Navigation – Plan du site
Colloques

L’état libanais, entre crise de régime et refondation

Henry LAURENS
p. 29

Résumé

Colloque organisé par la chaire d’Histoire contemporaine du monde arabe du Collège de France
Avec le soutien de la Fondation Hugot du Collège de France, et l’Association des avocats et juristes pour le Liban
3 octobre 2009

Haut de page

Texte intégral

Pr Henry Laurens

© P. Imbert, Collège de France

1Divers acteurs et observateurs de la vie politique libanaise ont été réunis à la maison du barreau de Paris lors de ce colloque, afin d’analyser les causes des blocages institutionnels et de dégager des perspectives de réforme pour l’avenir.

2À titre d’introduction, le professeur Henry Laurens a souligné que le Liban avait été « façonné par une culture politique définie à la fin du XVIIIe siècle » selon laquelle « les sociétés du Proche-Orient se construisent politiquement dans une relation d’ingérence et d’implication des acteurs régionaux et extra-régionaux ». Les forces politiques locales sont « toujours en relation avec des acteurs extérieurs; aucun acteur libanais n’est isolé ». Pourtant l’État « fonctionne, produit des lois, des services sociaux, opère des transferts économiques » et finit aussi par créer de la loyauté. Il a été l’enjeu de la guerre civile de 1975, la tentation séparatiste n’apparaissant, ponctuellement, qu’en cas de faiblesse flagrante de l’une des parties en conflit. C’est ce qui a permis au Liban de conserver son existence. Aujourd’hui, le défi est de savoir comment l’État pourrait passer de son statut « d’enjeu », au niveau local et régional, à un statut d’« acteur » capable de s’affirmer face aux pressions extérieures.

3Le professeur Antoine Kheir établit que la plupart des changements institutionnels depuis l’indépendance ont eu lieu sur fond de conflits. Avec les accords de Taëf, le conseil des ministres devient ainsi le dépositaire exclusif du pouvoir exécutif, sans pour autant constituer une « équipe solidaire ». L’article 65 donne à un tiers de ses membres une capacité de blocage sur toute décision importante, consacrant ainsi la catégorie inédite de « ministres opposants ». Ce blocage a pris valeur de nouvelle institution, mettant en péril la gouvernabilité du pays. Le Liban apparaît comme « un régime de consensus communautaire habillé par une constitution ».

4Charles Rizk a insisté, quant à lui, sur le poids d’une nouvelle géopolitique confessionnelle dépassant les frontières du Liban, et reliant les deux plus grandes communautés du pays (chiite et sunnite) à leurs parrains régionaux respectifs, l’Iran et l’Arabie saoudite. Aussi, les institutions ne parviennent plus à réguler les conflits. Il a insisté sur l’importance de l’indépendance de la magistrature dans un tel contexte et les obstacles à cette indépendance.

5Les liens entre la société civile et les partis politiques ont été analysés par Elizabeth Picard et Ziad Majed. Selon la première, le Liban est dépourvu d’une société civile qui ferait face à la société politique. Il existe certes une « société communautaire » (moujtam’a ahli) avec ses groupes d’appartenances assignés, ses segments identitaires juxtaposés ; en revanche, les attributs de la « société civile » (moujtam’a madani) –État de droit, modes d’action participatifs, égalitaires, résolution pacifique des conflits– se sont faiblement constitués.

6La polarisation chiite/sunnite qui traverse aujourd’hui les deux grandes communautés dirigeantes du pays traduit la vigueur des mobilisations confessionnelles et l’écrasement de la société civile. En prenant pour exemple le cas de la communauté chiite, Ziad Majed confirme la difficulté à établir une distinction entre partis politiques annonciateurs de la société civile et appareils miliciens « boucliers de la société communautaire ».

7Un bilan mitigé de la présidence modernisatrice du général Fouad Chehab a été établi par l’historien Sayed Frangieh. Léna Gannagé a montré comment l’État au Liban avait renoncé à exercer ses prérogatives légales face aux juridictions communautaires auxquelles il a concédé la gestion du statut personnel. En l’absence de tout contrôle sur les modalités de leur fonctionnement, les instances religieuses bloquent ainsi l’émergence d’une identité citoyenne libanaise qui se manifesterait à travers l’institution, toujours absente au Liban, du mariage civil. Le colloque s’est achevé par un exposé d’Ibrahim Warde portant sur la situation économique du pays, marqué par une économie extravertie, des taux d’intérêts très élevés et un rôle confirmé des services bancaires.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Pr Henry Laurens
Crédits © P. Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/366/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lettre du Collège de France n° 27, Paris, Collège de France, p. 29, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Henry LAURENS, « L’état libanais, entre crise de régime et refondation », La lettre du Collège de France [En ligne], 27 | décembre 2009, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 24 avril 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/366

Haut de page

Auteur

Henry LAURENS

Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire d’Histoire contemporaine du monde arabe

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page