Navigation – Plan du site
Actualité
Leçons inaugurales

Chaire d’Informatique et sciences numériques, année académique 2009-2010

Gérard BERRY
p. 6

Résumé

Gérard Berry, chercheur à l’Institut national de recherche en informatique et automatique (INRIA), Président de la commission d’évaluation de l’INRIA, a donné sa leçon inaugurale le 19 novembre 2009. Son cours intitulé « Penser, modéliser et maîtriser le calcul » a commencé le 25 novembre 2009.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

informatique
Haut de page

Notes de la rédaction

La leçon inaugurale sera disponible prochainement aux éditions Fayard. La vidéo est disponible sur le site internet du Collège de France.

Texte intégral

Pr Gérard Berry

© P. Imbert, Collège de France

1Extrait de la leçon inaugurale :
« La révolution numérique actuelle a pour racine le calcul informatique, c’est-à-dire le calcul automatique sur des informations encodées numériquement. Fondée sur l’information et non sur la matière et l’énergie, elle est plus proche des anciennes révolutions de l’écriture et de l’imprimerie que de la récente révolution industrielle. Si ces trois révolutions antérieures gardaient un côté matériel, visible et palpable, qui les rendait compréhensibles par tout un chacun, cet aspect concret et rassurant a disparu dans le nouveau monde numérique. En particulier, la notion sous-jacente de calcul automatique est invisible et reste mal connue du public. Qui se rend compte qu’imprimer un texte, regarder la télévision, téléphoner ou piloter un avion se font par l’exécution ordonnée de milliards de calculs élémentaires, les mêmes partout ? Qui sait que maîtriser l’informatique est fondamentalement difficile, et demande une validation dans tous les détails de la correction des calculs réellement effectués par rapport à ce qu’a pensé leur concepteur ?

2Dans cette année d’enseignement au Collège de France, je me concentrerai sur le calcul automatique comme objet de réflexion scientifique et technique. Je décrirai les différents principes à l’œuvre et leur réalisation dans des modèles de calcul, objets centraux de cette réflexion. Je montrerai comment les modèles se différencient et se rejoignent, comment ils peuvent et doivent coopérer, et pourquoi il faut transformer le calcul lui-même en objet de calcul. Sans les détailler, je présenterai les aspects clefs des modèles de calcul les plus importants ; le lecteur trouvera plus d’information dans les vidéos et notes du cours complet. Je ferai aussi quelques références à mon cours précédent dans lequel j’avais insisté sur l’importance de l’uniformité de la numérisation de tous les types d’informations et présenté les grands pans de la science informatique.

3Même si les modèles de calcul sont de nature conceptuelle et théorique, je les mettrai toujours en relation avec leurs impacts pratiques. Dans l’industrie informatique comme ailleurs, les ingénieurs ne changent de méthode que lorsqu’ils y sont obligés par les surcoûts dus à la perte de maîtrise de leur sujet. L’influence des progrès présentés ici reste donc lente. Mais elle est inéluctable, tant les difficultés pratiques rencontrées augmentent avec l’explosion du nombre d’applications, la complexité croissante des machines et réseaux, et le coût des bogues et des problèmes de sécurité. L’amélioration indispensable de la qualité des processus informatisés passera par le développement de la science fondamentale décrite ici.

4Si modéliser le calcul est indispensable pour maîtriser les applications informatiques, ce n’est bien sûr pas suffisant. Il faut aussi dominer la science algorithmique et la technologie du génie logiciel, c’est-à-dire de la création et de la maintenance des programmes. Beaucoup des inventions importantes de la programmation moderne (structures de données, modules, interfaces, objets, aspects, etc.) aident significativement le développement humain des applications, mais n’ont qu’un impact limité sur les calculs réellement exécutés. Elles ne seront donc pas considérées ici.

© P. Imbert, Collège de France

5La nécessité des modèles
Pourquoi parler de plusieurs principes et modèles de calcul, alors que tous les ordinateurs actuels fonctionnent de la même façon et ne semblent différer que par leur marque, leur vitesse et leur prix ? C’est qu’il convient de distinguer immédiatement deux niveaux fort différents : celui de la pensée du calcul, humaine, et celui de l’exécution du calcul, mécanique. La pensée algorithmique est l’apanage de nos cerveaux lents mais pleins d’intuition ; l’exécution est le fait de notre électronique hyper-rapide mais totalement dénuée de jugeote. Maîtriser le chemin de l’une à l’autre est difficile. »

Haut de page

Table des illustrations

Légende Pr Gérard Berry
Crédits © P. Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/328/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Crédits © P. Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/328/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lettre du Collège de France n° 27, Paris, Collège de France, p. 6, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Gérard BERRY, « Chaire d’Informatique et sciences numériques, année académique 2009-2010 », La lettre du Collège de France [En ligne], 27 | décembre 2009, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/328

Haut de page

Auteur

Gérard BERRY

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page