Navigation – Plan du site
Dossier : les lundis du Collège de France à Aubervilliers

Présentation des premières conférences

p. 43

Texte intégral

Risques, prédictions et prévention en médecine

Pr Pierre Corvol (Médecine expérimentale)

1En l’espace d’une centaine d’années, la prévention est devenue l’une des préoccupations majeures de la médecine. Elle monopolise l’attention des médecins et de leurs patients à grand renfort de consultations et de médicaments. L’heure est à la dénonciation tous azimuts des ennemis qui menacent notre santé, même si nous nous sentons en pleine forme.

2Sur quoi repose cette conviction du corps médical ? Savons-nous réellement identifier et mesurer le risque de développer une maladie dans l’année qui vient, dans les dix ans ? Sur quelles études appuyons nous nos prédictions ? Quelle confiance peut-on leur accorder ? Quelle a pu être la contribution des études des compagnies d’assurance sur le risque de mortalité et de maladie, à la base du calcul des primes d’assurance sur la vie ?

3Nous verrons comment s’est construit le raisonnement médical contemporain à la lumière de l’histoire du risque cardiovasculaire. Comment les compagnies d’assurance ont fait émerger des conditions telles que le tabagisme ou l’hypertension, susceptibles d’entraîner la mort ou un accident cardiovasculaire¤; jusqu’à quel point on peut aujourd’hui prédire le risque d’un individu de développer un accident cardiaque ou cérébral¤; ce qu’il est possible de faire en matière de prévention médicale. Nous verrons les implications socio-économiques de la prédiction du risque cardiovasculaire et de sa prévention. En soulignant que prévoir, c’est prévenir, dans les deux sens du terme, à savoir avertir et éviter.

La neuropharmacologie : implications en psychiatrie et neurologie

Pr Jacques Glowinski (Neuropharmacologie)

4Comprendre ce qui nous sert à comprendre et élucider les causes des maladies neurodégénératives et des maladies mentales est l’un des plus grands défis de la biologie.

5Qu’elles soient d’origine végétale, animale ou synthétisées par les chimistes, les substances psychotropes exercent leurs effets en agissant sur les mécanismes qui régulent les communications entre les neurones, et entre les neurones et les cellules gliales qui les entourent.

6Depuis 1960, les neuropharmacologistes se sont fixés plusieurs objectifs¤: 1) identifier les messagers des cellules nerveuses (médiateurs chimiques, neuromodulateurs et co-médiateurs) et leurs récepteurs localisés sur les cellules cibles (neurones ou cellules gliales)¤; 2) caractériser les effets de ces messagers sur leurs cellules cibles¤; 3) analyser les mécanismes d’action des agents psychotropes sur les processus de neurotransmission¤; 4) comprendre les effets de ces agents psychotropes sur le comportement en utilisant le plus souvent des modèles animaux, et enfin 5) découvrir de nouveaux agents thérapeutiques plus efficaces pour corriger les déficiences induites par les maladies neurologiques ou psychiatriques.

7Il est possible de distinguer trois grands réseaux cérébraux¤: le réseau neuronal « exécutif » impliqué dans l’exécution des fonctions, des plus simples aux plus complexes¤; le réseau neuronal « modulateur » qui facilite ou réprime les réponses des ensembles neuronaux du réseau exécutif, et enfin le réseau glial « énergétique » indispensable au fonctionnement de ces deux réseaux neuronaux.

8Nous verrons aussi qu’en dépit de l’avancée remarquable de nos connaissances sur le fonctionnement cérébral, un long chemin reste à parcourir pour améliorer les traitements des maladies neurologiques et des maladies mentales, ou encore de la toxicomanie, dont les répercussions sociales et économiques sont de plus en plus lourdes.

Émotion, raison et décision

Pr Alain Berthoz (Physiologie de la perception et de l’action)

9Le but de cet exposé sera de montrer comment interagissent émotion et raison dans plusieurs fonctions cognitives comme par exemple la prise de décision, ou la représentation mentale des trajets et de l’espace, le contrôle de la marche, l’expression corporelle des émotions etc.

10Le XXe siècle a vu triompher l’idée que la raison pouvait résoudre de nombreux problèmes de la vie sociale ou personnelle, guider les décisions économiques, politiques ou quotidiennes. Cette domination de la raison et du formalisme s’est étendue à l’étude de maladies mentales.

11Toutefois il est clair que le cerveau des émotions exerce une influence majeure sur tous les mécanismes cognitifs rationnels. L’homme n’est pas un décideur rationnel !

12Je prendrai des exemples concrets d’études de neurosciences utilisant l’imagerie cérébrale, la réalité virtuelle, le travail sur les patients neurologiques concernant la perception, le contrôle du mouvement, la mémoire et les décisions financières. Je mentionnerai comment, au cours du développement de l’enfant, émotion et raison sont combinées. Je montrerai aussi comment, aujourd’hui, l’étude de la relation entre émotion et raison est importante dans l’analyse et la compensation des maladies mentales (autisme, anxiété spatiale, agoraphobie etc.), la perception d’autrui et l’empathie, la gestion du risque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France, Collège de France, Paris, décembre 2008, p. 43. ISSN 1628-2329

Référence électronique

« Présentation des premières conférences », La lettre du Collège de France [En ligne], 24 | décembre 2008, mis en ligne le 15 novembre 2010, consulté le 23 août 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/666

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page