Navigation – Plan du site
Événements

Rapport de la mission d’audit des manuels et programmes de sciences économiques et sociales du lycée

Roger GUESNERIE
p. 35-37
Traduction(s) :
Report on the auditing of social and economic science textbooks and syllabuses for French high schools

Entrées d’index

Mots-clés :

économie
Haut de page

Notes de la rédaction

La mission d’audit des manuels et programmes de sciences économiques et sociales du lycée était présidée par le Pr Roger Guesnerie, titulaire de la chaire de Théorie économique et organisation sociale

Texte intégral

  • 1  Universitaires : Antoine d’Autume, professeur à l’université de Paris I, Maison des sciences écono (...)
  • 2  Elle s’est réunie 8 demi-journées de février à juin. Elle a auditionné 14 personnalités extérieure (...)

La lettre du ministre de l’Éducation, Xavier Darcos, assignait à la Commission la tâche « d’examiner le contenu des manuels de sciences économiques et sociales du lycée, de s’assurer de leur conformité aux objectifs et aux contenus des programmes, du respect de la pluralité des courants de pensée constitutifs du domaine des sciences économiques et sociales ainsi que de la qualité des supports pédagogiques utilisés ». Elle demandait qu’« une attention toute particulière » soit apportée « à la manière dont est abordée l’étude du marché et de l’entreprise ».
Composée de quatorze membres
1 – acteurs de l’enseignement de Sciences économiques et sociales et observateurs extérieurs, représentants universitaires des disciplines concernées, économistes sociologues et historiens et représentants du monde économique et de l’administration, la commission s’est livrée à un examen approfondi de l’enseignement de Sciences économiques et sociales dans tous ses aspects susceptibles d’éclairer sa réflexion et de nourrir son audit2.

1Le rapport est divisé en deux parties, la première étant intitulée bilan, la seconde portant sur les préconisations. J’en fais ici un compte-rendu très bref, en invitant le lecteur intéressé à se reporter au texte intégral3.

  • 4  Particulièrement, dit le rapport, « si on l’apprécie de façon conditionnelle, c’est à dire sous l’ (...)

2La Commission met largement en exergue les aspects positifs de l’enseignement des sciences économiques et sociales au lycée. Deux extraits du rapport précisent les attendus d’un jugement globalement favorable : « l’appétence des élèves pour la compréhension du monde social, à la fois proche et mystérieux, est à la source de la motivation que l’enseignement suscite et dont il tire sa force ». Aussi, « plaident pour cette filière tant la bonne tenue des élèves qui en sont issus dans des parcours ultérieurs très divers, qu’un succès universitaire honorable dans les disciplines de base4 », un constat largement étayé et précisé dans le rapport et qui souligne les mérites du travail des enseignants qui font vivre la filière.

3Les critiques n’ont pas été éludées. Si, comme le relève le rapport, « les critiques extérieures les plus vives, particulièrement sur les manuels, reflètent, chez leurs auteurs, un sentiment de rupture de la “ neutralité symbolique ”, (par exemple au travers de caricatures stigmatisant des acteurs et des institutions) », l’attention de la Commission s’est aussi portée au-delà, sur « la qualité de la présentation du débat intellectuel,…l’équilibre entre les argumentaires concernant notamment les questions de politique économique et sociale ». Ses conclusions s’appuient sur un investissement significatif de ses membres dans une lecture comparée systématique des manuels. « Les manuels sont conçus comme des supports de la pédagogie active, …le plus souvent fidèles aux programmes et riches en information. » Mais « si certains sont globalement bons, d’autres ne le sont pas ; l’information qu’ils apportent, qui peut être remarquable, est elle aussi de qualité inégale ». La Commission note aussi que si la soumission à « l’exigence de laïcité intellectuelle est exceptionnellement mais alors inacceptablement absente », elle est « le plus souvent assumée », quoique « plutôt maladroitement concrétisée ». On peut regretter, par exemple, une « présentation de grands débats intellectuels du passé qui ne les replace pas convenablement dans la dynamique d’accumulation des savoirs », « un ton qui peut être systématiquement négatif et péremptoire ».

4À vrai dire, les critiques faites aux manuels renvoient bien souvent à la conception des programmes : « c’est en partie l’étendue du champ couvert, la complexité des questions en discussion en regard du temps qui leur est accordé, qui explique l’inégalité des contenus et la difficulté de l’objectivité ». Cette première conclusion forte et unanime de la Commission s’est révélée faire l’objet d’un large consensus tant au sein des enseignants que des autres participants à ce débat.

5Ce premier constat – « qui trop embrasse mal étreint » – méritait cependant d’être précisé et replacé dans une perspective plus générale, celle des objectifs assignés à l’enseignement des Sciences économiques et sociales (SES) au lycée et des moyens mis en œuvre pour les atteindre.

6L’enseignement de SES, dit le rapport, « a pour objectif à la fois de contribuer à la formation citoyenne des élèves et de les préparer à l’enseignement supérieur et éventuellement, mais ce n’est qu’une fonction médiate, à la vie professionnelle. Ces deux objectifs sont pour ainsi dire communs à tous les enseignements au lycée. La spécificité de la section SES est qu’elle sollicite non pas une mais plusieurs disciplines académiques et à titre principal, l’économie et la sociologie, et aussi la science politique, et qu’elle part de l’étude “ d’objets ” du monde économique et social, sur lesquels les regards disciplinaires sont croisés ».

7Le texte s’interroge donc sur la tension existante entre formation générale et formation intellectuelle. « Le premier objectif suggère plutôt une couverture large et tire vers une sorte de voyage rapide mais le plus exhaustif possible dans les grandes questions du monde contemporain ». Le second objectif appelle « l’apprentissage de démarches intellectuelles, dont certaines sont communes aux sciences sociales, (le statut de la preuve, l’interprétation probabiliste des faits), mais d’autres sont spécifiques aux disciplines ». Apprendre à connaître le monde et apprendre à penser le monde ne sont pas, dit le rapport, des injonctions contradictoires mais au contraire des exigences complémentaires. Elles peuvent et doivent être conciliées.

  • 5  Le rapport insiste ici sur les études empiriques.

8La deuxième conclusion forte de la Commission, largement consensuelle en son sein, mais beaucoup plus discutée à l’extérieur, est que cette conciliation n’est pas convenablement assurée : l’encyclopédisme des programmes va de pair avec une assimilation insuffisante des fondamentaux et des cultures disciplinaires. Formation du citoyen et formation intellectuelle en pâtissent : «  à traiter de tous les grands problèmes de la société, en ne pouvant solliciter qu’une très faible partie des outils disponibles5 [...], on prend le risque de les instruire voire de les trancher très superficiellement, de ne pas faire le départ, souvent difficile certes mais nécessaire, entre des divergences sur la compréhension des mécanismes et des différences d’objectifs ». Je ne peux reprendre en détail les autres points de l’argumentaire qui insiste sur la réalité des savoirs disciplinaires et aussi sur leur autonomie intellectuelle, bien réelle elle aussi, loin aujourd’hui de l’idéal d’une « science sociale réunifiée ». Les sciences économiques et sociales ne sont pas différentes des autres savoirs scientifiques. Leur étude repose sur la connaissance d’outils conceptuels et analytiques, de méthodes, et doit conduire in fine à l’assimilation des raisonnements disciplinaires, ici du raisonnement sociologique là du raisonnement économique. « La légitimité de la mobilisation des connaissances en économie ou sociologie et a fortiori la fécondité du croisement des regards disciplinaires sur un sujet, renvoie à la pertinence scientifique de chacune de ces disciplines. »

  • 6  Par exemple, pour l’économie, les concepts et connaissances élémentaires sur les marchés, les type (...)

9Sur la base de ces analyses, la Commission propose une refonte des programmes qui, tout en réaffirmant la vocation de l’enseignement à fournir une bonne ouverture sur le monde économique et social contemporain, mette en son cœur l’acquisition de savoirs et compétences, de « fondamentaux6 ». Il ne s’agit pas pour autant d’organiser l’enseignement autour d’une collection de savoirs abstraits, mais au contraire de combiner description, – une description non exhaustive mais approfondie et pédagogiquement attractive – et accès aux explications. En d’autres termes, il faut croiser de façon efficace et rigoureuse, c’est-à-dire avec modestie, en renonçant à l’encyclopédisme, connaissance sur les « objets » et acquisition des outils. Pour construire ce croisement objets –  compétences et combiner au mieux les apports disciplinaires, le rapport propose une sorte d’algorithme de la réforme. Il préconise de faire un vaste appel à contribution s’adressant aux professeurs de SES et aux universitaires et exploitant au mieux le bouillonnement et la richesse de la réflexion menée sur ce problème dans de nombreux pays du monde. Une réforme des programmes faite dans cet esprit donnerait, c’est l’avis de la Commission, des arguments supplémentaires à l’introduction d’un enseignement obligatoire de SES en seconde

10Deux points pour terminer, qui sont juste, je suppose, les étonnements d’un béotien en matière de communication.

11D’abord, ce rapport, dont beaucoup de lecteurs attentifs ont jugé l’analyse approfondie et plutôt modérée et équilibrée, a été parfois présenté dans la presse sous des titres provocateurs, qui ne reflétaient ni le contenu du rapport, ni même, ce n’est pas moins surprenant, celui des articles que ces titres annonçaient. Mystère de l’information !

12Ensuite, il est vrai que le rapport propose un aggiornamento d’un enseignement, qui n’a pas démérité, loin de là, mais qui peut, c’était la conviction quasi-unanime de la Commission, être modernisé et considérablement amélioré. Que ces propositions aient suscité beaucoup de débats avec des oppositions et des désaccords substantiels est bien naturel. Certaines des arrière-pensées prêtées à la Commission d’audit par certains intervenants au débat sont plus étonnantes. Par exemple, et je me limite à un exemple qui renvoie à ma discipline, même si ce n’est pas le plus surprenant, la Commission aurait été anti-keynésienne, ai-je lu ici ou là. Voilà, pour qui connaît la production intellectuelle des économistes qui en étaient membres, une étrange affirmation. Mystère de la lecture et de l’interprétation !

Haut de page

Notes

1  Universitaires : Antoine d’Autume, professeur à l’université de Paris I, Maison des sciences économiques, Jérôme Gautié, professeur à l’université de Paris I, centre d’économie de la Sorbonne, Jean-Yves Grenier, directeur d’études à l’EHESS, centre de recherches historiques, Jacques Lautman, professeur émérite de sociologie, université de Provence, Catherine Paradeise, professeur à l’université de Marne-la-Vallée, département de sociologie, Sandrine Spaeter-Loehrer, professeur à l’université de Nancy II, BETA.
Professeurs de CPGE : Isabelle Waquet, professeur de chaire supérieure au lycée Janson-de-Sailly, vice-présidente de l’AP-HEC, Gilles Martin, professeur de chaire supérieure au lycée Lakanal, rédacteur en chef de la revue IDEE.
Personnalités qualifiées : Michel Charpin, Inspecteur général des finances, Sylvain David, président de l’Association des professeurs de sciences économiques et sociales (APSES), Jean Etienne, Inspecteur général de l’Éducation nationale, doyen du groupe des sciences économiques et sociales, Michel Pébereau, membre du Haut conseil de l’éducation.
La Commission a en outre bénéficié du concours diligent et efficace de Michelle Huart.

2  Elle s’est réunie 8 demi-journées de février à juin. Elle a auditionné 14 personnalités extérieures, qui ont fourni l’information et alimenté la réflexion sur un vaste ensemble de questions : histoire de la filière et de ses performances, devenir des élèves, généalogie et contenu des programmes, discussion des objectifs de l’enseignement et de la pédagogie, analyse des manuels, comparaisons internationales… L’examen des manuels s’est appuyé sur une série / un plan de lectures systématiques qui a également nourri la discussion sur les programmes.

3  Disponible sur le site http://ses.ens-lsh.fr.

4  Particulièrement, dit le rapport, « si on l’apprécie de façon conditionnelle, c’est à dire sous l’hypothèse d’un passage réussi en troisième année d’université ».

5  Le rapport insiste ici sur les études empiriques.

6  Par exemple, pour l’économie, les concepts et connaissances élémentaires sur les marchés, les types de biens, la rente, la formation des revenus, le risque, la détermination du niveau global de l’activité, l’innovation.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Roger Guesnerie
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/540/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France, Collège de France, Paris, mars 2009, p. 35-37. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Roger GUESNERIE, « Rapport de la mission d’audit des manuels et programmes de sciences économiques et sociales du lycée », La lettre du Collège de France [En ligne], 25 | mars 2009, mis en ligne le 23 juillet 2010, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/540

Haut de page

Auteur

Roger GUESNERIE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page