Navigation – Plan du site
Actualité
Leçons inaugurales

Chaire Milieux bibliques

Thomas Römer
p. 7
Traduction(s) :
Chair of The Hebrew Bible and/in its Contexts

Résumé

Thomas Römer a donné sa leçon inaugurale le 5 février 2009. Son cours intitulé « La construction d’un ancêtre : la formation du cycle d’Abraham » a commencé le 11 février 2009.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

bible
Haut de page

Notes de la rédaction

La leçon inaugurale sera disponible prochainement aux éditions Fayard. La vidéo est disponible sur le site internet du Collège de France.

Texte intégral

1Extrait de la leçon inaugurale:
« […] Sauf erreur de ma part, la chaire que vous avez bien voulu me confier est la première chaire du Collège de France dans l’intitulé de laquelle le mot “Bible” apparaît explicitement. Comment expliquer ce phénomène ? Est-ce simplement le fruit du hasard ou la France académique aurait-elle un problème avec le terme de Bible ? L’évitement du mot “Bible” s’explique-t-il par l’idée que l’on pourrait, sur le plan scientifique, s’occuper de l’hébreu, de l’araméen, de l’épigraphie, des antiquités sémitiques, mais que la Bible et son intelligence resterait réservée aux synagogues et aux églises ? La Bible hébraïque est l’un des grands documents fondateurs de la civilisation dite judéo-chrétienne, en tout cas de la civilisation occidentale ; elle est également un élément important pour saisir la naissance de l’islam et de la civilisation musulmane. Comment comprendre l’histoire, la littérature, l’art pictural et musical, et aussi un certain nombre de conflits géopolitiques actuels sans connaissance approfondie des textes bibliques et de leurs significations ?

2« Je suis peu sensible aux sirènes de la post-modernité qui clament la fin de l’histoire ou qui chantent les merveilles des lectures subjectives ou synchroniques au détriment d’une recherche rigoureuse. Je reste convaincu que l’intelligence de la Bible passe par le travail de l’historien. Certes, le danger de la circularité est particulièrement grand car pour reconstruire les contextes historiques dans lesquels les textes de la Bible hébraïque ont vu le jour, le document le plus important est la Bible elle-même !

3« Les progrès des méthodes littéraires et de l’archéologie ont conduit à mettre en question, sur le plan historique, la construction de ce qu’on peut appeler l’historiographie biblique. Contrairement aux disciplines de l’assyriologie ou de l’égyptologie, qui ont encore des milliers de documents à déchiffrer et à éditer, les sciences bibliques ont faire à un “corpus clos”, à un “canon”. Ce canon diffère selon les religions qui se fondent sur la Bible – judaïsme, catholicisme, protestantisme –, mais les livres qui le constituent sont édités depuis longtemps, et il est peu probable que ces canons soient modifiés un jour. Cependant, les sciences bibliques ne peuvent se contenter de ce canon, elles doivent examiner bien d’autres écrits et documents sans lesquels les textes canoniques n’auraient jamais vu le jour. C’est tout le croissant fertile qui a d’une manière ou d’une autre contribué à la formation de la Bible hébraïque. D’ailleurs, la Bible le manifeste explicitement. Considérez le début de l’histoire d’Abraham dans le livre de la Genèse. La famille d’Abram (le premier nom de l’ancêtre) est originaire d’Our Casdim. Elle se déplace ensuite à Harran, où Abram reçoit l’appel divin l’enjoignant de se rendre dans le pays de Canaan, qu’il parcourt depuis Sichem jusqu’au Néguev pour ensuite se rendre en Égypte. Ainsi, Abraham parcourt d’entrée de jeu l’ensemble du Croissant fertile. Son parcours initiatique décrit l’espace géographique dans lequel le judaïsme va naître à l’époque perse, mais il couvre aussi les différentes cultures et empires qui ont influencé l’élaboration des textes de la Bible hébraïque.

4« Il incombe au bibliste de rendre justice au texte et de le défendre contre des récupérations et des interprétations abusives. C’est un exercice assez délicat puisque la Bible, dans ses différentes variantes, est le document sur lequel se fondent le judaïsme et le christianisme. Dans les synagogues et les églises, les textes bibliques sont lus et interprétés dans une perspective religieuse, ils sont destinés à nourrir la foi et à donner des repères au croyant. L’analyse scientifique est dès lors parfois perçue comme menaçante, voire hostile à la lecture croyante, parce qu’elle mettrait en question la vérité de la Bible. Le rôle du travail scientifique sur la Bible n’est pas de se prononcer sur la valeur spirituelle que l’on peut trouver dans ces textes. Certains milieux intégristes semblent cependant vouloir faire de la Bible une arme idéologique pour défendre le créationnisme, l’inégalité entre les races ou entre hommes et femmes, la peine de mort et d’autres positions éthiques ou politiques réactionnaires. Face à ces récupérations, le bibliste ne peut se dérober ni fuir sa responsabilité vis-à-vis de la société. Il doit rappeler que la Bible n’est pas tombée du ciel, que ces textes ont été rédigés dans des circonstances historiques bien différentes de celles de notre époque. »

Pr. Thomas Römer

Pr. Thomas Römer
Haut de page

Table des illustrations

Titre Pr. Thomas Römer
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/493/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France, Collège de France, Paris, mars 2009, p. 7. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Thomas Römer, « Chaire Milieux bibliques », La lettre du Collège de France [En ligne], 25 | mars 2009, mis en ligne le 23 juillet 2010, consulté le 23 août 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/493

Haut de page

Auteur

Thomas Römer

Professeur ordinaire de Bible hébraïque à la Faculté de théologie et de sciences des religions de l’université de Lausanne.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page