Navigation – Plan du site
Actualité

Ouverture de la chaire Informatique et sciences numériques

Michel Cosnard
p. 7

Notes de la rédaction

Le 10 novembre dernier, le Collège de France et l’Institut national de recherche en informatique et automatique (INRIA) ont présenté à la presse les objectifs poursuivis en créant une chaire dédiée à l’informatique et aux sciences numériques.

Texte intégral

De gauche à droite : Prs Pierre-Louis Lions, Gérard Berry, Pierre Corvol et M. Michel Cosnard

© P. Imbert, Collège de France

1Personne ne peut nier l’importance de l’informatique dans notre société. Notre monde devient toujours plus numérique, c’est une évidence. Pas un jour ne se passe sans que chacun d’entre nous n’ait recours, que ce soit dans sa vie privée ou dans sa vie professionnelle, à un appareil ou un service qui témoigne de cela. Nous évoluons dans un monde d’ordinateurs ou plus précisément de circuits électroniques. Outre notre ordinateur personnel ou de bureau, nous côtoyons des machines que nous pouvons assimiler à cette grande famille. Appareils électroménagers, voiture, avion, téléphone portable… sont des cousins de nos ordinateurs. Tous intègrent des puces électroniques qui fonctionnent à partir de logiciels pour réaliser toute une série de tâches prédéfinies.

2À la longue liste d’objets intégrant des programmes informatiques, il faut bien évidemment ajouter les services toujours plus nombreux dont nous bénéficions. Après l’introduction de l’ordinateur personnel dans les années 1980, l’apparition d’Internet au milieu des années 1990 a donné lieu au bouleversement le plus visible en permettant à des centaines de millions de machines d’être connectées. Cette mise en réseau à la croissance continue s’est doublée d’une numérisation des informations mais aussi des produits potentiellement transférables sur Internet. Information et support ne font plus qu’un, révolutionnant complètement des industries comme celles du disque par exemple.

3Il s’agit là d’exemples issus de notre quotidien qui traduisent une évolution profonde de notre société. Car si nous nous « divertissons » ou « consommons numérique », c’est aussi que nous « produisons numérique » voire « concevons numérique ». Rares sont les objets et procédés complexes qui ne sont pas le fruit d’une conception assistée par ordinateur.

4Au-delà de l’ingénierie numérique, la modélisation numérique, la simulation et la visualisation ont transformé pratiquement tous les domaines scientifiques. Les sciences numériques sont au cœur de la plupart des grands défis interdisciplinaires de notre époque.

5La révolution du numérique représente des enjeux importants, que ce soit sur le plan économique et le plan sociétal. En France, l’annonce début avril 2008 d’un futur plan de développement de l’économie numérique capable de placer la France parmi les grandes nations numériques à horizon 2012 ou plus récemment encore l’écho donné aux débats sur l’élaboration de la loi HADOPI sont emblématiques de ce constat. Ces deux événements soulignent le poids économique associé aux technologies numériques d’un côté comme l’évolution des usages et la nécessité d’accompagner leur évolution de l’autre. On estime notamment à 28 % la part de recherche et développement mondiale consacrée aux sciences et technologies de l’information et de la communication (STIC). Or, que ce soit dans l’optique de créer de la valeur avec des entreprises leaders ou dans celle d’accompagner les nouveaux usages liés aux nouvelles technologies afin de garantir leur acceptation, un même pré-requis s’impose : comprendre les fondements de l’informatique, savoir quels principes régissent ce monde numérique qui nous entoure. De l’ignorance naît l’impossibilité de créer dans un cas, la dépendance voire la crainte et la méfiance vis-à-vis d’un monde inconnu dans l’autre.

6Expliquer la numérisation du monde, donner à nos concitoyens les clés nécessaires à une meilleure compréhension de cette nouvelle société prend dès lors tout son sens. Cela conditionne leurs facultés à appréhender leur environnement de vie, à l’accepter, à en devenir acteur, voire créateur. Nous sommes convaincus que la « fracture numérique » dépasse la seule question de l’équipement, elle relève aussi de schémas de pensée, d’une fracture dans la capacité à faire sienne une autre manière de concevoir notre univers.

7En créant une chaire « Informatique et sciences numériques » au sein du Collège de France, nous franchissons une étape dans la reconnaissance de l’informatique comme une discipline scientifique autonome et soulignons, par là même, tout l’enjeu de lui consacrer un plus large enseignement. Il n’est plus légitime de devoir attendre une spécialisation dans le cadre d’études supérieures pour bénéficier d’une explication des fondamentaux de l’informatique. Cet enseignement doit s’étendre à des publics plus jeunes. Depuis cette année, le programme de mathématiques en classe de seconde intègre une des notions clés de l’informatique : l’algorithmique. C’est un premier pas, nous nous en réjouissons, mais il faut aller encore plus loin.

Haut de page

Table des illustrations

Légende De gauche à droite : Prs Pierre-Louis Lions, Gérard Berry, Pierre Corvol et M. Michel Cosnard
Crédits © P. Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/346/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 725k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lettre du Collège de France n° 27, Paris, Collège de France, p. 7, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Michel Cosnard, « Ouverture de la chaire Informatique et sciences numériques », La lettre du Collège de France [En ligne], 27 | décembre 2009, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/346

Haut de page

Auteur

Michel Cosnard

Président directeur-général de l’INRIA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page