Navigation – Plan du site
Manifestations

Le Mai 68 des historiens. Entre identités narratives et histoire orale

Colloque organisé par l’École nationale des Chartes, le Collège de France, le CNRS - Institut d’histoire du temps présent et l’Institut national de l’audiovisuel, 23-24 octobre 2008
Daniel Roche
p. 34-35

Texte intégral

1Ce n’est pas la volonté commémorative d’un quarantième anniversaire incertain, ce n’est pas la volonté de se faire entendre dans la polémique nouée autour de Mai 68 qui a rassemblé au Collège de France les participants du Colloque Le Mai 68 des historiens, entre identité narrative et histoire orale. C’est, bien au contraire, la nécessité de confronter l’analyse des historiens, ceux d’hier, ceux d’aujourd’hui, avec le témoignage sur les événements vécus, ainsi de réfléchir à la capacité d’un milieu intellectuel à penser, à écrire, à témoigner de son histoire. Conçue et organisée par Agnès Callu, connue pour ses travaux sur l’histoire orale et par son enseignement à l’École nationale des Chartes, la rencontre était placée sous le parrainage du ministère de la Recherche et de l’enseignement supérieur et sous les tutelles du Collège de France, de l’École nationale des Chartes, de l’institut d’Histoire du temps présent (CNRS) et de l’Institut national de l’audiovisuel. Elle a rassemblé le 23 et le 24 octobre plus de deux cents participants et auditeurs mobilisés par l’intérêt pluridisciplinaire du projet et par son interrogation sur l’usage critique de l’histoire orale comme méthode de l’histoire du temps présent. Il a intéressé un public ouvert par son rapport à l’histoire des intellectuels et des universités de 1945 à 2000.

Bilan des résultats et confrontation des analyses ont été menés dans une discussion autour de six thèmes principaux correspondant aux orientations d’un programme commencé il y a cinq ans et qui sera, on le souhaite, poursuivi. Pour chaque table ronde retenue, un témoin principal et un représentant de la communauté historienne, acteur ou non des événements, ont lancé un dialogue que les participants à l’enquête ont illustré et argumenté en mobilisant les témoignages oraux enregistrés dans le travail collectif, avec plus rarement, de fascinants intermèdes visuels pour quelques témoins. La première table ronde a défini l’objet de l’enquête, du corpus construit et analysé jusqu’à son utilisation et son interprétation. Il s’agissait tout d’abord de préciser la volonté d’objectivation face à l’histoire de 68 et à la pensée auto-justificatrice des mêmes soixante-huitards toujours interrogés. Le corpus retenu, une cinquantaine de personnalités où dominent deux groupes privilégiés, les chartistes et les universitaires, normaliens ou non, et cinq professeurs du Collège de France, autorise une interrogation polyvalente. Elle est portée par l’analyse qualitative et quantitative de la parole et l’étude des contraintes diverses qui pèsent sur l’entretien et sa compréhension. La nature des témoignages, l’habitus pédagogique…

2La seconde table ronde a mis en valeur la composition démographique et sociale de la population des témoignages. Elle a insisté sur le cadre d’appartenance à une génération intellectuelle et politique, celle des années 1920-1935, de la Libération à la guerre d’Algérie, sur les diversités familiales, mais aussi sur l’importance d’un modèle éducatif commun. Le métier d’historien, activité de travail et de plaisir, a fait des témoins, face à l’événement, des citoyens certainement plus critiques que d’autres, mobilisés par des choix politiques personnels de tous ordres, mais souvent aussi par la volonté de comprendre et par l’exercice de leur capacité d’analyse. Doyens ou recteurs, décideurs, ils avaient alors surtout le souci de garantir l’institution et de la réformer dans la discussion concertée. Un élément majeur est apparu face à la révolte, voire la violence estudiantine, sa compréhension ou son rejet : la capacité d’expérience générationnelle et la façon dont elle a influencé la reconstruction intellectuelle du mouvement, sa narration, sa justification, sa critique, sa traduction politique dans les réponses du questionnaire.

3Dans un troisième temps, les participants ont débattu des identités politiques identifiées dans le groupe. Le témoignage particulièrement évocateur de Claude Nicolet invitait à une analyse empathique et cependant critique de l’engagement durant le mouvement et dans l’évolution postérieure à 68 admise par les témoins. Entre l’adhésion plus ou moins active et le refus plus ou moins proclamé, des trajectoires politiques multiples ont cohabité avec une attitude historienne interprétative. Dans le récit des hommes de droite, une réaction à la violence réelle ou supposée de la protestation étudiante et au-delà sociale a entraîné la condamnation péremptoire du mouvement, accusé d’avoir porté préjudice au système éducatif français. Dans le témoignage des historiennes, on découvre aussi que la question du féminisme a été marginale et qu’elle n’est intervenue souvent qu’après, ainsi à Aix, à Jussieu, à Vincennes.

4Le quatrième axe du travail a été consacré à la présentation des modèles de comportement apparaissant dans la comparaison des établissements d’enseignement supérieur. Les dissemblances sont fortes entre ceux des chartistes, des normaliens, entre l’École pratique des hautes études et l’EHESS : politisation et engagement différents correspondent à des formations intellectuelles différentes et ainsi à une ouverture contrastée sur la réforme des écoles ou de l’université, sur la transformation des études historiennes par rapport aux sciences sociales, sociologie et anthropologie, plus particulièrement, l’adhésion à la « Nouvelle Histoire ». Ces prises de position ont conditionné très fortement les mutations du métier dans le cadre des réformes menées par E. Faure, le rôle de la recherche et celui de l’interdisciplinarité.

5Une diversité analogue apparaît dans le Tour de France des facultés présenté dans la cinquième table ronde. Le rôle de Nanterre a défini à la fois un modèle de participation et la construction d’un véritable mythe, le refus et la compréhension modérée qu’incarne René Rémond partagent les témoins principaux. L’écho provincial de Nanterre et de la Sorbonne a été affaibli, sauf dans le cas de Rennes, Nantes, Caen et Aix qui ont connu actions violentes et divisions du milieu comparables. Enfin, la dernière discussion a repris la question du lien entre Mai 68 et l’évolution des disciplines historiques. Le mouvement et la réorganisation postérieurs des universités et des études ont certainement accéléré des choix de réflexion majeurs, le rapport à l’événement et à l’histoire politique qui interroge les références à l’histoire sociale, la montée des sujets culturels et l’effet de l’émiettement des thématiques, le rapport global au temps et à la question du progrès dans l’interprétation historique. Ainsi, l’histoire médiévale enregistre fortement les débats provoqués sur de nouveaux sujets d’études, sur le retour en force de l’érudition et sur une nouvelle histoire politique. Pour les modernistes, la dilatation du territoire de l’historien a accompagné la critique du modèle économique et social, sinon marxiste, le triomphe de l’École des Annales et la mise en place d’une audience exceptionnelle liée à de grands auteurs reconnus par un large public. En ce qui concerne l’histoire des temps contemporains et proches, Mai 68 a eu aussi un effet accélérateur et a fait émerger sujets et méthodes nouveaux, nouvelles sources, nouvelles questions reprises d’autres périodes. En tout cas, d’une manière générale, n’ont diparu ni le quadripartisme (Antiquité, Moyen Âge, Temps modernes et Histoire contemporaine) ni la perspective nationale et la difficulté de faire entendre les sujets étrangers coûteux dans leurs exigences intellectuelles et matérielles. Les discussions ont porté sur la dimension française des témoignages et insisté sur la nécessité d’une comparaison internationale.

Les images de 68 sont interrogées par les historiens

Les images de 68 sont interrogées par les historiens

Photo parue dans France Soir en novembre 1968.

© Daniel Roche

6À l’heure où se généralisent dans l’université de grandes réformes qui intéressent de façon très différente disciplines et établissements d’enseignement et de recherche, le colloque a mis en lumière la capacité d’un groupe d’étudiants, d’enseignants et de chercheurs à élaborer sa problématique, ses méthodes et ses façons d’agir. Si les historiens de 68 se veulent plus des enseignants et des chercheurs que des intellectuels, le collectif du séminaire animé avec dynamisme et inventivité par Agnès Callu a élaboré une forme collective d’action et un modèle homogène et ouvert d’analyse transdisciplinaire qui cernent les contours d’une intellectualité commune originale. Les questions qu’il pose visent un milieu spécifique dont les processus de construction identitaire, les pratiques d’action, les logiques d’interprétation historiques et sociologiques ont marqué la seconde moitié du XXe siècle. Le dialogue, l’écart mesuré entre le groupe des jeunes chercheurs et les anciens d’une génération qui a compté, et compte encore à sa manière, sont en eux-mêmes des facteurs de changement. Ils situent l’histoire orale en tant que méthode fondamentale de l’Histoire et comme moyen d’identifier la construction-déconstruction du champ d’étude. En tout cas, le colloque a permis de comprendre comment les historiens pouvaient sortir d’eux-mêmes pour montrer ce que Mai 68 avait été pour eux et inciter ainsi à ne pas s’enfermer dans les universités et dans le temps court du mouvement. Témoins, ils incitent à donner réponse à la triple exigence qui se joue entre le passé et le présent : celle de l’ouverture des espaces, celle du jeu des échelles temporelles, celle de l’adaptation appropriée du questionnaire. Dès 1968, les historiens ont voulu sauvegarder la trace des événements. Quarante plus tard, ils s’interrogent, jeunes et moins jeunes, ensemble, sur la manière dont on peut faire réapparaître ce qu’un travail lent d’érosion mémorielle et de changement personnel a pu effacer, sur leur capacité à transmettre autant qu’à faire entendre et à montrer. En bref, à prouver qu’ils peuvent être de bons témoins sans renier leur engagement actif ou passif, entre l’histoire effective et l’histoire dite des acteurs du Futur passé (R. Koselleck).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Agnès Callu
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/657/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Les images de 68 sont interrogées par les historiens
Légende Photo parue dans France Soir en novembre 1968.
Crédits © Daniel Roche
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/657/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France, Collège de France, Paris, décembre 2008, p. 34-35. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Daniel Roche, « Le Mai 68 des historiens. Entre identités narratives et histoire orale », La lettre du Collège de France [En ligne], 24 | décembre 2008, mis en ligne le 15 novembre 2010, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/657

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page