Navigation – Plan du site
Publications

Thomas Römer, Les Cornes de Moïse. Faire entrer la Bible dans l’histoire

Coll. Leçons inaugurales du Collège de France Paris, Collège de France/Fayard, 2009
p. 41

Les progrès des méthodes littéraires et de l’archéologie ont conduit à mettre en question la construction traditionnelle de la chronologie et de l’historiographie bibliques. Les maximalistes partent de l’idée qu’il faut simplement faire confiance au récit biblique. Cette position n’est scientifiquement pas tenable. Pour les minimalistes, tout commence seulement à l’époque achéménide, vers 400 avant notre ère, voire encore plus tard à l’époque hellénistique.

Ils font valoir que la Bible est une pure construction idéologique et que les premiers manuscrits datent précisément de cette époque. Mais le matériel et les traditions qui sont à l’origine de la Bible hébraïque sont antérieurs à l’époque perse.

Longtemps professeur ordinaire de Bible hébraïque à la faculté de théologie et des sciences des religions de l’université de Lausanne, Thomas Römer est notamment l’auteur de Moïse, « lui que Yahvé a connu face à face » (2002), L’Homosexualité dans le Proche-Orient ancien et la Bible (2005), La Première histoire d’Israël (2007), Psaumes interdits (2007).Depuis février 2009, il est professeur au Collège de France, titulaire de la chaire Milieux bibliques.