Navigation – Plan du site
Actualité
Leçons inaugurales

Chaire de microbiologie et maladies infectieuses

Philippe Sansonetti
p. 5
Traduction(s) :
Chair of Microbiology and Infectious Diseases

Entrées d’index

Mots-clés :

microbiologie
Haut de page

Notes de la rédaction

Philippe Sansonetti a donné sa leçon inaugurale le 20 novembre 2008. Son cours intitulé « Des microbes et des hommes : guerre et paix aux surfaces muqueuses » a commencé le 27 novembre 2008.
La leçon inaugurale sera disponible prochainement aux éditions Fayard. La vidéo est téléchargeable sur le site internet du Collège de France.

Texte intégral

1Extrait de la leçon inaugurale :
« Dès que les êtres vivants sont devenus multicellulaires, ils ont dû socialiser avec les microbes, premiers occupants de la planète, et établir avec eux un état de commensalisme, voire de symbiose. Les êtres multicellulaires modèles, le vers Caenorhabditis, la mouche Drosophila, ont un microbiote commensal – [...] la flore microbienne résidente – et sont sensibles à des pathogènes. Les systèmes gouvernant la gestion de cette interface, nés de l’adaptation de mécanismes parmi les plus fondamentaux du développement, ont été remarquablement conservés au cours de l’évolution, de l’insecte aux primates supérieurs. [...] La co-évolution homme-microbes ne s’est pas résumée à la reconnaissance et à l’éradication des pathogènes, elle a aussi mené à la tolérance des microbiotes commensaux. [...] Au fond, l’homme est un hybride primate-microbes. Nous hébergeons dix fois plus de bactéries que nous ne possédons de cellules somatiques et germinales. Le tractus intestinal héberge l’essentiel de ce microbiote. Dans cet environnement microbien, les pathogènes sont minoritaires, mais leur impact est majeur : chaque année les maladies infectieuses et parasitaires tuent environ 15 millions d’individus dont 12 millions d’enfants, sans parler de la morbidité et des séquelles dévastatrices laissées par certaines d’entre elles. Un désastre dont le coût économique et social est énorme, en particulier dans les pays du sud où surviennent plus de 90% des infections [...].

2« Pour l’avenir, les conditions de survenue de nouvelles émergences persistent, à l’origine desquelles prédominent les facteurs socio-économiques, environnementaux et écologiques. Les régions défavorisées de la planète – 2 milliards d’individus déshérités vivent avec moins d’un dollar par jour – paieront le plus lourd tribut à l’émergence infectieuse dans le futur. Les facteurs de risque sont la poursuite soutenue de la croissance de la population [...], la concentration croissante de ces populations privées d’éducation et d’hygiène à la périphérie des mégapoles, l’invasion croissante des zones forestières augmentant les chances de rencontre de nouveaux vecteurs et animaux sauvages réservoirs d’agents infectieux. L’augmentation soutenue des voyages et des échanges (2,1 milliards de passagers aériens en 2006) a transformé la terre en un village global où les agents infectieux circulent aussi librement que les individus. Il n’a pas fallu longtemps pour que le virus du SRAS saute d’une province retirée de la Chine à Hong Kong, puis à Toronto.

3« Le contrôle des maladies infectieuses ne sera possible que si nous réussissons à créer, à l’échelle de la planète, les conditions d’une vraie « transition sanitaire » qui comporte des exigences aussi diverses que la découverte d’anti-infectieux innovants, la mise au point de vaccins contre les grandes maladies endémiques, l’amélioration des conditions sanitaires des ghettos suburbains, le renforcement de réseaux de veille et de réaction rapide à l’émergence, recentrés vers le Sud. Internet nous a sans doute sauvés du SRAS. Le temps est aussi venu d’une veille anticipatrice dans les zones à risque de transmission de microorganismes de la faune sauvage à l’homme. Il faut enfin consolider un modèle économique durable prenant en compte les maladies infectieuses. Les partenariats public-privé engagés ces dernières années permettent de soutenir des projets ciblés de contrôle d’une maladie, mais c’est aux états d’assumer la responsabilité de cette lutte sur le long terme par l’éducation et la prévention. Les moyens à dédier peuvent sembler énormes. Ils sont dérisoires en regard du coût d’une épidémie, voire d’une pandémie. La recherche est le meilleur investissement que nous puissions proposer [...].

4« Pour conclure, je citerai Charles Nicolle, auquel je dédie modestement cette leçon : « La connaissance des maladies infectieuses enseigne aux hommes qu’ils sont frères et solidaires. Nous sommes frères parce que le même danger nous menace, solidaires parce que la contagion nous vient le plus souvent de nos semblables. »

Haut de page

Table des illustrations

URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/605/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France, Collège de France, Paris, décembre 2008, p. 5. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Philippe Sansonetti, « Chaire de microbiologie et maladies infectieuses », La lettre du Collège de France [En ligne], 24 | décembre 2008, mis en ligne le 15 novembre 2010, consulté le 24 mars 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/605

Haut de page

Auteur

Philippe Sansonetti

Membre de l’Académie des sciences. Directeur de l’unité de Pathogénie microbienne moléculaire et de l’unité INSERM 786, Institut Pasteur, depuis 2006.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page