Navigation – Plan du site
Archives

Les archives Bédier : aux sources de la philologie

Christophe Labaune
p. 68
Traduction(s) :
The Bédier Archives: at the sources of philology

Texte intégral

1Le fonds d’archives de Joseph Bédier (1864-1938) a récemment regagné les murs du Collège de France.

Manuscrit de note additionnelle à Tristan et Iseut, s.d., Collège de France, service des archives

2Élu à la chaire de Langue et littérature françaises du Moyen Âge en 1903, Joseph Bédier a laissé un ensemble documentaire considérable à l’établissement dont il fut administrateur de 1929 à 1936. Lorsqu’il présente, en 1903, sa candidature à la chaire laissée vacante par son maître Gaston Paris, Joseph Bédier n’est déjà plus inconnu du public. Son édition de Tristan et Iseut trois années auparavant lui a apporté une belle notoriété, et ses thèses (en particulier Les fabliaux, 1893 ; rééd. 1895) ne laissent pas indifférent dans le milieu de la recherche philologique. Le fonds d’archives Bédier dont le Collège de France est dépositaire devrait représenter environ 5 mètres linéaires.

3Les inventaires successifs mettent en évidence des centaines de lettres, des milliers de feuillets de brouillons, dans lesquels les cours et les manuscrits d’ouvrages se distinguent mal les uns des autres. Le lecteur y assiste à la genèse d’une œuvre complexe et singulière. S’y ajoutent les conférences, notamment à l’étranger, que ce soit comme lecteur à l’université de Fribourg ou comme intervenant dans de multiples universités américaines, en véritable « commis voyageur des lettres françaises », comme le qualifie Alain Corbellari, son biographe (Joseph Bédier, écrivain et philologue, Droz, Genève, 1997).

4Ses archives permettent l’étude globale du philologue, à travers ses multiples responsabilités, de ses cours fribourgeois à la charge d’administrateur du Collège de France. Et elles renseignent autant sur l’homme que sur son étude. On y décèle sa force d’engagement, notamment pendant la Grande Guerre. L’auteur n’hésite pas à se rendre dans les tranchées pour recueillir des témoignages de première main. En cela, on retrouve à la fois son perfectionnisme et sa recherche de la vérité, dans ce contexte comme dans les textes médiévaux. Ces qualités, il les met également en œuvre au-delà de son champ d’étude, que ce soit pour l’édition de l’Histoire de la littérature française illustrée (en collaboration avec Paul Hazard) ou dans ses études de textes de Chateaubriand, Pascal, Boileau ou Racine.

5L’homme, à l’aise dans le débat, affiche volontiers, même s’il le fait avec une certaine humilité, sa singularité. Les Fabliaux entraient déjà en contradiction avec les arguments de la majorité des philologues. On le suit posant des jalons, répondant sans fléchir à ses opposants tout en se corrigeant continuellement : de fait, la proportion est de trois brouillons pour un manuscrit. Le style, parfois polémique, n’est pas sans rappeler, et à dessein, la joute. Celui que Michel Bréal considérait, parmi les candidats au Collège de France, comme celui qui « posséd[ait] à un haut degré le sentiment littéraire » (dossier 16 CDF 23, assemblée du 15 août 1903), se fait fort de construire une méthode rigoureuse dont certains le prétendaient trop peu doté dans ses jeunes années. Il s’oppose aux théories qui l’ont précédé (celle de Lachmann) comme il décortique les plus novatrices, à l’instar de la méthode d’édition critique des textes anciens de Dom Henri Quentin. Plus polémiques, ses vifs échanges avec Pio Rajna, lors de l’année 1910 témoignent aussi d’un sens de l’honneur tout chevaleresque (le dossier de l’article « Réponse à Pio Rajna » paru dans La Revue du Midi porte le titre évocateur de « Défense contre un reproche immérité »).

6Les archives révèlent la construction patiente d’une œuvre méthodique. Comme un ultime hommage à son maître, il rompt avec l’enseignement de Gaston Paris, qui continue malgré tout à le soutenir, pour ouvrir une nouvelle voie dans l’étude philologique des textes médiévaux. Les centaines de lettres, fort bien conservées, constituent un autre élément majeur du fonds, et dessinent la cartographie des relations de Bédier avec le monde de la culture de l’époque. Il est au cœur du milieu intellectuel de la première moitié du XXe siècle, position consacrée par son élection à l’Académie française en 1920, où il succède à Edmond Rostand. Son héritage, considérable, est désormais accessible à la recherche dans un seul et même lieu. La Bibliothèque générale voit désormais cohabiter ses archives (inventaire bientôt disponible sur https://salamandre.college-de-france.fr), ses œuvres, et celles qui lui sont consacrées.

Un colloque dédié à Joseph Bédier s'est tenu à la Fondation Singer-Polignac, les 22 et 23 mai 2014.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Manuscrit de note additionnelle à Tristan et Iseut, s.d., Collège de France, service des archives
URL http://lettre-cdf.revues.org/docannexe/image/3078/img-1.png
Fichier image/png, 3,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Labaune, « Les archives Bédier : aux sources de la philologie », La lettre du Collège de France [En ligne], 38 | juin 2014, mis en ligne le 27 novembre 2015, consulté le 27 juin 2017. URL : http://lettre-cdf.revues.org/3078

Haut de page

Auteur

Christophe Labaune

Archiviste, Direction des réseaux et partenariats documentaires

Haut de page

Droits d’auteur

© Collège de France

Haut de page