Navigation – Plan du site
Actualité
Leçons inaugurales

Chaire Savoirs contre pauvreté

Année académique 2008-2009
Esther Duflo
p. 5
Traduction(s) :
Chair Knowledge against Poverty – Academic Year 2008-2009

Résumé

Esther Duflo a donné sa leçon inaugurale le 8 janvier 2009. Son cours intitulé « Pauvreté et développement dans le monde » a commencé le 12 janvier 2009.
La chaire reçoit le soutien de l’Agence Française de Développement.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

pauvreté
Haut de page

Notes de la rédaction

La leçon inaugurale sera disponible prochainement aux éditions Fayard. La vidéo est disponible en français et en anglais sur le site internet du Collège de France.

Texte intégral

1Extraits de la leçon inaugurale : « En 2005, 1,4 milliard de personnes vivaient avec moins d’un dollar par jour ; chaque année, au moins 27 millions d’enfants ne reçoivent pas les vaccinations essentielles, 536 000 femmes meurent en couches, et plus de 6,5 millions d’enfants meurent avant leur premier anniversaire ; plus de la moitié des enfants scolarisés en Inde sont incapables de lire un texte d’un paragraphe.

2« Devant l’ampleur, la complexité et le choc provoqué par de telles situations, il est tentant, soit de baisser les bras, soit de proposer des solutions radicales, de promettre la fin de la pauvreté. Avec cette chaire, « Savoirs contre pauvreté », je voudrais proposer une troisième voie, ambitieuse mais consciente de ses limites. […] Je vais m’attacher à montrer le rôle possible de l’économie dans la lutte contre la pauvreté, en présentant la méthode expérimentale en économie du développement. […] La méthode expérimentale fait collaborer les acteurs de terrains et les chercheurs avant même le lancement du programme. Elle consiste à choisir aléatoirement un échantillon de participants parmi un groupe de bénéficiaires potentiels. […] Elle permet non seulement d’évaluer un programme donné mais en outre, en travaillant de manière proche avec l’organisation en charge du programme, de construire des expériences pour tester une ou plusieurs théories. […] Chaque expérience apporte un nouvel éclairage, provoque une nouvelle réflexion et motive de nouvelles expériences.

3« […] Grâce à l’allocation aléatoire, la méthode expérimentale ne repose pas sur des hypothèses potentiellement contestables : tant que l’expérience a été bien faite (ce qui peut se vérifier directement), les résultats sont là. S’ils sont surprenants, il est toujours possible de penser qu’ils sont dus au hasard ou valables seulement dans ce contexte particulier. Mais la reproduction de la même expérience peut lever cette ambiguïté. Une expérience aux résultats provocants suscite des débats et de nouvelles expériences. Les expériences sont donc mieux à même de tester la théorie économique. Certes, la théorie inspire les chercheurs, et détermine quelles expériences effectuer, mais elles peuvent ensuite la contredire : la validité de l’expérience ne repose pas sur la validité de la théorie.

4« […] L’expérimentation de terrain impose des limites strictes, puisque les sujets sont toujours confrontés à un programme qui a de véritables conséquences sur leur existence. Le respect de règles éthiques, la nécessité de proposer des interventions qui ont du sens pour les participants et qui ont au moins une chance d’améliorer leurs conditions de vie, les limites imposées par ce que les partenaires de terrain acceptent de mettre en œuvre, fixent un périmètre incontournable. Mais les expériences de terrain ont un pouvoir subversif que n’ont ni les études rétrospectives, ni les expériences de laboratoire. Elles forcent à la fois scientifiques et acteurs de terrains à accepter d’être contredits et surpris. À mon sens, il s’agit là de leur vraie force et d’une opportunité de faire avancer à la fois la science et la lutte contre la pauvreté.

5« […] L’adhésion d’un grand nombre au projet de croissance économique est essentielle. La croissance ne peut se faire sans que ses fruits soient partagés : une existence digne et accomplie pour le plus grand nombre. L’argent seul n’est pas suffisant. Pour parvenir à cet objectif, il faut une volonté politique d’y parvenir, mais aussi la capacité de mettre en place les mesures efficaces. Pour cela, l’expérimentation, radicale et courageuse, est nécessaire. […] Cette approche en est encore à ses débuts. Nous pourrons imaginer des modèles beaucoup plus riches. Dans tous les cas, les éléments de base sont des relations micro-économiques. Plus nous aurons confiance dans nos estimations de ces relations, plus nous saurons quels éléments importants introduire dans les modèles macro-économiques et quel poids leur donner. […]

6« Prendre ma part dans la construction laborieuse d’un savoir contre la pauvreté est mon travail et ma raison de vivre. Je suis profondément honorée d’avoir cette année l’occasion de partager ce processus et cette passion au Collège de France. » 

De gauche à droite : Michel Jacquier (AFD), Martin Hirsch, Pierre Corvol, Esther Duflo, Pierre Jacquet (AFD), Philippe Kourilsky et Guillaume de Saint-Phalle (AFD).

Haut de page

Table des illustrations

Légende De gauche à droite : Michel Jacquier (AFD), Martin Hirsch, Pierre Corvol, Esther Duflo, Pierre Jacquet (AFD), Philippe Kourilsky et Guillaume de Saint-Phalle (AFD).
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/490/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France, Collège de France, Paris, mars 2009, p. 5. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Esther Duflo, « Chaire Savoirs contre pauvreté », La lettre du Collège de France [En ligne], 25 | mars 2009, mis en ligne le 23 juillet 2010, consulté le 23 août 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/490

Haut de page

Auteur

Esther Duflo

Professeure d’économie au Massachusetts Institute of Technology (MIT) et membre fondateur du Laboratoire d’action contre la pauvreté, Abdul Latif Jameel (J-PAL).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page