Navigation – Plan du site
Événements

L’historien et l’erreur

Sarah Rey
p. 34

Notes de la rédaction

Journée d’étude organisée par Sarah Rey (chaire d’Antiquités nationales, Pr Christian Goudineau), 21 novembre 2008

Texte intégral

1Parfois, les historiens se trompent. Et ces erreurs sont trop souvent passées sous silence, alors que la corporation historienne gagnerait à revenir sur les aspérités et les impasses de son activité. Le 21 novembre 2008, une journée d’étude consacrée à ce problème a voulu montrer l’intérêt d’une histoire de l’histoire dynamique, qui dépasserait le simple inventaire des interprétations périmées et le recensement des livres hors d’usage. Une histoire « au carré » qui ne se limiterait pas au jeu cruel des redressements après coup et qui analyserait la part de vrai dans le faux.

2L’historien, qui peut se tromper ponctuellement – sur une localisation, une date ou le nom d’un personnage – ou plus largement – sur le sens à donner à une guerre, une œuvre littéraire, un paysage –, ne fait pas souvent son mea culpa. Rares sont ceux qui ont imité le geste d’Henri Marrou, qui a, par sa Retractatio (1949), complété, adouci, corrigé sa thèse sur saint Augustin, écrite douze ans auparavant.

3Jusqu’à présent, on a peu réfléchi à l’erreur dans la pratique historienne, même si chacun sait que le métier d’historien est dangereux. Ceux qui ont pensé l’écriture de l’histoire n’ont pas affronté directement cette difficulté. Peut-être parce que les manières d’écrire l’histoire ont évolué par changement de modèles interprétatifs, et non sous le coup d’erreurs répétées. On s’est davantage intéressé au revers de l’erreur, c’est-à-dire à la vérité, et aux prétentions de l’atteindre…

4Cette journée sur les erreurs des historiens a réuni plusieurs spécialistes d’histoire ancienne, qui ont toute latitude pour réfléchir aux contraintes de leur métier où les techniques et les sciences auxiliaires ne sont pas neutres, face aux textes ou aux vestiges antiques. L’historien, parfois trop connaisseur, parfois trop malhabile, peut faire de ses techniques (philologiques, archéologiques) un usage excessif ou pervers. C’est notamment le problème de la traduction, qui a été envisagé sous quatre biais. Après une introduction générale (Sarah Rey), le Pr John Scheid a abordé le « cas » Wilhelm Weber. Auteur d’une édition des Res Gestae, Weber a asservi la philologie, et le texte augustéen, qu’il a compliqué à loisir, lui a inspiré une ode déguisée au national-socialisme. Puis c’est Corinne Bonnet (Toulouse II) qui a poursuivi la réfléxion hors de l’histoire romaine, dans le passé phénicien qui a lui aussi suscité des traductions aventureuses, de l’antiquité jusqu’à l’humanisme, de Philon de Byblos à Scaliger et Renan. Grâce à l’intervention de Matthieu Poux (Lyon II), on s’est par la suite interrogé sur les sources épigraphiques, parfois délicates à restituer, comme dans le cas de l’inscription de L. Munatius Plancus, fondateur d’Augst (Augusta Raurica). En somme, tout traducteur – historien ou non historien – flirte avec le contre-sens et l’erreur, volontaire ou pas : un aperçu général sur les erreurs de traduction, conduit par Pierre-Emmanuel Dauzat (traducteur et écrivain), a ainsi permis de conclure cette matinée.

5Après les faux-pas philologiques, nous avons envisagé certaines erreurs d’interprétation archéologique. À Delphes d’abord, avec Nicolas Kyriakidis (Université de Strasbourg II - École française d’Athènes), qui s’est attaché à un monument emblématique du paysage delphique : la tholos, tantôt datée de l’époque archaïque (la rotondité n’évoque-t-elle pas quelque culte primitif ?), tantôt du iie siècle après J.-C (un Panthéon en réduction, sous les cieux grecs ?), aujourd’hui considérée comme un témoignage hellénistique. En franchissant la Méditerranée pour gagner l’Afrique romaine, Meriem Sebaï (Paris I) s’est arrêtée sur les temples « sémitiques » de l’ancienne Africa, qui, selon certains historiens, reproduiraient un archétype venu d’Orient. Troisième et dernier exemple d’erreur sur le terrain : en Italie, dans l’appréhension des fausses peintures antiques étudiées par Delphine Burlot (restauratrice) ; les faussaires abusent volontiers les « antiquaires », Caylus et Winckelmann entre autres, mais presque sans malice : les premiers répondent au désir des seconds… Dans une conclusion définissant la déontologie de l’historien, le Pr Christian Goudineau s’est chargé de mettre en perspective l’ensemble des communications du jour.

6Cette journée a montré comment l’historien se devait de réfléchir aux risques encourus dans chacune de ses reconstructions, combien il était utile d’inventorier quelques situations propices à l’égarement et les mécaniques qui rompent le « pacte de vérité ». Sans croire par là même déterminer des invariants, sans discréditer l’ensemble des historiens, et sans afficher la suffisance de ceux qui s’estimeraient capables de juger tous leurs pairs. Ces différentes études ont montré qu’il fallait rêver d’historiens qui renouvelleraient volontiers leurs acquis en se fabriquant fréquemment de nouveaux outillages ; des historiens qui ne craindraient pas de renforcer la rigueur de leur méthode et qui dans leurs démonstrations, useraient toujours du « peut-être ». La juste oscillation entre audace et prudence…

Haut de page

Table des illustrations

Titre Sarah Rey
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/538/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France, Collège de France, Paris, mars 2009, p. 34. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Sarah Rey, « L’historien et l’erreur », La lettre du Collège de France [En ligne], 25 | mars 2009, mis en ligne le 23 juillet 2010, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/538

Haut de page

Auteur

Sarah Rey

ATER, chaire d’Antiquités nationales et chaire de Religion, institutions et société de la Rome antique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page