Navigation – Plan du site
Manifestations

Noms barbares 2

Séminaire-colloque organisé et dirigé par le Pr Michel Tardieu (Collège de France, chaire d’Histoire des syncrétismes de la fin de l’Antiquité) en partenariat avec l’ANR, le CNRS (UMR 8584) et l’EPHE; 18 juin 2008
Lucia Saudelli
p. 29-30

Texte intégral

1Ce colloque international, dernier des séminaires du professeur Michel Tardieu au Collège de France, avait pour objet de poursuivre le travail collectif entamé en 2006-2007 sur les formes et contextes de la pratique magique des « noms barbares ». Dans son exposé liminaire, le Pr Tardieu présenta la suite des recherches sur les énoncés étrangers à la langue grecque (noms, épithètes, séries ou combinaisons de lettres) qui sont proférés dans la partie invocatoire et exécratoire des rites magiques, comme en témoignent principalement mais non exclusivement les papyrus grecs magiques. Le but de cette deuxième rencontre de spécialistes a consisté, sur la base du répertoire d’un grand nombre de noms barbares, à analyser ceux-ci en fonction des différents systèmes linguistiques (égyptien, grec, copte, latin, hébreu, arabe, éthiopien) ; et, d’autre part, à classifier les « significations » éventuelles d’après les époques de leur production, leurs milieux culturels et surtout les contextes rituels de leur emploi. C’est ainsi que certains « monstres verbaux » des documents magiques de l’Antiquité classique et tardive deviennent des mots chargés d’intelligibilité, assura M. Tardieu. La journée d’études débuta par la conférence de Mlle Lucia Saudelli (Collège de France) sur un fragment d’Héraclite sur le nom de Zeus. Le premier philosophe grec à avoir forgé une véritable doctrine onomastique a conçu les dieux comme des entités composées de contraires et pensé que leurs noms devaient refléter leur nature polymorphe à travers la polyphonie et la polysémie. Pour Héraclite d’Éphèse, les noms les plus adéquats pour les divinités seraient donc des termes accouplés et opposés deux à deux, à la façon des formulations magico-religieuses archaïques dites « lettres éphésiennes ».

2D’autres communications analysèrent plus particulièrement les dynamiques linguistiques propres aux noms barbares. M. Gérard Roquet (EPHE) sonda la nature cryptée du discours proféré par le vaticinateur égyptien, en éclairant les relations qui existent dans le langage parlé et écrit entre graphème, phonème, sème, lexème et glossème, ce dernier étant le signifié du signifiant linguistique. La glose est l’élément du langage servant à former aussi bien l’expression que le contenu, la nébuleuse qui se trouve dans tout texte et qui met en branle les noms barbares. Mme Amina Kropp (université de Munich) examina l’aspect fonctionnel de certains noms divins en langue étrangère récursifs dans les tablettes d’exécration latines. Ces noms barbares ont une double fonction communicative dans l’acte de parole qui constitue une exécration: sur l’axe vertical, se déroule la communication primaire entre le magicien et les divinités, en tant que puissances surnaturelles, sur l’axe horizontal s’établit la relation secondaire entre le magicien et les autres hommes, c’est-à-dire les non-initiés.

3La lecture des documents magiques contenant des noms barbares revint d’abord aux spécialistes des traditions et sources égyptiennes. M. le professeur Jean Yoyotte (Collège de France) tira du Livre des morts un témoignage de magie, portant des invocations au dieu Amon et à la déesse Mout, sa compagne. Il montra comment des noms barbares, qui sont en réalité des mots nubiens et soudanais, insérés dans un écrit en langue égyptienne classique et néo-égyptienne, permettent de redécouvrir les arts funéraires de l’Égypte ancienne. M. Gregor Wurst (université d’Augsbourg) étudia ensuite un lot de textes magiques bien plus tardifs en langue copte, qui enrichissent de pièces nouvelles le champ immense du syncrétisme religieux de l’Égypte d’époque chrétienne. Les divinités traditionnelles de l’Égypte sont invoquées dans ces pièces en même temps que le nom de Jésus pour assurer l’efficacité de l’action magique.

Pr Jean Yoyotte et Jean-Daniel Dubois, directeur d’études à l’EPHE

Pr Jean Yoyotte et Jean-Daniel Dubois, directeur d’études à l’EPHE

4Les rapports qui se sont instaurés entre cultures grecque et égyptienne par rapport aux noms barbares ont été explorés par d’autres intervenants. Mlle Silvia Pieri (université de Pise) examina l’arithmologie du Huitième livre de Moïse, un écrit appartenant à la collection des papyrus magiques égyptiens en langue grecque. La signification symbolique de certains nombres employés dans les rituels, par exemple le sept, est repensée et en quelque sorte sublimée par la doctrine philosophique du rôle de la tétractys pythagoricienne et platonicienne dans l’ordre cosmique. M. Paolo Scarpi (université de Padoue) compara un passage du Phèdre de Platon et un texte tiré du Corpus hermeticum, en présentant celui-ci comme une réponse égyptocentrique et anti-grecque à celui-là. L’auteur hermétiste retourne en effet contre les philosophes grecs, qui avaient banni des mystères les barbares à la langue incompréhensible, l’accusation de ne produire que des bruits de mots, en leur opposant à plus forte raison la puissance efficace des « voix » égyptiennes selon les livres d’Hermès.

5Avec M. Yvan Koenig (CNRS), la recherche se porta aussi sur les images associées aux noms barbares. En ce qui concerne l’origine de la représentation des Abrasax, entre autres dans la littérature gnostique, il faut admettre une influence pharaonique, en raison d’une image protectrice semblable située dans la tombe de Ramsès VI et de la tripartition du dessin qui évoque celle des trigrammes « panthéistes » de l’époque ramesside. L’interprétation de cette image à l’époque impériale est toutefois bien différente. M. Michel Tardieu (Collège de France) s’est appliqué à montrer que le modèle logique à l’arrière-plan de la protogénie de Kalyptos dans le Zostrien de Nag Hammadi et de sa diversification dans le monde sensible était établi selon des listes de catégories opposées et distinctes par le genre et l’espèce. Laissées incomprises par les éditions et traductions courantes du Zostrien, ces listes permettent de reconstruire une partie importante des représentations philosophiques prêtées par l’auteur gnostique du traité aux noms barbares de l’éon de Kalyptos.

6Les noms magiques des textes juifs et éthiopiens, classifiés sans doute hâtivement en magie « blanche » ou « noire », ont été présentés et analysés par d’autres conférenciers. M. Arnaud Sérandour (EPHE) fit état du Sefer ha-Razin, premier manuel de magie juive, dite « noire », datant de l’Antiquité tardive et apparenté aux papyrus magiques grecs. Le livre comporte une série d’incantations sous forme d’invocations ou d’adjurations adressées en hébreu aux anges du soleil ou de la lune, susceptibles d’être assujettis à la volonté humaine. On y trouve des théonymes provenant des panthéons grec, égyptien et syro-palestinien. Certaines formulations sont des variantes sur le tétragramme divin, ou bien des combinaisons de lettres appartenant à l’alphabet hébraïque ou grec. M. Manfred Kropp (université de Mayence), quant à lui, étudia les talismans de la magie éthiopienne, dite « blanche », qui con-sistent en des rouleaux en cuir portés sur le corps ou accrochés au mur pour se protéger contre les maladies et le malheur. Les noms magiques attestés sont des termes fantaisistes fabriqués pour faire impression, mais on y trouve aussi des mots et des phrases en langue étrangère transcrits en éthiopien. Ces noms barbares ont souvent une origine biblique, ou bien liturgique et théologique, mais ils peuvent dériver aussi de traductions ou d’adaptations de traités magiques originellement en langue arabe. M. Claude Gilliot (université de Provence) s’intéressa enfin aux sourates du Coran qui commencent par une ou plusieurs lettres de l’alphabet arabe : Q, N, ALM, ALMR, YS, apparemment dépourvues de sens. L’origine et l’interprétation de ces lettres isolées ont donné du fil à retordre tant aux exégètes musulmans qu’aux orientalistes modernes. La structure liturgique de ces énoncés coraniques paraît évidente. Muhammad ou certains de ses aides ont pu avoir connaissance des liturgies chrétiennes de la Syrie, de là un aspect à approfondir dans la thèse de Christoph Luxenberg (2004).

7En conclusion de ce séminaire, Mme Claudine Besset-Lamoine et Mlle Flavia Ruani, avec la participation de Mme Anna Van den Kerchove, Mme Émilie Claude et M. Emiliano Fiori, proposèrent à l’auditoire fort nombreux une interprétation scénique de quelques rituels gnostiques extraits des écrits coptes de Nag Hammadi. Afin de mettre en valeur la fonction de l’oralité, qui joue un rôle majeur dans la forme de l’écriture elle-même des traités gnostiques, ce groupe de chercheurs théâtralisa un rituel gnostique débutant avec l’invocation des orants à la louange de la divinité et prenant fin avec l’enseignement qui apporte la sagesse secrète et fonde la révélation : l’ineffable Vérité du silence.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Pr Jean Yoyotte et Jean-Daniel Dubois, directeur d’études à l’EPHE
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/649/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France, Collège de France, Paris, décembre 2008, p. 29-30. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Lucia Saudelli, « Noms barbares 2 », La lettre du Collège de France [En ligne], 24 | décembre 2008, mis en ligne le 15 novembre 2010, consulté le 25 juin 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/649

Haut de page

Auteur

Lucia Saudelli

ATER, chaire d’Histoire des syncrétismes de la fin de l’Antiquité

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page