Navigation – Plan du site
Publications

Les excavacions a la balma de la Margineda (1979-1991), Volum IV

Sota la direcció de Jean Guilaine, Michel Barbaza i Michel Martzluff, Andorra, Edicions del Govern d’Andorra, 2007. Avant-propos par Jean Guilaine, Michel Barbaza et Michel Martzluff
p. 47

Ce quatrième volume, consacré aux recherches archéologiques poursuivies sur le site de la Balma de la Margineda, en Principauté d’Andorre, traite entièrement des couches profondes observées lors de nos interventions sur le terrain : les strates 7 à 12. Dans ces dépôts inférieurs, seules les couches 7, 8, 10 et, très partiellement, 9 peuvent être considérées comme anthropiques et recéler des vestiges, plus ou moins abondants, liés à des fréquentations et des activités humaines. Les couches 11 et 12, seulement sondées, sont de ce point de vue stériles ; leur présence n’est d’ailleurs que partielle car, sur une bonne partie de l’aire fouillée, la couche 10 repose sur une accumulation de gros blocs qui constitue l’assise de l’ensemble des strates archéologiques.

Les couches 7 à 10 ont la particularité de pouvoir être attribuées à une même entité culturelle : l’Azilien. Ainsi s’explique leur regroupement dans un même ouvrage. Ce découpage ne doit pas, toutefois, contribuer à exagérer les ruptures entre ces strates et celles décrites dans le tome précédent. Entre la couche 7 (traitée ici dans le contexte culturel de l’Azilien) et la couche 6 qui la surmonte et dont les données ont été livrées, dans le Tome III, avec les couches « mésolithiques », il n’existe pas à notre avis de coupure brutale, mais bien un processus de continuité. Tout au long de l’Épipaléolithique de la Margineda, et en dépit de périodes temporaires de lacune, subsiste une longue tradition de fréquentation de l’abri, en rapport avec une économie d’exploitation de la montagne fondée sur la chasse et, plus que tout, sur la traque du bouquetin.

Afin de maintenir une certaine unité dans la présentation des divers volumes, nous avons suivi, pour ces dépôts anciens, un ordre de présentation identique à celui adopté pour les strates supérieures, à savoir l’étude stratigraphique, l’approche géoarchéologique, l’énumération des datations isotopiques, la documentation archéologique, la cadre paléoenvironnemental, les vestiges végétaux et fauniques plus directement liés aux activités humaines.