Navigation – Plan du site
Actualité
Leçons inaugurales

Chaire d’histoire intellectuelle de la Chine

Anne Cheng
p. 6
Traduction(s) :
Chair of Chinese Intellectual History

Notes de la rédaction

Anne Cheng a donné sa leçon inaugurale le 11 décembre 2008. Son cours intitulé « Confucius revisité : textes anciens, nouveaux discours » commençera le 14 janvier 2009.
La leçon inaugurale sera disponible prochainement aux éditions Fayard et en DVD (coproduction Collège de France/ CNED/Doriane)

Texte intégral

1Extrait de la leçon inaugurale :
« L’évolution historique de la Chine au cours du siècle dernier nous force à être des observateurs de plus en plus participatifs, pour emprunter un terme à l’anthropologie. Notre regard sur la Chine ne peut plus se permettre de rester distant et de construire à sa guise un objet appréhensible comme un tout quintessentiel. À bien des égards, nous vivons encore pour une large part sur des conceptions formées il y a trois siècles à l’époque des Lumières qui ne sont cependant plus ni très éclairées ni très éclairantes. On ne peut manquer d’être frappé par les représentations contradictoires et pourtant concomitantes qui prévalent encore à l’heure actuelle : comment concilier, d’un côté, l’image d’une « Chine philosophique » chère à Voltaire, rationaliste et esthétique et, de l’autre, celle d’une Chine issue d’un « despotisme oriental » à la Montesquieu, autocratique et machiavélique ? Il nous faut accepter d’observer et d’écouter de plus près et, de ce fait même, renoncer aux généralisations à l’emporte-pièce, si brillamment séduisantes et si commodément monnayables soient-elles.

2« De son côté, la Chine ne veut plus rester à se laisser étudier, sage comme une image, elle est devenue un interlocuteur, voire un intervenant actif dans nos débats pour la simple raison qu’elle s’emploie depuis une trentaine d’années (autant dire une génération) à assimiler tout l’apport des sciences humaines occidentales et, depuis peu, à se réapproprier sa tradition intellectuelle et culturelle, à commencer par ce que recèle son sous-sol. Les découvertes archéologiques qui ont commencé paradoxalement au plus fort de la Révolution culturelle sont comparables, dans leur portée et leurs conséquences pour notre vision de l’antiquité chinoise, à la découverte des manuscrits de la mer Morte : tout en confirmant l’authenticité de certaines sources traditionnelles, elles bouleversent nos conceptions héritées de vulgates qui semblaient acquises. À la sortie de la période maoïste, les intellectuels chinois ont été saisis d’une véritable fringale en se jetant littéralement sur tout ce qu’il y avait de plus neuf en provenance des milieux universitaires occidentaux, principalement nord-américains. D’où une succession de « fièvres » qui ont marqué ces dernières décennies : fièvre culturelle, wébérienne, pragmatiste, structuraliste, déconstructiviste, post-moderniste... Depuis le début de nos années 2000, c’est une autre fièvre qui s’est emparée du monde intellectuel, celle de la renaissance de la tradition : la Chine se veut et s’affirme désormais actrice de la réappropriation de son passé.

3« L’histoire intellectuelle de la Chine, déjà si éminemment illustrée ici même par Jacques Gernet, me paraît à même de faire ressortir les continuités et les ruptures entre différentes époques, les moments de crise, mais aussi les dialogues internes, les rémanences, les revisites, les successives reconstructions du passé et, ce faisant, de susciter un paysage, avec ses reliefs et ses failles. Au lieu de conforter le préjugé encore si largement entretenu d’une pensée unique ou d’une éternelle répétition du Même, il s’agirait d’ouvrir l’histoire des idées à la fois dans la diversité de leurs contextes sociopolitiques et dans la longue durée. Circuler ainsi entre passé et présent devrait nous amener, d’abord, à percevoir à quel point notre lecture du passé est conditionnée par les présupposés du présent et combien il est nécessaire de se prémunir contre la tentation toujours forte de faire de la rétroprojection, mais aussi à capter les enjeux que peuvent revêtir des discussions anciennes pour notre actualité. Nous nous apercevrons peut-être ainsi qu’avoir la patience de suivre une tradition dans ses propres termes et de restituer les questionnements qui lui sont propres permet de faire apparaître, en fin de compte, que des processus communs se retrouvent entre les trajectoires historiques de cultures différentes. Autant que la longue durée, il importe d’ouvrir l’espace de la circulation des idées, de l’entrecroisement des conversations, des négociations intellectuelles et textuelles, des phénomènes d’emprunts et de transferts.

4« On l’aura compris : avant même la comparaison, je privilégie la circulation ; au pseudo-dialogue, je préfère les conversations à plusieurs ; plutôt que l’altérité qui fige le vis-à-vis, je recherche les différences qui saisissent les choses dans le mouvement même de la vie, cette vie à laquelle il nous faut toujours revenir. »

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/607/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France, Collège de France, Paris, décembre 2008, p. 6. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Anne Cheng, « Chaire d’histoire intellectuelle de la Chine », La lettre du Collège de France [En ligne], 24 | décembre 2008, mis en ligne le 15 novembre 2010, consulté le 25 juin 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/607

Haut de page

Auteur

Anne Cheng

Professeure à l'Institut national des langues et civilisations orientales (1997-2008). Membre senior de l’Institut universitaire de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page