Navigation – Plan du site
Manifestations

Le Moyen Orient, une passion française ? De la « guerre des Six-jours » à « Septembre noir » (1967-1970)

Colloque organisé par le Département archives et recherche de la BDIC (Sonia Combe) et de la chaire d’Histoire du monde arabe contemporain du Collège de France (Pr Henry Laurens), 1er-2 octobre 2008
Leyla Dakhlis
p. 31-32

Texte intégral

1Ce colloque avait pour objectif de saisir un moment de l’histoire de France où les affaires du Moyen Orient sont entrées dans le débat politique intérieur. Afin de croiser les approches, il a réuni des historiens et politistes, ainsi que des journalistes et des témoins. Il s’agissait aussi de comprendre quelles nouvelles questions, voire quelles nouvelles réalités cette entrée du conflit israélo-arabe sur la scène française a contribué à faire émerger.

2La première journée était consacrée à un cadrage historique centré sur la diplomatie française au Moyen Orient : les regards d’un historien du monde arabe (Henry Laurens), d’un acteur de la politique gaullienne (Philippe de Saint-Robert), d’un journaliste, spécialiste reconnu du Proche-Orient mais aussi fin connaisseur de la politique française (Patrick Seale), et enfin d’un historien des relations internationales (Robert Frank) ont permis de mettre en relief les principales caractéristiques de la politique du général de Gaulle dans la région. Cette politique a été qualifiée à plusieurs reprises de « visionnaire », prônant un règlement équilibré de la paix entre Israël et les pays arabes. Elle est aussi pragmatique et finement stratégique : le général de Gaulle aurait en effet insisté pour prévenir les Israéliens qu’ils ne devaient pas attaquer les premiers, et que cette guerre ne trouverait pas d’issue si elle se traduisait par une occupation. C’est donc à la fois en diplomate et en militaire que de Gaulle apprécie la situation, s’appuyant en cela sur un réseau de « gaullistes de gauche », pro-arabes dont il a souvent été question et sur lequel on attend de nouvelles recherches. L’intervention de Patrick Seale a en effet bien montré que le général n’était pas suivi par l’ensemble de ses lieutenants dans sa « politique franco-arabe » : l’épisode clé de la coopération en matière nucléaire, dans les années précédant 1967, où les proches collaborateurs du général ont passé outre sa volonté d’y mettre fin, est révélateur. La France a continué à équiper l’État d’Israël jusqu’à lui permettre de fabriquer la bombe atomique. Le blocus voulu par de Gaulle ne sera effectif qu’en 1969. Robert Frank a conclu cette session en relevant l’usage par Laurens de l’expression « guerre de 3 ans », utilisée de préférence à « guerre des 6 jours » pour désigner la période. La vision d’une guerre qui ne s’arrête pas avec la fin des opérations militaires rejoint bien l’intuition politique de De Gaulle qui considérait qu’il y avait des guerres auxquelles il était difficile de trouver une issue.

Pr Henry Laurens

Pr Henry Laurens

3Le colloque s’est ensuite penché proprement sur l’exploration des effets de cette guerre sur la société et l’opinion française. La séance questionnant l’émergence d’une communauté juive française, réunissant un jeune chercheur, Samuel Ghiles-Meilhac et l’ancien président du CRIF Théo Klein, présidée par Anne Grynberg, professeur à l’INALCO, a permis d’interroger la notion même de communauté juive. Elle a aussi souligné la tension entre représentation et pluralisme qui agite les juifs de France. Ces derniers, cela a été souligné à plusieurs reprises, deviennent les « juifs de France » en 1967 : auparavant, ils se désignaient et étaient désignés par l’expression « isréalites ». Dans ce changement de vocabulaire il y a aussi un changement de perception, diversement accepté par la communauté (cf. l’opposition d’un Rodinson). Le soutien à Israël a certainement servi de ferment à une démarche vers l’union d’une communauté bouleversée par la guerre bien sûr, mais aussi par l’installation en France de nombreux juifs d’Algérie et du Maghreb qui n’ont pas la même histoire, ni la même culture. Cherchant à retracer l’émergence d’une terminologie de la « résistance » appliquée aux Palestiniens – totalement inimaginable avant 1967, voire avant 1982 – les organisateurs avaient confié à l’historienne spécialiste de la Résistance, Alya Aglan, le soin de rechercher les échos de la crise dans les associations résistantes. Sans surprise, elle a constaté que les débats des associations d’anciens résistants ne s’intéressaient guère à la question. Dans l’ensemble, les prises de position étaient assez fortement pro-israéliennes, et se démarquaient fortement de celles de l’entourage de De Gaulle.

4La seconde journée a été celle des passions proprement dites. Passions intellectuelles d’abord, débat vif et complexe dans les journaux, via des articles et des pétitions. Passions politiques et militantes ensuite, dans la rue et dans les amphithéâtres. Les deux aspects ne sont bien sûr pas complètement séparables.

5La séance consacrée aux intellectuels a permis de montrer que, partant de positions radicalement différentes, les acteurs choisis (Raymond Aron, Maxime Rodinson, Pierre Vidal-Naquet et, peut-être à un degré moindre Jean-Paul Sartre) vivaient des situations assez similaires d’écartèlement entre leur volonté de ne pas rejeter leur culture universaliste et laïque, et d’autres fidélités, plus personnelles et intimes (qu’elles soient l’appartenance israélite ou les liens avec le monde arabe). C’est en fonction de ces chaînes d’affinités et de fidélités que chacun prend position. Si ces positions sont radicalement opposées en 1967, elles tendent toutes vers la recherche d’une paix équitable par la suite. Le parcours de Pierre Vidal-Naquet, rapporté par Magali Gustave, est en cela exemplaire puisque c’est en 1967 que, après avoir signé une pétition pour la défense d’Israël, il comprend que sa place n’est pas là, mais plutôt auprès des Palestiniens pour protester contre l’occupation israélienne. C’est certainement Maxime Rodinson, grand connaisseur du terrain, de l’Islam et de la civilisation arabe qui l’a amené à changer d’avis et à rallier le GRAPP (Groupe de recherche et d’action pour le règlement du problème palestinien). La présentation faite par Gérard Khoury à partir des archives Rodinson a fait la lumière sur la force de son engagement, sur la perception qu’il a de l’évolution de cette question sur le territoire français. À l’opposé en apparence, Raymond Aron, dont les articles parus à l’époque dans Le Figaro sont commentés et mis en perspective par Henry Laurens, fait le même effort sur lui-même pour ôter la passion, se fier à la raison et analyser la question israélo-palestinienne. C’est un échec, en tout cas pendant les journées d’hystérie de 1967, où les positions ne cessent de se radicaliser. Ce n’est qu’après cet épisode violent que les positions se rejoindront dans la recherche de la paix. Jean-Paul Sartre est à cet égard un cas d’école par la sinuosité de ses prises de position sur la question. Il reste néanmoins plutôt un défenseur d’Israël. Farouk Mardam Bey a montré combien la position de l’intellectuel français par excellence était ambiguë, expliquant sa réception dans le monde arabe, entre popularité et déception.

6La dernière séance, animée par Sonia Combe, a poursuivi cette discussion. La gauche française a été écartelée par la question israélo-palestinienne. La défense d’Israël, assimilée à la gauche depuis la fin de la guerre, devient subitement plus problématique. Israël, petit pays menacé où il fallait à tout prix éviter un second génocide, devient l’agresseur et remporte la victoire. C’est ce tournant qui explique les options prises dans l’après 1967 par une partie de l’extrême-gauche. Robi Morder a montré le caractère éphémère des prises de position de l’UNEF en tant que syndicat : pris dans ces problèmes internes, il n’aborde que marginalement ces questions. C’est dans les partis politiques que s’expriment les positions. Denis Sieffert a voulu dépasser le cadres chronologique fixé par le colloque pour retracer les évolutions des groupes maoistes, trostkystes et PSU face aux conflits israélo-arabe et à ce qu’on appellera plus tard la question palestinienne. Son intervention a permis de retrouver les césures qui, à partir d’une situation où la gauche est globalement pro-israélienne, a fait basculer l’opinion et une grande partie de l’extrême gauche. Enfin, Chiheb Nasser a tenté de saisir la position de la revue Esprit sur le sujet dans la période 1967-1970. Il a souligné la spécificité du « sionisme » de la revue, qui relève selon lui d’une fidélité spirituelle au projet. Il a également relativisé la position pro-israélienne de la revue, qui a toujours cherché avant tout à comprendre.

7Ces deux journées ont ainsi permis de faire une rapide généalogie de cette passion française, notamment à travers l’analyse de la crise de 1967, moment d’acmé politique et d’engagement passionnel pour une partie importante de la société française. Une publication viendra peut-être donner une forme pérenne et plus approfondie à ces débats. Nous espérons qu’elle suscitera aussi de nouvelles recherches.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Pr Henry Laurens
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/652/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France, Collège de France, Paris, décembre 2008, p. 31-32. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Leyla Dakhlis, « Le Moyen Orient, une passion française ? De la « guerre des Six-jours » à « Septembre noir » (1967-1970) », La lettre du Collège de France [En ligne], 24 | décembre 2008, mis en ligne le 15 novembre 2010, consulté le 23 mai 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/652

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page