Navigation – Plan du site
Équipe de recherche

Comment la mémoire se consolide pendant le sommeil

Gabrielle Girardeau, Karim Benchenane, Sidney I. Wiener, György Buzsáki et Michaël B. Zugaro
p. 15

Notes de la rédaction

Cet article est une présentation de la publication suivante : G.Girardeau, K.Benchenane, S.I.Wiener, G.Buzsáki & M.B. Zugaro, « Selective suppression of hippocampal ripples impairs spatial memory », Nature Neuroscience. Published online: 13 September 2009.

Texte intégral

Gabrielle Girardeau, Michaël B. Zugaro et Sidney I. Wiener

© P. Imbert, Collège de France

Karim Benchenane

György Buzsáki, professeur à Rutgers University, Newark, USA, a donné une série de conférences au Collège de France en juin 2008, en tant que professeur invité.

1 On connaît depuis longtemps l’importance du sommeil pour les fonctions cognitives, et notamment pour la mémoire. Cependant les mécanismes en jeu commencent à peine à être élucidés. De nombreuses études ont déjà montré que l’hippocampe, une structure du cerveau fortement impliquée dans la mémoire, avait une activité particulière pendant le sommeil. En effet, dans l’hippocampe, les neurones s’activent pendant le sommeil de la même façon qu’ils se sont activés dans la phase d’éveil qui précède, comme si l’animal était en train de rêver. Ces réactivations ont lieu spécifiquement pendant des courtes périodes où les neurones hippocampiques se synchronisent pour produire une oscillation très rapide, qui pourrait être le mécanisme principal du renforcement de la mémoire pendant le sommeil. Formulée il y a vingt ans, et bien qu’étayée depuis par un grand nombre de résultats expérimentaux (Cf. communiqué de presse CNRS « la nuit porte réellement conseil », Peyrache et al., publié par notre équipe) cette hypothèse n’a jamais été démontrée. C’est ce que nous avons fait dans cette étude, publiée dans Nature Neuroscience. En effet, nous avons supprimé les oscillations rapides dans l’hippocampe et donc les réactivations chez des rats entraînés à mémoriser l’emplacement de récompenses sur un labyrinthe, pendant le sommeil suivant l’entrainement : les rats dont les oscillations ont été supprimées ont présenté d’importants déficits d’apprentissage, démontrant pour la première fois le rôle capital des oscillations hippocampiques rapides et des réactivations pendant le sommeil pour la mémoire.

Schéma : Les ripples (oscillations rapides de l’hippocampe) sont essentielles à la mémorisation. a- Les rats sont entraînés à trouver les trois récompenses sur un labyrinthe à 8 bras. Pendant le sommeil qui suit, on déclenche des stimulations qui suppriment les ripples (animaux de test) ou les laissent intactes (animaux de contrôle). b- Exemples de signaux électrophysiologiques. Chez les animaux du groupe test les ripples sont interrompues par une courte stimulation (triangles noirs), alors que les animaux de contrôle gardent leurs ripples intactes car la stimulation arrive après. c- La performance d’apprentissage des animaux dont les ripples sont supprimées (en rouge) est significativement moins élevée que celle des groupes de contrôle.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Gabrielle Girardeau, Michaël B. Zugaro et Sidney I. Wiener
Crédits © P. Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/332/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Karim Benchenane
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/332/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende György Buzsáki, professeur à Rutgers University, Newark, USA, a donné une série de conférences au Collège de France en juin 2008, en tant que professeur invité.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/332/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Schéma  : Les ripples (oscillations rapides de l’hippocampe) sont essentielles à la mémorisation. a- Les rats sont entraînés à trouver les trois récompenses sur un labyrinthe à 8 bras. Pendant le sommeil qui suit, on déclenche des stimulations qui suppriment les ripples (animaux de test) ou les laissent intactes (animaux de contrôle). b- Exemples de signaux électrophysiologiques. Chez les animaux du groupe test les ripples sont interrompues par une courte stimulation (triangles noirs), alors que les animaux de contrôle gardent leurs ripples intactes car la stimulation arrive après. c- La performance d’apprentissage des animaux dont les ripples sont supprimées (en rouge) est significativement moins élevée que celle des groupes de contrôle.
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/332/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/332/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lettre du Collège de France n° 27, Paris, Collège de France, p. 15, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Gabrielle Girardeau, Karim Benchenane, Sidney I. Wiener, György Buzsáki et Michaël B. Zugaro, « Comment la mémoire se consolide pendant le sommeil », La lettre du Collège de France [En ligne], 27 | décembre 2009, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/332

Haut de page

Auteurs

Gabrielle Girardeau

Laboratoire de Physiologie de la perception et de l’action (CNRS/Collège de France)

Karim Benchenane

Laboratoire de Physiologie de la perception et de l’action (CNRS/Collège de France)

György Buzsáki

Laboratoire de Physiologie de la perception et de l’action (CNRS/Collège de France)

Sidney I. Wiener

Laboratoire de Physiologie de la perception et de l’action (CNRS/Collège de France)

Michaël B. Zugaro

Laboratoire de Physiologie de la perception et de l’action (CNRS/Collège de France)

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page