Navigation – Plan du site

Éditorial

Réflexions d’un inventeur du public
Mathias Fink
p. 3-4

Texte intégral

Pr. Mathias Fink

Pr. Mathias Fink

1Bien que la mission principale du Collège de France soit la diffusion et le développement de la recherche fondamentale, la création récente de la chaire d’Innovation technologique marque une évolution des esprits dans le monde académique français. Aujourd’hui il est temps de s’interroger sans tabou sur la place de notre pays dans le monde de l’innovation et sur notre capacité à créer, à partir du monde académique, des entreprises innovantes compétitives.

2Pour mieux nous situer dans la compétition internationale il faut d’abord revenir sur les particularités de notre système de recherche et d’enseignement supérieur. Sa structure repose sur une organisation tricéphale qui intrigue souvent nos collègues étrangers. Des grandes écoles très sélectives et élitistes, des universités relativement paupérisées ne pratiquant pas la sélection à l’entrée et enfin des établissements de recherche de type EPST et EPIC (CNRS, INSERM, CEA...). Les grandes écoles forment nos élites et les dirigeants de nos grandes entreprises mais, à quelques exceptions près, elles ne développent pas de véritables programmes de recherche et elles ne délivrent que très peu de thèses. Ce sont les universités qui sont principalement en charge de la recherche, de la formation par la recherche et des thèses. Leur paupérisation, le manque de souplesse de leur gestion et la médiocrité des salaires fragilisent cette mission. C’est pourquoi le système des EPST restera encore longtemps indispensable pour assurer une recherche de qualité qui compense les faiblesses du milieu universitaire.

3Quelle place jouent ces trois interlocuteurs dans notre système d’innovation ? Les grandes écoles forment des ingénieurs de très bonne qualité mais dont le cursus est très éloigné de la recherche. Très peu d’élèves ingénieurs font des thèses et, bien souvent, une thèse se révèle être une moins-value pour une embauche dans une grande entreprise. Les patrons des grandes entreprises de technologie sont bien évidemment recrutés au sein de ces grandes écoles et l’absence d’une formation par la recherche dans leur cursus se ressent dans leur comportement. C’est pourtant principalement à eux que nos hommes politiques demandent conseil pour améliorer les performances de la France en matière de recherche et d’innovation. Or, si une analyse détaillée des produits mis sur le marché par nos grandes entreprises montre l’excellence de nos gammes de produits (avions, automobiles, télécoms...), une analyse plus fine montre que ce ne sont jamais des produits de rupture. Ce sont des améliorations continuelles de produits déjà existants (des upgrades). On ne trouve pratiquement pas de grandes innovations. Mieux encore, les innovations marquantes réalisées par des chercheurs qui travaillent dans ces entreprises sont souvent incomprises et négligées. Il suffit de se rappeler que la découverte initiale de la magnétorésistance géante par Albert Fert, dernier prix Nobel de physique français, n’a été brevetée ni par Thomson ni par le CNRS dont dépendait le laboratoire d’Albert Fert, ce qui n’a pas été le cas des découvertes de son collègue Peter Grünberg en Allemagne qui ont été beaucoup mieux valorisées par l’université de Cologne. Dans un autre domaine, celui de l’imagerie médicale, les avancées que notre laboratoire avaient faites dans le domaine de l’imagerie multi-ondes intéressaient de loin les trois grands du marché mondial (Philips, GE, Siemens) qui voulaient avant tout voir des résultats sur des milliers de patients et qui ne voulaient surtout pas modifier leur gamme de produits principaux qui bénéficiaient chaque année d’upgrades mais jamais de véritables ruptures technologiques. Pire encore, quand certaines idées provenant de laboratoires universitaires ou de jeunes start-up peuvent menacer une gamme de produits déjà existant, ces entreprises sont capables, à travers de puissants lobbies, d’agir pour freiner les investissements publics dans ce type de recherche.

4Il n’y a qu’une solution si on veut faire aboutir des idées réellement innovantes : créer sa propre entreprise ou convaincre des gens plus compétents de le faire. Depuis la loi Allègre sur l’innovation de juillet 1999, ce type d’aventure est devenu possible. C’est ainsi que quatre entreprises ont été créées à partir des recherches très pluridisciplinaires menées dans notre laboratoire. Elles totalisent actuellement cent soixante-dix personnes dont de nombreux thésards et un certain nombre de jeunes chercheurs, qui étaient partis aux États-Unis faire leur carrière, et qui nous ont rejoints.

5Sans trop détailler la loi sur l’innovation, il faut constater qu’elle a des qualités mais aussi des défauts qui entraînent souvent des situations ubuesques. Pour les inventeurs du public qui veulent, tout en restant dans leur établissement, participer à la création d’une société comme actionnaire, il faut d’abord obtenir l’autorisation du comité de déontologie. Or cette autorisation est liée à l’établissement d’un contrat entre la société et l’établissement public. Il faut donc d’abord créer la société, sans les chercheurs du public qui sont au départ exclus de la création de leur propre entreprise, ce qui entraîne des tensions très fortes et qui peut amener à des situations où les chercheurs sont finalement écartés de l’entreprise. Il faut sortir de ce cercle vicieux.

6Un autre point regrettable. L’écriture du pacte d’actionnaires (clef pour la stratégie future de l’entreprise) se fait en général, pour les mêmes raisons, sans les chercheurs du public et les capitaux-risqueurs imposent souvent des conditions draconiennes. Une aide et des conseils des établissements publics aux chercheurs seraient très utiles dans ces moments clefs.

7Une fois l’entreprise créée, le système français d’aide aux start-up est, à mon sens, efficace. Je pense que c’est un bon système, qui n’a pas à rougir de la comparaison avec l’étranger, et qui assure aux jeunes entreprises innovantes, à travers différents types d’avantages, un certain nombre d’années d’existence.

8Le problème principal est celui de la croissance de ces start-up. Comment faire passer les meilleures de ces sociétés innovantes du stade de petites sociétés à de grandes entreprises technologiques ? Pourquoi la France n’a-t-elle que très peu d’entreprises de haute technologie qui atteignent le millier d’employés ? C’est la taille de nombreuses entreprises allemandes qui font la richesse du commerce extérieur de nos voisins. À travers notre expérience récente de création de la société Supersonic Imagine en septembre 2005 (spécialisée en imagerie et thérapie médicales) qui compte aujourd’hui près de cent personnes, nous voyons clairement le danger se dessiner. Les capitaux-risqueurs qui ont investi 30 millions d’euros dans la société, envisagent de se retirer rapidement en la revendant à un des trois grands du secteur et les jeunes français que nous avons ramenés en France risquent de repartir aux États-Unis ou ailleurs. C’est un problème dramatique qui vient encore d’être illustré la semaine dernière par la vente, pour 700 millions de dollars, de la société CoreValve créée initialement en France à la société américaine Medtronics. Comment faire pour que les meilleures sociétés innovantes françaises restent sur notre territoire et puissent atteindre des tailles raisonnables ? Il faut en tout cas éviter une trop grande dépendance vis-à-vis des investisseurs privés. On pourrait par exemple imaginer d’importantes aides publiques remboursables pour les entreprises à grand potentiel de croissance qui seraient sélectionnées par un concours national ou européen.

9On pourrait ainsi peut-être voir, dans un avenir raisonnable, l’apparition d’un nouveau grand de l’imagerie médicale basé en France.

Aixplorer, créé par le laboratoire du Pr Matthias Fink, commercialisé par la société Supersonic Imagine.

Aixplorer, créé par le laboratoire du Pr Matthias Fink, commercialisé par la société Supersonic Imagine.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Pr. Mathias Fink
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/487/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Aixplorer, créé par le laboratoire du Pr Matthias Fink, commercialisé par la société Supersonic Imagine.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/487/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La Lettre du Collège de France, Collège de France, Paris, amrs 2009, p. 3-4. ISSN 1628-2329

Référence électronique

Mathias Fink, « Éditorial », La lettre du Collège de France [En ligne], 25 | mars 2009, mis en ligne le 23 juillet 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/487

Haut de page

Auteur

Mathias Fink

Titulaire de la chaire d’Innovation technologique – Liliane Bettencourt - Année académique 2008-2009

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page