Navigation – Plan du site
Actualité
Actualité des chaires

Langue et littérature des Phnongs de Mondulkiri (Cambodge)

Une conférence de Sylvain Vogel
p. 10-11

Texte intégral

Pr Gérard Fussman

Pr Gérard Fussman

1Les montagnards des plateaux et collines qui séparent le Vietnam du Cambodge et du Laos ont depuis le xixe siècle fasciné voyageurs et ethnologues. Chasseurs, dresseurs d’éléphants, pratiquant une agriculture itinérante sur brûlis, ne connaissant pas l’écriture, ils séduisaient par leur belle stature, leur mode de vie apparemment très libre, leurs superbes costumes ou inversement leur quasi-nudité. Nous ne manquons pas d’études sur ces populations que les Vietnamiens, qui les méprisaient, appellaient moï, « sauvages ». Par contre les relevés linguistiques de qualité sont très rares : la réalisation de ces relevés demande une formation très poussée, une bonne oreille et la possibilité de travailler longtemps avec un informateur qualifié. La difficulté est encore plus grande quand il existe une orature, c’est-à-dire un ensemble de textes non écrits, prononcés ou chantés, récités avec des variantes selon l’inspiration du moment, qui font autant partie de la culture de ces populations que la littérature chez les peuples à écriture.

2Le relevé de ces langues et textes est depuis longtemps une urgence car la culture de ces populations est rapidement modifiée par la pression des cultures majoritaires, vietnamienne ou khmère pour l’essentiel, par la radio, par la télévision : tout pousse à l’assimilation au monde moderne de populations déjà décimées par des années de guerre. Nous avons la chance que M. Sylvain Vogel, professeur de linguistique à l’université de Phnom-Penh, ait consacré ses loisirs, pendant plusieurs années, à relever langue et textes des Phnongs de la province khmère de Mondulkiri. La branche sise au Vietnam de ces populations est connue sous le nom de Mnong. La culture de l’un de leurs segments, les Mnong Gar, a fait l’objet d’un livre célèbre de G. Condominas, Nous avons mangé la forêt de la Pierre-Génie Goo (Paris, Mercure de France, 1952).

3L’histoire de M. Vogel est assez curieuse. Spécialiste reconnu de persan et de pashto, il avait été classé 1er au concours d’entrée au CNRS en 1992. Très bien introduit dans les populations pashto d’Afghanistan et du Pakistan, parlant parfaitement leur langue, il devait entrer au CNRS pour terminer des relevés d’une variété de pashto, très archaïque et quasiment inconnue, le wanetsi. Le directeur des sciences humaines du CNRS de l’époque bouleversa de sa propre initiative le classement, jugeant peut-être que le pashto, l’Afghanistan et le Pakistan n’avaient aucune importance. Quoi qu’il en soit, S. Vogel ne pouvait plus entrer au CNRS. Pour le consoler, le Comité national du CNRS lui donna la médaille de bronze (que par ailleurs il méritait) en 1993. Cela ne fait pas vivre. Le ministère des Affaires étrangères offrit alors à M. Vogel d’occuper un poste de professeur à Phnom-Penh. M. Vogel dut faire pour un temps ses adieux au wanetsi. Il apprit le khmer, fonda un département de linguistique où il fait ses cours en khmer, et se mit à étudier le phnong, auquel il a consacré déjà trois livres et deux articles dans le Journal Asiatique (2000 et 2007). Les raisons pour lesquelles aucune institution scientifique française n’a voulu recruter ce très brillant et productif linguiste feraient sans doute la matière d’un intéressant article de sociologie universitaire.

4Les recherches de M. Vogel intéressent pourtant beaucoup les linguistes. Le phnong est une langue qui fait partie du vieux-socle des langues d’Indochine. Son étude permet d’ajouter des élements importants à la reconstruction des langues dites môn-khmères. Ses particularités phonétiques et syntaxiques permettent d’invalider beaucoup de théories de linguistique générale, et d’affiner les autres. C’est pourquoi M. Vogel a été invité à donner une conférence au Collège de France le 21 janvier. Elle fut suivie par un public de spécialistes, dont Claude Hagège, professeur au Collège de France, et Gilbert Lazard, membre de l’Institut, et se prolongea par une longue série de questions et réponses.

5M. Vogel commença par évoquer les conditions de la recherche. La culture phnong est en danger, à cause de l’implantation progressive de populations exogènes, aussi bien au Cambodge qu’au Vietnam. À Mondulkiri, tout enseignement est en khmer. La forêt, domaine traditionnel des Phnongs, recule. La capture des éléphants sauvages, pour les dresser, élément essentiel et de prestige de leur culture, n’a plus été pratiquée depuis au moins un quart de siècle. La radio habitue les Phnongs à la musique techno et aux chansons anglo-saxonnes, éventuellement traduites en khmer. Néanmoins, la majorité de la population phnong (environ 30 000 personnes en tout) est encore unilingue, ce qui assure l’authenticité des relevés linguistiques.

6M. Vogel insista sur le caractère multidisciplinaire de l’enquête linguistique : les textes et même les conditions dans lesquelles on les recueille sont révélateurs de la culture d’une population et de son organisation sociale. Il en donna deux exemples. Il existe un chant devenu traditionnel sur l’époque khmer-rouge. Aucune allusion directe n’est décelable : le texte est une sorte d’apocalypse évoquant une catastrophe globale, inouïe, comparable seulement au bouleversement cosmique provoqué par une faute majeure. Cette enveloppe mythique, impénétrable pour un étranger, est transparente pour les Phnongs : ils savent qu’il s’agit des Khmers rouges. D’autres récitations impliquent que le chercheur soit parfaitement inséré dans la société phnong : elles ne peuvent avoir lieu que lors d’une cérémonie accompagnée de sacrifice, sous peine de colère des dieux, à qui cette récitation est normalement consacrée.

7Les Phnongs sont parfaitement conscients d’avoir une littérature/orature : la langue possède des termes spécifiques pour nommer chacun de leurs genres « littéraires » : épopée, conte, récit mythique etc. Pour le chercheur occidental, ces genres sont plus difficiles à définir car ils ne correspondent jamais tout à fait à ce que les occidentaux appellent épopée, hymne etc. M. Vogel a démontré que le critère essentiel était la forme : forme sonore de la récitation ou du chant, répétition à l’intérieur d’une même strophe d’une structure énonciative (thème/rhème) ou d’une structure grammaticale (sujet-prédicat), assonances, formule finale de rupture marquant une conclusion etc.

8L’heure était trop courte pour donner une description approfondie de la langue. M. Vogel dut se borner à commenter des exemples de réduction et neutralisation phonétiques de certaines séquences dans une langue monosyllabique et d’utilisation des particules déictiques et énonciatives. La discussion lui permit d’apporter des précisions impliquant une parfaite maîtrise de la langue. Les trois livres imprimés à Phnom-Penh, les deux textes reproduits et expliqués dans le Journal asiatique (2000 et 2007) devraient permettre aux linguistes intéressés d’en apprendre davantage sur la phonologie et la syntaxe du phnong : c’est le rôle des conférences du Collège de France que d’exciter la curiosité des auditeurs pour les inciter à aller plus loin.

Abattage d’un arbre dans la forêt de Mondulkiri, c. 1950.

Abattage d’un arbre dans la forêt de Mondulkiri, c. 1950.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Pr Gérard Fussman
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/503/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Sylvain Vogel
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/503/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Abattage d’un arbre dans la forêt de Mondulkiri, c. 1950.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/503/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France, Collège de France, Paris, mars 2009, p. 10-11. ISSN 1628-2329

Référence électronique

« Langue et littérature des Phnongs de Mondulkiri (Cambodge) », La lettre du Collège de France [En ligne], 25 | mars 2009, mis en ligne le 25 juillet 2010, consulté le 22 mai 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/503

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page