Navigation – Plan du site
Événements

Conquête ottomane de l’Égypte (1517)

Gilles Veinstein
p. 33

Notes de la rédaction

Colloque international organisé par la chaire d’Histoire turque et ottomane, 15-17 décembre 2008

Texte intégral

1Poursuivant notre objectif de contribuer à désenclaver les études d’histoire musulmane, en rapprochant spécialistes des Arabes et spécialistes des Turcs et, pour la période ottomane, spécialistes des provinces arabes et spécialistes des provinces turques de l’empire, nous avions organisé au printemps 2008 au Collège de France un premier colloque sur « Ottomans, Turcs et Mamelouks ». Du 15 au 17 décembre dernier, ce fut le tour d’un deuxième colloque international, organisé en collaboration avec Nicolas Michel de l’université de Provence et Benjamin Lellouch de Paris VIII. Il avait cette fois pour thème : « Conquête ottomane de l’Égypte (1517). Impact et échos d’un événement majeur ». Il s’agissait moins d’étudier l’événement en lui-même, bien connu depuis longtemps dans son contexte diplomatique, son déroulement factuel et, notamment, ses péripéties militaires, que d’en prendre toute la dimension.

2Il apparaît rétrospectivement comme un tournant majeur de l’histoire du Proche-Orient puisqu’en quelques mois, de 1516 à 1517, l’Égypte, de même que la Syrie et le Hedjaz, passent du régime mamelouk, dominant depuis le milieu du xive siècle, au régime ottoman qui se maintiendra durablement. « Il était vraiment inattendu que l’Égypte devienne une province après que le sultan d’Égypte eut été sans conteste le plus grand des sultans », écrit le chroniqueur égyptien, Ibn Iyâs. Il faudra attendre Mehmet Ali pour que l’Égypte retrouve, après 1805, son autonomie. L’événement est aussi un tournant pour l’Empire ottoman lui-même puisqu’il permet à un État qui s’était développé à l’extérieur du monde arabe, et dans une large mesure sur des territoires nouvellement islamisés, en Asie mineure et en Europe, de s’approprier le cœur même du monde musulman classique et de commencer à devenir une puissance arabe. À cette occasion, le sultan ottoman prend le titre de « serviteur des deux saints sanctuaires », c’est-à-dire qu’il devient le protecteur de La Mecque et de Médine et du pèlerinage annuel aux lieux saints, ce qui le porte au premier rang des souverains de l’islam sunnite. Toute l’idéologie impériale ottomane en subit une transformation qui durera jusqu’à la fin de l’empire, aux lendemains de la Première Guerre mondiale.

3Comment cet événement, dont les grandes conséquences nous apparaissent rétrospectivement, fut-il perçu sur le moment et, le cas échéant, fut-il influencé par les puissances chrétiennes plus ou moins directement concernées : Venise et les autres États italiens, les chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem établis à Rhodes, le Portugal dont l’empire est en pleine expansion ?

4Les tenants et aboutissants de l’événement restent un autre sujet d’interrogation et de discussion : quelles étaient les intentions du conquérant, Selîm 1er, en se lançant dans une entreprise inattendue puisque la Perse chiite apparaissait comme son principal adversaire et que s’attaquer au contraire à une puissance sunnite et qui avait des titres de gloire dans la cause du sunnisme, comme les Mamelouks, n’allait pas sans problèmes au regard de la légalité islamique ? Comment expliquer aussi un succès relativement si rapide et si complet qu’il semble avoir surpris le conquérant lui-même et peut-être dépassé ses propres plans ?

5Si, d’autre part, l’Égypte ressort réduite au rang de province, il est bien connu que celle-ci restera à part dans l’ensemble ottoman et conservera son particularisme institutionnel et social au long de la période ottomane (les Mamelouks eux-mêmes en tant que catégorie sociale ne disparaîtront pas), il est sûr que son insertion dans ce nouveau cadre ne la laisse pas indemne.

6L’étude des conséquences de la translatio imperii, c’est-à-dire des modalités et des formes de l’« ottomanisation » de l’Égypte, reste un chantier historique largement ouvert tant sur le plan socio-politique que culturel au sens large. Mais on peut rechercher également le choc en retour de la conquête : les influences culturelles égyptiennes sur le centre ottoman.

7Ces questions ont été abordées à travers les seize communications de spécialistes français, israéliens, italiens, égyptiens et allemands, et au cours des débats animés qui les ont suivies (programme sur www.college-de-france.fr, rubrique enseignement).

8La publication des actes de cette rencontre fructueuse est en préparation.

Nicolas Michel et le Pr Gilles Veinstein.

Nicolas Michel et le Pr Gilles Veinstein.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Nicolas Michel et le Pr Gilles Veinstein.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/536/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France, Collège de France, Paris, mars 2009, p. 33. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Gilles Veinstein, « Conquête ottomane de l’Égypte (1517) », La lettre du Collège de France [En ligne], 25 | mars 2009, mis en ligne le 23 juillet 2010, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/536

Haut de page

Auteur

Gilles Veinstein

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page