Navigation – Plan du site
Publications

Claire-Akiko Brisset, À la croisée du texte et de l’image Paysages cryptiques et poèmes cachés (Ashide) dans le Japon classique et médiéval

Bibliothèque de l’Institut des hautes études japonaises Collège de France, Institut des hautes études japonaises, Paris, 2009
p. 46

Cet ouvrage a pour objectif de présenter un phénomène intersémiotique d’une rare complexité dans l’art japonais et proposant des objets d’arts (peintures et laques, notamment) dans lesquels ont été dissimulés à dessein des caractères d’écriture. De tels jeux cryptiques supposent naturellement une réception particulière et exigent de grandes compétences chez le « lecteur » qui devra tout d’abord repérer les signes graphiques comme tels, les déchiffrer et découvrir le texte auquel l’artiste a voulu le renvoyer. Ce dialogue silencieux entre l’œuvre et son destinataire ne peut se comprendre aujourd’hui qu’à condition de se livrer à un travail patient d’analyse entre les dispositifs ingénieux que le temps nous a légués et leur source d’inspiration. La maîtrise et la manipulation des codes (graphique et iconique) ont ainsi permis d’élaborer à l’époque classique et au moyen âge des messages cachés dont la subtilité décourage le plus souvent les chercheurs, y compris au Japon même.

Le corpus rassemble plus d’une centaine d’œuvres dont seule une partie a été déchiffrée aujourd’hui de façon certaine. Le présent ouvrage ayant pour visée de rendre compte des relations entre texte et image au sein de ces objets particuliers, on se propose donc ici d’expliciter les modalités de cryptage et surtout d’analyser certaines d’entre elles, tenues pour particulièrement représentatives des fonctionnements intersémiotiques qui nous occupent.

Généralement désignées sous le nom générique d’ashide, ou « écriture en forme de roseau » – terme dont la genèse s’associe à un champ lexical aux résonances poétiques fécondes –, ces images seront proposées au lecteur en fonction de la nature des procédés cryptographiques mobilisés par les artistes et du type de relation entre texte et image qu’elle induit.

Accompagnant le fil de la réflexion, la riche iconographie (plus d’une centaine de figures et de planches) permettra non seulement d’illustrer le propos, mais plus encore de faire découvrir ces œuvres subtiles pour la première fois en France.