Navigation – Plan du site
Manifestations

Aux origines du dialogue humain : Parole et musique

Colloque de rentrée du Collège de France. 16 et 17 octobre 2008
Stanislas Dehaene et Christine Petit
p. 24-26
Traduction(s) :
At the Origins of Human Dialogue: Speech and Music

Entrées d’index

Mots-clés :

musique
Haut de page

Texte intégral

Texte introductif du Pr Stanislas Dehaene

1Un seul chiffre suffira à introduire notre sujet : 40 milliards de dollars, c’est l’ordre de grandeur du marché de la musique dans le monde. Chacun est prêt à dépenser des sommes importantes en appareils de haute fidélité, en baladeurs et en disques dont la fonction n’est, après tout, que de dispenser quelques vibrations sonores – mais des vibrations capables de nous émouvoir au plus profond de nous mêmes. Glenn Gould, pianiste mythique, expliquait qu’il n’aurait pu imaginer sa vie sans une immersion totale dans la musique et qu’il aurait été profondément malheureux au XIXe siècle où les moments musicaux étaient rares et souvent réservés à l’élite. Aujourd’hui, chacun aménage et transporte sur lui sa bibliothèque digitale, et chaque heure passée dans les transports devient ainsi une heure de musique.

2Le puissant attrait qu’exerce sur nous la musique reste inexpliqué à ce jour et la question des origines et du rôle de la musique dans la communication humaine est au centre de ce colloque. D’où vient le sens de l’harmonie ? Pourquoi percevons-nous certains accords comme consonants et d’autres comme dissonants ? Pourquoi la gamme majeure nous paraît-elle vive et gaie, tandis que la gamme mineure nous semble effacée et introspective ? Ces messages musicaux sont-ils variables selon les cultures et les époques ou font-ils appel à un petit nombre d’éléments invariants et universels, tels que l’octave, la quinte, le rythme binaire ou ternaire ? Ces éléments sont-ils propres à l’espèce humaine ou se retrouvent-ils, au moins en germe, dans les comportements de communication d’autres espèces animales, le chant des oiseaux ou les cris à haute fréquence qu’échangent les souris ? Notre cerveau a-t-il évolué pour la musique, et si oui, quelle en est la fonction primaire : communication sans langage, délimitation du groupe social, renforcement des liens affectifs ? Ou encore la musique n’est-elle, comme le propose le psychologue cognitif Steven Pinker, qu’une construction humaine récente et savante, une sorte de « cheesecake auditif », un artifice dont le seul but est de titiller les points les plus sensibles de nos facultés mentales ?

3Selon une hypothèse séduisante, la compétence musicale dériverait de la faculté de langage propre à l’espèce humaine. Parole et musique partagent en effet de nombreux traits communs, dont le plus évident est une organisation hiérarchique par laquelle des éléments simples – notes ou phonèmes – se combinent pour former, à plusieurs niveaux successifs, des structures de mots, de syntagmes et de phrases. Certes, l’origine du langage n’est pas moins disputée que celle de la musique – au point que cette question a été bannie officiellement des débats de la société de linguistique de Paris. Cependant, des outils nouveaux, issus de l’imagerie cérébrale et de la génétique moléculaire, permettent d’en reprendre l’analyse et, en particulier, de comparer l’évolution de la musique et celle du langage parlé. Peut-on vraiment parler d’un langage musical ? Existe-t-il une parenté entre les sonorités émises et traitées par l’un et l’autre système ou peut-on au contraire affirmer avec Richard Wagner que la musique commence là où s’arrête le pouvoir des mots ? Au-delà des premières étapes du traitement acoustique, les messages linguistiques et musicaux empruntent des voies partiellement différentes dans notre cerveau. Cependant, la poésie, le chant, et tout particulièrement l’opéra font s’entrecroiser langage et musique en une seule et même œuvre. Est-ce à dire qu’une seule et même grammaire universelle préside à l’organisation du langage parlé et de la musique ?

4Si j’espère que les conférences qui sont proposées ici jetteront une lumière nouvelle sur ces questions, je sais d’avance qu’elles ne les résoudront pas. Ni l’émotion musicale, ni la difficile question des origines de la communication humaine ne se laissent facilement mettre en équations. C’est pourquoi nous avons voulu, avec Christine Petit, que ce colloque soit aussi l’occasion, tout simplement, d’entendre de la musique et de vibrer avec elle. Nous avons choisi, bien entendu, la voix chantée, lieu de rencontre naturel de la parole et de la musique, et je remercie la soprano Donatienne Michel-Dansac d’avoir accepté de nous en-chanter avec les étranges déclamations musicales d’Hector Parra et de Georges Aperghis. Merci également à l’IRCAM (l’Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique) d’avoir installé au Collège de France quelques uns de ses célèbres équipements d’informatique musicale afin de nous laisser entrevoir ce que deviendront, peut-être, la parole et la musique lorsque les machines entreront dans la partie.

Texte de clôture du Pr Christine Petit

5Parce que les différents intervenants se sont efforcés de traiter avec beaucoup de rigueur le thème du colloque « Aux origines du dialogue humain : parole et musique », ce qui aurait pu n’être qu’un assemblage de touches éparses s’est naturellement organisé par le jeu d’intéressants rapprochements entre différents champs disciplinaires : science, littérature, philosophie et création artistique, musique et poésie en particulier.

6Par-delà les bases physiologiques et moléculaires de l’audition et du langage parlé (« Entendre : les bases physiologiques de l’audition », Christine Petit ; « Mice, chimpanzees and the molecular basis of language », Wolfgang Enard), nous avons relevé la continuité de nos interrogations et réflexions par rapport à celles de nos prédécesseurs. Ainsi, en 1862, dans son ouvrage Théorie physiologique de la musique fondée sur l’étude des sensations auditives, Hermann von Helmholtz s’interrogeait sur la nécessité qui s’attache à la musique, et sur son corollaire, le besoin persistant d’une théorie physiologique de la musique, (« Helmholtz et la théorie physiologique de la musique », Jacques Bouveresse). Ce thème inspire aujourd’hui des recherches très fécondes.

7La permanence de la question du rapport entre « chanté » et « parlé » dans l’opéra (« Parole-chant : L’opéra », Claude Hagège) comme dans la chanson populaire (« Parole, Parole, Parole », Peter Szendy), fut illustrée en soirée dans la Strette d’Hector Parra et les Récitations de Georges Aperghis, interprétées par la cantatrice Donatienne Michel-Dansac. Nous avons écouté la pensée audible du poète (« Poésie et musique », Michael Edwards), et la respiration des textes (« Capter la parole vive : la notation de la musique de la parole », Roger Chartier). Nous avons suivi l’alliance du langage et de la musique à travers la parole tambourinée des tribus d’Afrique Centrale (« Entre parole et musique : les langages tambourinés d’Afrique », Simha Arom), la comparaison des caractéristiques physiques des sons de parole et de musique et de leurs modes et sites de traitement au sein du cortex (« Synthèse de la voix parlée et chantée », Xavier Rodet). Dans la mesure où ces derniers logent dans des hémisphères différents – à droite la musique, à gauche le langage – comment la perception conjointe du chanté-parlé ou du tambouriné-parlé s’opère-t-elle ? Nous avons vu se dessiner les prémisses d’une compréhension scientifique de l’apprentissage de la communication acoustique, apprentissage des vocalisations chez les oiseaux chanteurs par exemple, avec l’importance que revêtent les conditions environnementales pour son développement (« L’apprentissage du chant chez l’oiseau : l’importance des influences sociales », Martine Hausberger), apprentissage du langage parlé chez le bébé (« Comment les enfants apprennent-ils leur langue maternelle ? », Ghislaine Dehaene-Lambertz). Ces avancées récentes se fondent sur des approches multidisciplinaires : étude des comportements, imagerie cérébrale et génétique. Ainsi, la génétique, par exemple, en révélant les bases moléculaires de l’atteinte élective de la reconnaissance de la hauteur sonore (« Amusies et mécanismes cérébraux de la perception musicale », Isabelle Peretz), de la production du langage ou bien encore de maladies psychiatriques affectant la communication, notamment acoustique (« Les raisons de l’autisme », Monica Zilbovicius), peut-elle permettre d’éclairer le passage d’une phonologie émotionnelle à une phonologie volontaire (« L’émotion dans le langage musical », Emmanuel Bigand), les mécanismes de la reconnaissance d’autrui à travers la perception de sa voix, les liens qui existent entre le traitement des sons de parole et de musique, la façon dont génome et environnement social interagissent dans l’ontogenèse de la production et de la perception de la musique et du langage. La synthèse numérique offre une palette sonore qui permet de créer et de modifier à volonté une grande variété de sons (« Musique et parole, de l’acoustique au numérique », Jean-Claude Risset), et montre aussi sa puissance dans l’exploration de leur dimension psycho-acoustique. Une modélisation informatique de la mise en place du langage fondée sur le principe d’auto-organisation du vivant a été proposée (« L’auto-organisation dans l’évolution de la parole », Pierre-Yves Oudeyer). On a rappelé les menaces que font peser sur le dialogue humain la malentendance du sujet vieillissant, qui se manifeste d’abord dans le bruit et le contraint progressivement à un isolement social (« De la parole et du bruit : l’organisation de la compréhension orale », Christian Lorenzi). Comment le langage s’est-il mis en place durant l’évolution dans la contrainte d’un environnement bruité ? Comment la musique participe-t-elle de la création du lien social ? Ces sujets auraient mérité de longs développements. Les bases neurophysiologiques de l’émotion musicale ont cependant été discutées, et on a souligné l’apport de la musique au développement des capacités d’attention des jeunes enfants (« Variability in brain plasticity : how can musical training improve cognition ? », Helen Neville). En outre, une approche nouvelle de la linguistique a été exposée (« Comment formaliser la diversité des langues ? », Luigi Rizzi). Ainsi les erreurs que commettent les jeunes enfants lors de l’apprentissage du langage peuvent-elles éclairer les étapes de l’ontogenèse syntaxique. Enfin, année Darwin oblige, le colloque s’est conclu par quelques interrogations : de quelles sonorités, de quelle cacophonie peut-être, bruissait le monde vivant à l’époque où il grouillait de la diversité biologique en explosion ? Où tracer la frontière entre dialogue et cacophonie ? Sur quel dialogue l’homme peut-il fonder son devenir ?

‎Programme

Christine Petit (Collège de France)
Entendre : les bases physiologiques de l’audition

Jacques Bouveresse (Collège de France)
Helmholtz et la théorie physiologique de la musique

Wolfgang Enard (Max-Planck-Institute of evolutionary Anthropology, Allemagne)
Mice, chimpanzees and the molecular basis of language

Pierre-Yves Oudeyer (INRIA)
L'auto-organisation dans l'évolution de la parole

Luigi Rizzi (Université de Sienne, Italie)
Comment formaliser la diversité des langues ?

Simha Arom (CNRS)
Entre parole et musique : les langages tambourinés d’Afrique Centrale

Roger Chartier (Collège de France)
Capter la parole vive : la notation de la musique de la parole

Michael Edwards (Collège de France)
Poésie et musique

Xavier Rodet (IRCAM)
Synthèse de la voix parlée et chantée
Concert par Donatienne Michel-Dansac

Martine Hausberger (Université de Rennes)
L'apprentissage du chant chez l'oiseau : l'importance des influences sociales

Ghislaine Dehaene-Lambertz (CNRS, Centre NeuroSpin)
Comment les enfants apprennent-ils leur langue maternelle ?

Helen Neville (Université d’Oregon, États-Unis)
Variability in brain plasticity : how can musical training improve cognition ?

Isabelle Peretz (Université de Montréal, Canada)
L'échec du dialogue entre parole et musique dans le chant

Monica Zilbovicius (INSERM, CEA)
Les raisons de l’autisme

Christian Lorenzi (ENS, CNRS, Université Paris Descartes)
De la parole et du bruit : l’organisation de la compréhension orale

Claude Hagège (Collège de France)
Parole-chant : L’opéra

Jean-Claude Risset (CNRS – LMA)
Musique et parole, de l’acoustique au numérique

Peter Szendy (Université Paris X Nanterre)
« Parole, Parole, Parole »

Emmanuel Bigand (CNRS, Université de Bourgogne)
L’émotion dans le langage musical

Les interventions du colloque sont disponibles en vidéo sur : www.college-de-france.fr (onglet audio/video)


  

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France, Collège de France, Paris, décembre 2008, p. 24-26. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Stanislas Dehaene et Christine Petit, « Aux origines du dialogue humain : Parole et musique », La lettre du Collège de France [En ligne], 24 | décembre 2008, mis en ligne le 15 novembre 2010, consulté le 23 mai 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/645

Haut de page

Auteurs

Stanislas Dehaene

Articles du même auteur

Christine Petit

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page