Navigation – Plan du site
Actualité

Les méthodologies de recherche en psychiatrie

Compte rendu de la séance « Troubles psychotiques»
B. Pachoud et A. Plagnol
p. 8

Texte intégral

1La recherche sur les troubles psychotiques fait appel à des méthodologies très variées, qu’il s’agisse de la compréhension des processus pathogènes, de l’analyse de l’expérience des patients (par exemple, dans le cas du délire) ou de l’élaboration de techniques thérapeutiques. Cette diversité a été illustrée lors de la séance du 8octobre 2008 par deux exposés complémentaires et le large débat qui a suivi.

2Bernard Granger, professeur de psychiatrie (Paris 5/Cochin-Tarnier), traitant de l’évolution de la recherche sur les antipsychotiques, a montré l’hétérogénéité des enjeux entre explication fondamentale et objectifs de soins. L’efficacité symptômatique des neuroleptiques induit des modèles psycho-pharmacologiques visant à en rendre compte, mais de multiples facteurs modulent la portée des études de validation : variété des profils cliniques, conceptions nosographiques instables, pratiques spécifiques de terrain, voire aspects socio-économiques... Si les progrès des neurosciences offrent de nouveaux outils pour fonder les prescriptions sur des bases rationnelles, la complexité des évaluations cliniques met en évidence les limites des essais randomisés, invitant ainsi à un regard critique sur la capacité de ce type de méthodologie à prendre en compte l’expérience subjective au cœur des troubles psychotiques.

3Pour démontrer la nécessité d’intégrer une approche phénoménologique aux apports des recherches neurophysiologiques ou comportementales, Louis Sass, professeur de psychologie à Rutgers University (New York), a choisi de considérer le « paradoxe kretschmerien» de la vie affective des sujets schizophrènes, ceux-ci pouvant manifester de façon simultanée une hypersensibilité et un émoussement affectif. Sur la base d’une analyse précise des concepts émotionnels en jeu, une approche se focalisant sur l’expérience subjective et le monde créé par le Soi permet d’éclairer des dimensions essentielles de la pathologie schizophrénique comme l’aliénation du corps vécu, le désengagement, la fragmentation et la perte des affordances (unworlding).

4La discussion autour de ces deux exposés a permis de souligner certains problèmes épistémologiques fondateurs sous-jacents à la recherche en psychiatrie tels celui de la causalité organique/psychique ou celui de la possibilité d’un abord objectif de la subjectivité, avec des répercussions sur l’ensemble des sciences humaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France n° 26, Collège de France, Paris, juin 2009, p. 8. ISSN 1628-2329

Référence électronique

B. Pachoud et A. Plagnol, « Les méthodologies de recherche en psychiatrie », La lettre du Collège de France [En ligne], 26 | juin 2009, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/67

Haut de page

Auteurs

B. Pachoud

Paris 7 & CREA

A. Plagnol

Paris 8-LPN & IHPST

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page