Navigation – Plan du site
Actualité
Actualité des chaires

Une très riche année 2009 pour la défense et l’illustration de l’Évolution biologique

Bicentenaire de la publication de la “Philosophie zoologique” de J.-B. de Lamarck et de la naissance de Charles Darwin (1809). Cent cinquantenaire de la publication de L’Origine des espèces de Charles Darwin (1859).
p. 12-13

Entrées d’index

Mots-clés :

biologie
Haut de page

Texte intégral

1En cette année 2009, on commémore officiellement le cent cinquantenaire de la publication de L’Origine des espèces de Charles Darwin, ouvrage fondamental que l’on peut considérer à bon droit comme l’acte de naissance de toute la biologie évolutionniste et comparative moderne. De multiples manifestations en France comme à l’étranger (http://www.darwin2009.fr/​) concrétiseront donc l’intérêt porté à l’œuvre de Darwin et à la thématique de l’évolution en général, L’Académie des Sciences publiera à cette occasion trois importants numéros thématiques de ses Comptes Rendus, dans les séries Biologie et Palevol.

14 novembre 2008 au Collège de France.

14 novembre 2008 au Collège de France.

De g. à dr. : Jacques Weber, économiste au CIRAD, Pierre-Henri Gouyon, professeur au Museum national d’histoire naturelle, Marie-Christine Blandin, Sénatrice du Nord, Guillaume Lecointre, professeur au MNHN, et Pascal Picq, paléoanthropologue au Collège de France.

2Le Collège de France s’associera à ces manifestations au travers du Colloque « Cent cinquante ans après L’Origine des espèces : du darwinisme de Darwin à l’évolutionnisme contemporain » qui sera organisé les 10, 11 et 12 juin prochains par la chaire de Biologie historique et évolutionnisme.

Charles Robert Darwin

Charles Robert Darwin

3L’année 2009 marquera en outre non seulement le bicentenaire de la naissance de Charles Darwin (12 février 1809) mais aussi celle de la publication de l’œuvre phare du principal de ses prédécesseurs : la Philosophie zoologique de J.-B. de Lamarck (1744-1829) dont le transformisme généralisé a précédé, sans véritablement l’annoncer, l’évolutionnisme darwinien.

Jean-Baptiste de Lamarck

Jean-Baptiste de Lamarck

(Galerie des naturalistes, Jules Pizzetta, 1893).

4Cent cinquante ans après la publication de L’Origine des espèces, il peut sembler étrange que ce début du xxie siècle – où les sciences de l’évolution auront un rôle crucial à jouer face à la crise de la biodiversité et de l’environnment – soit simultanément le moment d’une résurgence violente d’un néocrétionnisme antiévolutioniste nourri d’une vision véritablement fantasmatique du darwinisme.

5Ce nouvel obscurantisme pose désormais des problèmes dans nos écoles, au point que le ministère de l’Éducation nationale a organisé en novembre 2008 un vaste colloque interne de deux journées, « Enseigner l’évolution » qui a tenu ses assises à la Cite des sciences (13/11) ainsi qu’au Collège de France (14/11) (http://acces.inrp.fr/​acces/​formation/​2008-2009/​enseigner-evolution/​). Destiné à conforter la communauté enseignante dans les lycées et collèges, face à la montée d’un certain intégrisme « néocréationniste », ce colloque a passé en revue les problèmes pédagogiques et sociologiques liés à la réception de l’évolution, tout comme ceux des contenus scientifiques, des problématiques, des méthodes et des programmes, tout en rapprochant sur ce thème les enseignants de philosophie et ceux des sciences de la vie et de la terre. Il débouchera sur une série de recommandations et d’outils destinés à mieux intégrer l’évolution au sein des programmes de notre enseignement secondaire.

Caricature satirique, couverture de La petite lune, 1880.

Caricature satirique, couverture de La petite lune, 1880.

6Dans L’Origine des espèces, Darwin (1809-1882) traite des deux facettes de l’évolution, l’une portant l’autre : d’une part la mise en évidence de son déroulement historique concret, d’autre part l’élucidation d’un mécanisme biologique général sous-jacent à cette histoire et moteur de celle-ci.

7La contribution de Darwin à l’évolution est donc riche et complexe. Concernant l’existence générale d’une transformation de la vie au cours des temps géologiques, il apporte une argumentation immense, probe, précise et détaillée, mais il a eu dans ce domaine de nombreux devanciers, plus « visionnaires » mais moins rigoureux, à commencer par Lamarck ou Chambers (1802-1871).

8En revanche, Darwin est beaucoup plus original et novateur en apportant (simultanément avec A. R. Wallace 1823-1913) un mécanisme biologique plausible, la sélection naturelle, agissant comme véritable « moteur » de l’adaptation et du changement évolutif.

A.-R. Wallace, 1878.

A.-R. Wallace, 1878.

© Maull & Fox.

9En cent cinquante ans de recherches ininterrompues depuis L’Origine des espèces, la connaissance et la compréhension de l’évolution ont prodigieusement progressé, incorporant tous les acquis de disciplines encore totalement inexistantes au temps de Darwin, telles que la génétique et la biologie moléculaire, ou les progrès immenses de domaines encore peu avancés de son temps, comme la paléontologie. Avec toutes les nuances, amplifications et précisions apportées par les connaissance nouvelles, les propositions darwiniennes de base : « sélection naturelle » et « descendance avec modification » se sont confirmées comme les fondements solides de l’évolutionnisme scientifique.

10À la suite de Darwin (1859), l’acceptation de l’évolution, au moins en tant que fait historique rendant compte de l’histoire à long terme de la vie sur cette planète a rencontré assez rapidement l’assentiment général du monde savant, dès les années 1860-1870. Toutefois la réception de cette notion par la population générale a été beaucoup plus lente. Elle s’est effectuée aussi à des vitesses et selon des modalités très différentes de par le monde, du fait des situations institutionnelles et culturelles, des traditions comportementales et des valeurs religieuses si diverses qui caractérisent l’humanité. De nos jours encore, et au mépris des données scientifiques écrasantes en faveur de l’évolution, des populations entières vouent une haine implacable à ce concept, y compris dans des pays porteurs d’une haute technologie ! Cette dernière n’est pourtant, elle aussi, que le résultat des méthodes de la science, dont l’évolution biologique n’est par ailleurs qu’un autre rejeton !

11S’il y a donc encore fort à faire pour faire connaître et accepter, de par le monde, la simple idée d’une transformation générale du vivant (homme compris) dans le long terme des ères géologiques, la tâche de faire comprendre ce que l’on sait à l’heure actuelle des mécanismes biologiques de cette évolution est tout aussi importante et sans doute encore plus complexe. À cet égard, les réponses apportées, à la suite de Darwin, sont désormais d’une richesse, d’une précision et d’une pertinence de plus en plus grande. Toutefois, comme l’élucidation de l’histoire et des mécanismes de l’évolution se pratique dans un contexte strictement scientifique, c’est-à-dire dans un cadre où le matérialisme méthodologique est une question de principe, toutes ces connaissances en viennent parfois à heurter des sensibilités ou des convictions extra-scientifiques, d’où la difficulté persistante à les intégrer par certains publics, certaines sociétés, certaines aires culturelles.

12Souhaitons donc que les nombreuses manifestations en l’honneur de Darwin en cette année 2009 concourent à « dédiaboliser » l’évolution, la plus puissante synthèse scientifque dont nous disposions pour donner mutuellement sens à tous les aspects de la biologie.

Dessin réalisé pour l’almanach de 1882 du journal satirique britannique Punch

Dessin réalisé pour l’almanach de 1882 du journal satirique britannique Punch
Haut de page

Table des illustrations

Titre 14 novembre 2008 au Collège de France.
Légende De g. à dr. : Jacques Weber, économiste au CIRAD, Pierre-Henri Gouyon, professeur au Museum national d’histoire naturelle, Marie-Christine Blandin, Sénatrice du Nord, Guillaume Lecointre, professeur au MNHN, et Pascal Picq, paléoanthropologue au Collège de France.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/505/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Charles Robert Darwin
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/505/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Jean-Baptiste de Lamarck
Légende (Galerie des naturalistes, Jules Pizzetta, 1893).
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/505/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Caricature satirique, couverture de La petite lune, 1880.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/505/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre A.-R. Wallace, 1878.
Crédits © Maull & Fox.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/505/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Dessin réalisé pour l’almanach de 1882 du journal satirique britannique Punch
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/505/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France, Collège de France, Paris, mars 2009, p. 12-13. ISSN 1628-2329

Référence électronique

« Une très riche année 2009 pour la défense et l’illustration de l’Évolution biologique », La lettre du Collège de France [En ligne], 25 | mars 2009, mis en ligne le 23 juillet 2010, consulté le 25 juin 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/505

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page