Navigation – Plan du site
Professeurs invités

Neuroscience cognitive de la musique

Isabelle Peretz
p. 12

Notes de l’auteur

Mme Peretz, invitée par l’Assemblée des professeurs à l’initiative des Prs Stanislas Dehaene et Christine Petit, a donné en novembre-décembre 2009 quatre leçons.

Texte intégral

Pr Isabelle Peretz

© P. Imbert, Collège de France

1La musique a existé dans toutes les formes de cultures depuis la préhistoire jusqu’aux temps présents. Mais pourquoi? Pourquoi sommes-nous une espèce musicale? Comment notre cerveau gère-t-il cette capacité musicale et quelles en sont les composantes essentielles? Et comment ce fonctionnement cérébral interagit-t-il avec les autres capacités humaines telles que le langage? Telles sont les questions auxquelles je tente de répondre, en privilégiant une approche neuropsychologique (centrée sur le patient), en utilisant la pathologie combinée à la neuroimagerie et la génétique.

2Leçon 1. Neuroscience de la mélodie

3Durant cette dernière décennie, la recherche a amplement démontré que l’implication musicale (voire l’instinct musical) est un trait fondamental de l’espèce humaine. Cependant, les bases biologiques de la musique demeurent encore peu connues. Les toutes dernières recherches montrent qu’une minorité d’individus pourrait être privée de cet «instinct musical», et donc privée dans une certaine mesure des bases neurobiologiques nécessaires au développement harmonieux de la capacité musicale. Ces individus ont de sévères problèmes à apprécier la musique parce que, en grande partie, ils ne sont pas capables d’entendre l’organisation séquentielle des hauteurs musicales (la mélodie). Or leurs problèmes ont une origine neurogénétique. L’étude de ce trouble, qu’on appelle amusie congénitale, représente une occasion unique d’examiner les fondements biologiques de la musique et d’établir les liens entre gènes, environnement (musical et linguistique), cerveau et comportement.

4Leçon 2. Neuroscience du rythme

5La tendance à bouger au rythme de la musique, en battant la mesure ou en dansant, est au cœur de toute activité musicale. Cette capacité repose sur un vaste réseau cérébral dont on commence à saisir la nature et la spécificité. Une de ses composantes essentielles consiste à extraire la mesure ou la régularité (beat finding). Cette capacité se développe tôt chez l’humain et semble pouvoir s’acquérir par certaines espèces d’oiseaux. Néanmoins, de rares individus semblent dépourvus de cette capacité à suivre le rythme de la musique. L’étude des bases neurologiques à l’origine de cette variabilité permet d’isoler les circuits cérébraux au sein de la cognition musicale, et aussi d’en établir la spécificité à l’égard des autres fonctions cognitives.

6Leçon 3. Neuroscience des émotions musicales

7La musique, et a fortiori les émotions musicales, sont rarement envisagées comme des expériences contraintes par la biologie. La recherche de la dernière décennie illustre, au contraire, que les émotions musicales ont une base universelle et mobilisent un ensemble de circuits neuronaux reconnus pour leur importance biologique (comme l’attrait pour la nourriture ou le sexe). Nous examinons ici dans quelle mesure les émotions musicales pourraient dériver de la communication vocale non-verbale.

8Leçon 4. Spécialisation et plasticité cérébrale

9On attribue de nombreuses vertus à la musique. Récemment, on lui a attribué le pouvoir d’améliorer l’intelligence, le langage et de modifier la structure du cerveau. Ici, j’analyse dans quelle mesure ces phénomènes de transfert cognitif et de plasticité cérébrale sont compatibles avec la notion de spécialisation du cerveau pour la musique.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Pr Isabelle Peretz
Crédits © P. Imbert, Collège de France
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/324/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lettre du Collège de France n°27, Paris, Collège de France, p. 12, ISSN 1628-2329.

Référence électronique

Isabelle Peretz, « Neuroscience cognitive de la musique », La lettre du Collège de France [En ligne], 27 | décembre 2009, mis en ligne le 24 juin 2010, consulté le 27 mai 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/324

Haut de page

Auteur

Isabelle Peretz

Professeure à l’université de Montréal (Canada)

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page