Navigation – Plan du site
Publications

Pierre Corvol, Nicolas Postel-Vinay, L’arbre vasculaire. Les nouvelles voies de guérison

Paris, Éd. Odile Jacob, 2008.
p. 45

En 1787, John Hunter utilisait pour la première fois le mot angiogenesis (angiogenèse) pour décrire les vaisseaux qui croissent dans les bois des cerfs. Deux siècles après, le premier facteur de croissance des vaisseaux sanguins est identifié. Depuis, la recherche sur les vaisseaux sanguins et lymphatiques a fait un bond en avant.

Nos idées sur l’arbre vasculaire se sont renouvelées. Dès la Renaissance, les grands anatomistes, Malpighi ou Vésale, ont représenté les vaisseaux à la manière d’un arbre. Naturalistes et physiologistes, dont Stephan Hales puis Claude Bernard, ont pris le chemin de l’expérimentation : mesurer la pression sanguine chez l’animal et la montée de la sève dans la tige des plantes. Les formes arborescentes qui ont intrigué et passionné ces chercheurs sont omniprésentes dans le monde animal, végétal et minéral.

Ces formes, ces canaux et ces vaisseaux, ces conduites de vie retrouvées à toutes les échelles de la nature servent une fonction commune : la communication. Relier l’oxygène ambiant au plus profond de nos cellules, les éléments nutritifs du sol aux feuilles de l’arbre, l’eau des rivières et des fleuves aux territoires qu’ils traversent.

S’intéresser aux vaisseaux, aux organes qu’ils irriguent, c’est découvrir les mécanismes ancestraux de leur formation qui ont précédé de loin l’émergence de l’homme sur terre. C’est aussi suivre une ère thérapeutique toute nouvelle avec ses répercussions sur une société prompte à récolter les fruits médicaux et financiers de l’arbre.