui constitueront le cours.

4J’évoquerai tour à tour les thèmes suivants :

  • la faim et la sécurité alimentaire,

  • diagnostiquer la pauvreté,

  • la faim et la pauvreté urbaine,

  • la faim et la pauvreté rurale,

  • la dimension du genre,

  • la dimension environnementale,

  • le rôle de la science,

  • les instruments permettant de réaliser nos objectifs : prix, taxes, subventions et commerce,

  • la transformation de l’agriculture mondiale.

5Comment se fait-il qu’aujourd’hui, plus d’un milliard de personnes souffrent de malnutrition chronique. La grande majorité d’entre eux se trouve en Asie et dans le Pacifique (642 million), mais leur nombre est en train de s’accroître en Afrique subsaharienne (265 millions). Parmi les spécialistes, l’opinion dominante est que l’Afrique subsaharienne demeure beaucoup plus vulnérable que l’Asie : c’est là que le problème va s’accroître dans les années à venir.

6En regardant la carte du monde de la faim et des carences chroniques en nourriture publiée en 2010 par la FAO, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, on constate qu’elle correspond à peu de chose près à la carte des revenus par habitant. Ceux qui ont faim, ce sont les pauvres : c’est aussi simple que cela, en première analyse. Or l’Afrique subsaharienne, comme je l’ai indiqué, demeure la région la plus vulnérable, mais c’est aussi celle où l’on peut s’attendre à la plus grande croissance démographique. Dans des zones très étendues de cette région, on s’attend à un dédoublement de la population d’ici 2050, c’est-à-dire dans une quarantaine d’années.

7Il est désolant de constater que tous nos efforts, depuis la fin des années 1960, n’ont presque pas changé la situation de la faim dans le monde. Le nombre de personnes qui ont faim a augmenté après la flambée des prix de 2002, et se trouve aujourd’hui très au-dessus des objectifs que nous nous étions fixés en 2000, au moment où nous nous sommes engagés à réduire la pauvreté de moitié. Partant de 850 millions, nous voulions arriver en 2015 à réduire à 425 millions le nombre de personnes qui ont faim : en réalité, bien loin de diminuer, le chiffre de départ a augmenté et la faim dans le monde s’est étendue. »

Haut de page

Table des illustrations

Légende Pr Ismail Serageldin
Crédits © P. Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/815/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lettre du Collège de France n° 30, Paris, Collège de France, p. 4, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Ismail SERAGELDIN, « La faim et la sécurité alimentaire dans le monde (extrait) », La lettre du Collège de France [En ligne], 30 | décembre 2010, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 29 mai 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/815

Haut de page

Auteur

Ismail SERAGELDIN

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page