Navigation – Plan du site
Histoire

Albert Grenier, héritier de Camille Jullian ou la succession des contraires

Sarah Rey
p. 41-42

Texte intégral

1L’intérêt porté aux Antiquités nationales donne la matière d’une belle enquête historiographique. Un travail en cours sur la trajectoire scientifique d’Albert Grenier (1878-1961, titulaire de la chaire d’Antiquités nationales de 1936 à 1948), successeur de Camille Jullian (1859-1933, titulaire de la chaire d’Histoire et antiquités nationales de 1905 à 1930) au Collège de France, aide à comprendre des généalogies savantes, l’émergence de nouveaux sujets d’étude, et les contrastes de deux personnalités : l’aîné crée, agite, brûle ; l’héritier rassemble, assagit, organise.

2Depuis 1905, une chaire, confiée d’abord à Jullian, est dédiée aux Antiquités nationales. La date est importante, qui marque la fin d’un refoulement : à cette époque, l’Allemagne, pourvue de musées romano-germaniques, a pris une longueur d’avance. En France, la « science de l’Antiquité », elle-même forgée sur le modèle allemand de l’Altertumswissenschaft, se constitue peu à peu, et les Gaulois y acquièrent leur droit de cité. Les « antiquaires », les sociétés savantes et les fouilles de Napoléon III ont préparé cet avènement. Depuis sa chaire parisienne, Jullian prouve la valeur de ce passé « national », auquel il consacre une fresque immense – les huit tomes de l’Histoire de la Gaule (1907-1928) – où la vaste érudition côtoie les partis pris nationalistes. L’empreinte laissée par son œuvre est indélébile : la postérité rend souvent hommage à cette figure de commandeur, le « druide » dont parlait Barrès.

3Albert Grenier, qui dans la mémoire collective des historiens tend à s’identifier à son Manuel d’archéologie gallo-romaine, assume la responsabilité de remplacer Jullian. Quelle gageure ! Lors de son élection, une partie de la « profession » met en doute la possibilité du passage de relais. Une lettre de Lucien Febvre à Marc Bloch le montre assez :

1) Les Antiquités nationales n’existent pas ; il y a : a) la préhistorique, représentée par Breuil ; b) le celtique, que Grenier ne sait pas ; c) la gallo-romaine qui n’est que du romain tout court. La chaire était faite à la mesure d’un homme [Jullian] (en un temps, d’ailleurs, où il n’y avait pas de préhistorien au Collège) ; 2) précisément, cet homme a fait son œuvre. On ne récrira pas l’Hist[oire] de la Gaule, avant cinquante ans au bas mot ; 3) la chaire, maintenue, n’aurait de justification que comme centre de direction de recherches, pour l’archéologie militante et fouillante.

4En filigrane, Febvre défend le co-fondateur des Annales, qui ne verra jamais aboutir son projet de chaire d’histoire comparée. Finalement, après bien des rebondissements (le chimiste Camille Matignon meurt en défendant le dossier « Antiquités nationales ») et grâce au soutien de la « droite » du Collège, Grenier obtient gain de cause.

Albert Grenier (2e à gauche) à l’École française de Rome.

Albert Grenier (2e à gauche) à l’École française de Rome.

5Jusqu’à présent, l’ombre de Jullian a trop obscurci l’itinéraire de cet historien, qui donne pourtant corps à l’archéologie française. Aux côtés de Jérôme Carcopino, secrétaire d’État à l’Éducation nationale, il a été l’un des instigateurs des lois archéologiques de 1941-1942, instaurées par le gouvernement de Vichy. En raison de son contexte de promulgation, le soupçon a longtemps pesé sur cette législation, pourtant très nécessaire. À cette date, la France ne dispose pas encore, en archéologie, d’organisation propre, à la différence de ses colonies d’Afrique du Nord et de ses voisins européens. Par ces lois, des circonscriptions archéologiques sont créées. En 1943, la revue Gallia est lancée.

6Dans cette mise en forme de l’activité archéologique sur le sol français, Grenier se révèle homme de terrain, ce qu’il est en vérité depuis sa jeunesse. Agrégé de grammaire, c’est un ancien élève de l’École pratique des hautes études, qui rejoint en 1904 à vingt-six ans le Palais Farnèse, siège de l’École française de Rome. En ce temps-là, le directeur de l’institution romaine, Mgr Duchesne, ne cache pas sa prévention à l’égard des normaliens, porteurs selon sa plume ironique de « vents de poésie » mais n’ayant pas d’expérience concrète de l’archéologie. Avant Rome, le jeune Grenier, lui, a déjà parcouru la Lorraine sur les traces des formes d’habitat gallo-romain pour son mémoire des Hautes études. En Italie, il s’insère aisément dans le milieu archéologique bolonais, animé par Edoardo Brizio (1846-1907), élève de Fiorelli à Pompéi et détenteur de la première chaire d’archéologie de la ville. En ce début de xxe siècle, Bologne est en effervescence archéologique : le ben raro museo, veramente patrio (Monitore di Bologna, 1870) est maintenant mis en place ; les « palethnologues », derrière Luigi Pigorini, et les archéologues classiques confrontent leurs analyses, soulevant deux problèmes : l’histoire des « terramares » et des origines étrusques. Le site de Villanova est connu depuis plus de cinquante ans. Par exception, les autorités transalpines donnent à Grenier le droit de fouiller à proximité de la nécropole de la Certosa, où il fait creuser des tranchées, certaines de six mètres de profondeur, avant de faire expertiser les crânes retrouvés selon la mode du temps. Il mûrit sa thèse dédiée à Bologne villanovienne et étrusque (1912), où seront développées des analyses nuancées. L’historien et archéologue allemand Wolfgang Helbig, à qui l’on doit Die Italiker in der Poebene (1877), est un de ses contradicteurs. Grenier reprend les théories de Brizio dans la singularisation des « Ombriens », tout en restant prudent. Situles, cistes, stèles lui servent à caractériser des « nationalités ». De ce séjour italien il conserve, pour les Étrusques, un amour éperdu.

7La carrière de Grenier est ensuite strasbourgeoise : en 1919, il fait partie de la nouvelle Université dirigée par le doyen Christian Pfister et conçue comme une vitrine de la science française. Il devient un collaborateur des Annales : il y donne des articles qui n’obtiennent pas toujours l’agrément des fondateurs, partiellement ouverts à l’histoire antique et pour qui « l’archéologie jette un froid » (L. Febvre, lettre à M. Bloch du 6 octobre 1929). En Alsace, Grenier fédère les érudits locaux, prône l’entraide archéologique de part et d’autre du Rhin. C’est à Strasbourg qu’il écrit son Génie romain (1925), où le grand héritage étrusque est encore souligné.

8Puis vient l’aventure du Manuel qui le prépare à sa chaire parisienne et le conforte en tant que spécialiste des Antiquités nationales. Il poursuit le travail engagé par Joseph Déchelette (1862-1914), mort à la guerre comme engagé volontaire et dont le Manuel d’archéologie préhistorique et celtique s’arrête au Second Âge du Fer. Grenier va mettre en ordre et compléter les fiches de Déchelette, passant en revue toute la Gaule archéologique : routes, aqueducs, ponts, théâtres, thermes, sanctuaires. Il y mêle des considérations de géographie historique et sa réflexion se poursuit loin en aval, jusqu’aux pouillés d’Ancien Régime, indicateurs de la toponymie moderne.

9En 1936, la chaire de Camille Jullian, mort deux ans auparavant, lui est dévolue. Sa leçon inaugurale est une longue révérence au maître, pour qui la Gaule « c’est beaucoup la France » et les Gaulois, « ce sont déjà les Français ». Dans la lignée de Jullian, il promet de se vouer à cette histoire de « vaincus dont la cause a été juste et dont la liberté était belle ».

10Il termine sa carrière comme directeur de l’École française de Rome, à sa réouverture en 1945. Il engage les deux chantiers de Megara Hyblaea et de Bolsena. Il participe à l’AIAC (Associazione internazionale di archeologia classica), entreprise de collaboration des instituts romains. Jusqu’au bout, il se consacre aux avancées de l’archéologie, notamment sur le territoire français.

11Silhouette discrète, Grenier n’est pas une figure facilement saisissable. Homme de bonne volonté, faisant souvent profession de modestie, il n’en finit pas de dire sa dette : à l’Italie qui l’a formé, à Déchelette, à Jullian, qu’il relit encore à la veille de sa mort. Les archives Gallia, consultables à la Maison de l’Archéologie de Nanterre,révèlent l’ampleur des liens qu’il a su tisser avec les archéologues institués ou amateurs, mais ne jettent pas de lumière sur ses engagements. Les archives départementales du Bas-Rhin détiennent, quant à elles, des documents relatifs à la période strasbourgeoise de Grenier, enseignant les antiquités rhénanes, dirigeant la Bibliographie alsacienne, organisant des cours publics et des promenades archéologiques. Le fonds Carcopino de la Bibliothèque de l’Institut de France fait apercevoir son sens de l’amitié et sa nostalgie des années farnésiennes. La Bibliothèque archéologique de Roanne garde la trace de son bref échange épistolaire avec Déchelette, auquel il fait part de ses questions sur le mobilier archéologique bolonais. Les archives du Collège de France rendent compte de ses hésitations quant à la dénomination de sa chaire : « l’histoire primitive des anciens peuples de l’Europe », d’abord envisagée, disparaît au profit d’une résurrection des Antiquités nationales.

12S’intéresser à Grenier, c’est donc suivre plusieurs décennies d’histoire de l’archéologie, au gré d’un parcours singulier qui débute avec les Gaulois, s’en éloigne plus tard par un détour italien, pour mieux les retrouver en définitive. Si la Gaule comme entité géographique et humaine naît dans les écrits de César, si elle devient avec Jullian un objet légitime d’étude, voyons Grenier comme un maillon dans la chaîne de savoirs qui donnent encore vie à ces Antiquités dites « nationales ».

Croquis des Carnets bolonais d’Albert Grenier

Croquis des Carnets bolonais d’Albert Grenier

(archives Gallia – MAE Nanterre)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Albert Grenier (2e à gauche) à l’École française de Rome.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/543/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Croquis des Carnets bolonais d’Albert Grenier
Crédits (archives Gallia – MAE Nanterre)
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/543/img-2.png
Fichier image/png, 146k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France, Collège de France, Paris, mars 2009, p. 41-42. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Sarah Rey, « Albert Grenier, héritier de Camille Jullian ou la succession des contraires », La lettre du Collège de France [En ligne], 25 | mars 2009, mis en ligne le 23 juillet 2010, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/543

Haut de page

Auteur

Sarah Rey

Sarah Rey, ATER attachée aux chaires des Prs Christian Goudineau et John Scheid, achève une thèse sur la manière dont les membres de l’École française de Rome ont étudié l’histoire antique (1875-1940). L’École française de Rome et le Collège de France lui ont confié une étude sur les historiens et les archéologues (fort peu nombreux) qui ont été membres de ces deux institutions. Elle présente ici la figure d’Albert Grenier.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page