Navigation – Plan du site
Actualité

Des méthodes en histoire de l’art

Journées d’étude des 15 et 22 mai 2009
p. 10-11

Entrées d’index

Mots-clés :

art
Haut de page

Texte intégral

1Au cours de ces journées d’étude, chacun des intervenants a été invité à présenter un aspect de ses recherches en cours, qui sont toutes, à un titre ou à un autre, représentatives de l’extension du champ de l’histoire de l’art ou de la diversité des méthodes mises en œuvre.

2Laurent Baridon (Université Pierre Mendès-France, Grenoble) s’est intéressé à une catégorie qui échappe généralement aux enquêtes et sur le portrait et sur l’architecture : il s’agit du « portrait de l’architecte : représentation ou imaginaire ». Prenant pour point de départ le frontispice des Règles des Cinq ordres de Vignole, de 1562, peut-être dû à Zuccaro, L. Baridon pense que ces portraits sont révélateurs d’une conception en partie informulée ou qui ne s’expose qu’indirectement, ce qui entraîne la mise en œuvre d’autres notions, comme celle d’imaginaire – le monde des images produit par une pensée visuelle que l’on approche dans une perspective d’anthropologie culturelle.

3En s’intéressant à « L’imago pietatis. Une image paradoxale entre est et ouest, xiiie – xive siècle », Daniel Russo (IUF et Université de Bourgogne) a mis en évidence l’actualité de l’icône depuis les années 1960 – renouveau biblique, théologique et œcuménique, pentecôtisme catholique, etc. En partant d’une analyse historiographique, D. Russo a montré que la question de l’intermédiaire italien par rapport à Byzance, dans l’art de l’Occident médiéval, se superpose à celle de l’intermédiaire byzantin par rapport à la tradition grecque vis-à-vis aussi de l’art occidental, ce dont témoignent bien des œuvres réalisées aux xive et xve siècles, en Italie mais aussi ailleurs en Europe.

4Nathalie Heinich (CNRS) a présenté un aspect de ses recherches développées dans plusieurs de ses livres : « L’art à l’épreuve des médiations ». Partant de la croyance généralisée selon laquelle l’art serait une relation duelle entre le tableau et le spectateur, N. Heinich démontre qu’il s’agit en réalité d’un « triple jeu » entre les œuvres, le spectateur et leurs intermédiaires – conservateurs de musées, experts, critiques, historiens de l’art… – sans lesquels, sans doute, nous ne « verrions » rien.

5En examinant l’apport des outils numériques à l’histoire de l’art, Claire Barbillon (Université Paris Ouest-La Défense et École du Louvre) met en garde contre une focalisation sur le quantitatif. Dans la répartition traditionnelle en deux volets des études monographiques, le catalogue de l’œuvre d’un artiste donne ainsi lieu à quelques considérations sur la pratique actuelle de la « macro » histoire de l’art, en opposition à la « micro » histoire de l’art, qui tend à se focaliser sur une seule œuvre, voire un détail, étudié avec un vertigineux appareil de notes. Autrement dit, en se fondant sur des études de corpus de plus en plus conséquents, et désormais présentés sous forme quasi-obligée de bases de données, C. Barbillon a tenté de mettre en évidence quelques glissements méthodologiques et épistémologiques.

6François-René Martin (Ensba, Paris) s’intéresse aux listes de noms d’artistes, comme une des formes les plus anciennes d’écriture de l’histoire de l’art – ainsi chez Villani en Italie et chez Fischart dans l’Empire. Il étudie une institution particulière, l’École des Beaux-Arts de Paris, grande productrice de listes aussi bien des gloires du passé que d’artistes primés, en mettant en évidence les critères qui ordonnent ces hiérarchies. De telles listes constituent des séries canoniques qu’une enquête plus poussée pourra comparer et analyser.

7En plaidant « pour une décanonisation » en histoire de l’art, Cecilia Hurley (Bibliothèque de Neuchâtel et École du Louvre, Paris) analyse la manière dont des textes (et des auteurs) canoniques se sont peu à peu imposés depuis la monographie de Winckelmann par Carl Justi. Ces textes – de Riegl, Wölfflin, Focillon, etc. – ne semblent pas devoir être remis en cause, à la différence du mouvement de révision des textes canoniques opérée par les études littéraires dans les années 70. En étudiant l’histoire des institutions pourvoyeuses de canons –  programmes éditoriaux ou salles de cours – par exemple, nous pourrons mieux mettre en perspective l’évolution du corps des textes « reconnus » comme fondateurs de la discipline.

8Ces textes sont liés à des doctrines, souvent fortement contrastées comme l’a montré Michela Passini (Scuola normale superiore di Pisa et INHA) à propos du «  livre d’esquisses de Raphaël  ». Elle rappelle la violente polémique qui prend forme après 1880 autour de l’attribution de ce carnet conservé à l’Accademia de Venise, mais connu seulement depuis 1810. Deux camps s’affrontent : d’un côté Morelli, W. Lübke, A. Springer qui contestent l’attribution à Raphaël ; de l’autre E. Müntz, A. Schmarsow ou Crowe et Cavalcaselle qui la défendent. S’affrontent aussi plusieurs conceptions de l’histoire de l’art venant se cristalliser autour du nom prestigieux de Raphaël.

9Emmanuel Pernoud (Université de Picardie – Jules Verne, Amiens) a élaboré une étude iconographique à partir du thème du banc, public ou privé, tel qu’il apparaît avec une grande fréquence dans la peinture au tournant des xixe et xxe siècles. Il élabore une grille de lecture possible à l’aide des travaux de sociologues comme Erving Goffman, et constate que le banc est aussi bien un lieu de rencontre que de discrimination sociale. L’identification des interactions publiques, distinguées des rituels comportementaux de la vie privée, entre dans le dessein même de cette peinture.

10À partir de l’exposition Oublier Rodin ? qu’elle vient d’organiser, Catherine Chevillot (Musée d’Orsay, Paris) ouvre quelques questions relatives au développement et à l’évaluation de la sculpture – art historiographiquement négligé s’il en est – entre 1895 et 1914. On constate que, contrairement à l’appréciation rétrospective qu’en a laissée l’entre-deux-guerres, les sculpteurs de cette période, préoccupés par la forme, ne sont nullement regroupés en deux camps opposés qui correspondraient grossièrement au camp progressiste et aux classiques. Ils se définissent souvent, les uns comme les autres, par rapport à l’art de Rodin.

11Co-commissaire de l’exposition Une image peut en cacher une autre, Dario Gamboni (Université de Genève) évoque la question des images potentielles qui retient son attention depuis de nombreuses années et qui est à l’origine de cette manifestation. Si de telles images, voulues par l’artiste mais nécessitant leur actualisation par le spectateur, sont nombreuses entre 1880 et 1914, elles sont repérables déjà bien plus tôt, par exemple dans l’art de la Renaissance. Mais l’image potentielle a pris tout son sens dans l’art moderne, où le récepteur de l’œuvre d’art devient un acteur à part entière. 

Nathalie Heinich

Haut de page

Table des illustrations

Légende Pr Roland Recht
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/76/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Nathalie Heinich
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/76/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France n° 26, Collège de France, Paris, juin 2009, p. 10-11. ISSN 1628-2329

Référence électronique

« Des méthodes en histoire de l’art », La lettre du Collège de France [En ligne], 26 | juin 2009, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 25 avril 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/76

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page